Un Algérien a été emprisonné pendant trois ans en raison de notes de protestation politique – Judicial House News Service

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune. (Creative Commons via Court News)

Algérie, Algérie (AFP) – Un partisan du mouvement algérien Hirak a été condamné lundi à trois ans de prison pour avoir publié sur les réseaux sociaux des messages satiriques ridiculisant le gouvernement et la religion, ce qui a conduit à la condamnation des groupes de défense des droits humains.

Cassie Tensaout, du groupe de défense des droits des prisonniers CNLD, a déclaré que Walid Kashida, 25 ans, est accusé d’avoir insulté le président Abdelmadjid Tebboune et «insulté les enseignements» de l’islam dans des mèmes Internet et d’autres publications sur Internet.

“Malheureusement, Walid Kashida a été condamné à trois ans de prison et à une amende”, a déclaré Tansaout, ajoutant que les avocats feraient appel de l’affaire.

“Nous attendions sa libération” de prison, a-t-il ajouté.

L’avocat Moamen Shady a confirmé la décision.

Human Rights Watch et la Ligue algérienne des droits de l’homme ont condamné cette décision.

«Le gouvernement algérien continue de riposter contre les militants du Hirak», a déclaré Ahmed Benshemsi, directeur du plaidoyer et des communications pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à Human Rights Watch.

Il a écrit sur Twitter: “Le directeur d’une page Facebook satirique, Walid Kashida, est en prison depuis avril 2020. Il a été condamné à 3 ans de prison aujourd’hui à cause de … mèmes!”

Le vice-président de l’association, Saeed al-Salihi, a accusé le gouvernement d’user de son pouvoir pour prendre une «décision ferme avant les élections législatives» prévues plus tard cette année.

Il a dit que la décision sur Kishida était un “signal” de ce qui allait arriver.

Le procureur de la province de Sétif, dans le nord-est de l’Algérie, avait appelé à une peine de cinq ans de prison et Kachida avait déjà passé huit mois en détention provisoire.

READ  Le journaliste Drarini libéré, le militant Nekaz a été accueilli à grande échelle en Algérie

Les autorités algériennes ont arrêté et jugé plusieurs militants pour tenter de neutraliser le mouvement de protestation Hirak.

CNLD affirme que plus de 90 personnes, y compris des militants, des utilisateurs des médias sociaux et des journalistes, sont actuellement détenues en lien avec le mouvement de protestation anti-gouvernement du pays ou les libertés individuelles – principalement en raison de l’opposition aux publications sur les médias sociaux.

Kachida, qui dirigeait la page Facebook “Hirak Memes”, est le dernier Algérien visé par les autorités cette année dans une campagne contre la liberté d’expression.

Mustapha Bin Jumaa, rédacteur en chef du journal Le Provincial, fait face à quatre procédures judiciaires distinctes pour des documents qu’il a publiés en ligne.

Trois Algériens – Mohamed Tjedet, Noureddine Khamoud et Abdelhak Ben Rahmani – ont entamé une grève de la faim pendant plus d’une semaine pour protester contre leur arrestation.

Ils font également face à une longue liste d’accusations, y compris pour atteinte à la sécurité nationale, pour les vidéos et les données mises en ligne.

Tebboune a signé la semaine dernière la nouvelle constitution algérienne dans la loi, un changement que le gouvernement espère changera la page sur le mouvement de protestation de masse de longue date dans le Hirak.

Le mouvement a d’abord lancé des manifestations de rue massives au début de 2019 pour s’opposer à la candidature du président de l’époque Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat.

Bouteflika a démissionné en avril de la même année, mais les manifestants ont continué à faire pression, exigeant une refonte complète du système au pouvoir en place depuis l’indépendance du pays d’Afrique du Nord en 1962 de la France.

READ  David J. Dalrymple: La lecture du roman classique est une pandémie dans le temps | Fonctionnalités / divertissement

Cependant, la distance sociale rendue nécessaire par la pandémie de coronavirus a obligé les manifestants à interrompre leurs rassemblements dans les rues au début de l’année dernière.

Le référendum de novembre pour approuver les changements constitutionnels a recueilli le soutien de moins de 15% des électeurs, lors d’un vote submergé par la pandémie appelant au boycott du Hirak.

© Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *