Un agriculteur belge a été agacé par la pierre sur le chemin de son tracteur. Il l’a déplacé et la frontière française

Un agriculteur belge a changé de géographie par inadvertance en déplaçant les frontières de son pays avec la France. Le fermier conduisait un tracteur et semblait ennuyé qu’une grosse pierre lui bloque le chemin. Rapports de BBC News. Par conséquent, il l’a déplacé un peu.

Une autre personne marchant dans les bois a récemment remarqué que la pierre avait été déplacée. Les passionnés d’histoire savaient que ce n’était pas qu’une pierre – c’était là pour définir les frontières entre les deux pays.

La marque s’était déplacée d’environ 7,5 pieds, selon BBC News, donnant effectivement plus de territoire à la Belgique.

“Cela a rendu la Belgique plus grande et la France plus petite, ce n’est pas une bonne idée”, a déclaré David Laveau, maire du village belge d’Erkelen, à la chaîne de télévision française TF1.

Laveau a déclaré que cette décision pourrait causer des problèmes aux propriétaires fonciers privés – et aux pays voisins. Mais les gens en Belgique et en France en ont beaucoup ri.

“J’étais heureux”, a déclaré le maire en riant. “Ma ville était plus grande.” “Mais le maire de Bossini-sur-Roque n’était pas d’accord.”

“Nous devrions pouvoir éviter une nouvelle guerre frontalière”, a déclaré le maire d’un village français voisin à La Voix du Nord, a rapporté BBC News.

La France et la Belgique partagent une frontière de 390 milles, qui a été créée par le traité de 1820 signé après la défaite de Napoléon à Waterloo cinq ans plus tôt.

Les pierres ont été posées lorsque les limites ont été définies pour la première fois en 1819.

READ  Le buffle bureaucratique qui a poussé la Somalie au bord du gouffre

Les autorités belges prévoient de contacter simplement l’agriculteur et de lui demander de remettre la quarantaine – mais s’il ne le fait pas, le ministère belge des Affaires étrangères peut ouvrir une commission frontalière franco-belge, ce qui ne s’est pas produit depuis 1930, selon BBC News . L’agriculteur peut également faire face à des accusations criminelles s’il ne se conforme pas.

Laveau a déclaré au site d’information belge Sodinvo: “S’il fait preuve de bonne foi, il n’aura pas de problème, et nous réglerons cette affaire à l’amiable”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *