Un Algérien en crise financière hors du top 500 du tennis

Lorsque les meilleures joueuses de tennis féminin se réunissent à Fort Worth pour les finales WTA de la semaine prochaine – avec un total de 5 millions de dollars de prix en jeu – la vie est très différente à l’autre bout du classement mondial.

L’Algérienne Ines Ibbou joue sur le circuit de la Fédération internationale de tennis (ITF), où les récompenses sont moindres que celles offertes lors des tournois du Grand Chelem.

Pour le joueur de 23 ans, classé 502e mondial, chaque dépense doit être strictement contrôlée.

« Une semaine [on tour] Bientôt, je pourrai dépenser 1500 à 2000 euros (1490-1990) – pour moi-même, sans entraîneur ni personne d’autre », a déclaré Ibbou à BBC Sport Africa.

« Les billets d’avion sont très chers de nos jours. Les billets vont de 400 à 500 euros par vol.

« Ensuite, vous devez payer l’hébergement, la nourriture, les extras, le fret – tout.

« Les 10 premiers gagnent vraiment beaucoup d’argent, mais vous ne commencez à vivre du tennis que lorsque vous atteignez le top 200. Étant classé au-dessus de 200, vous ne pouvez pas couvrir vos dépenses.

« Mon objectif est de faire partie des 200 meilleurs joueurs du monde. Si j’atteins ce niveau, je peux jouer des tournois du Grand Chelem. Mais pour y arriver, je dois gérer la partie financière. »

Les défis auxquels Ibbou est confronté, qui a remporté son premier titre professionnel à l’âge de 14 ans, ont été mis en évidence lors d’un tournoi aux îles Canaries en août.

Elle aurait gagné 60 000 $ en prix si elle avait gagné, contre 57 500 $ et 80 000 $ pour les perdants du premier tour à Wimbledon et à l’US Open, respectivement.

READ  "J'ai attendu quelques jours pour publier" - Riyad Mahrez de Manchester City fait une déclaration sincère après la sortie anticipée de l'Algérie à la CAN

« Il est impossible de gagner sa vie dans des matchs comme celui-ci », a déclaré Ibo après son départ au deuxième tour.

« Juste viens [to the Canary Islands]J’ai eu un vol de 48 heures et j’ai essayé d’obtenir un billet d’avion pas cher.

« C’était une petite chambre d’hôtel que je partageais avec un autre joueur – nous avons en fait joué l’un contre l’autre. Lorsque vous partagez une chambre, vous [only] Payez-en la moitié et c’est bon pour nous.

Les meilleurs joueurs ont un ensemble de raquettes fournies par les sponsors, changeant souvent en cours de match lors de la préparation d’un service de retour et les cassant parfois lorsque les choses ne se passent pas comme prévu.

Cependant, Ibo n’a pas de tels luxes – seulement quatre dans son kitbag.

« Je ne peux pas me permettre de les changer à chaque match, et je pense que je les possède depuis deux ans », a-t-il déclaré.

Ibo compte aussi sur la gentillesse des étrangers.

« J’ai joué un tournoi à Harp, en Allemagne. C’est un petit village au milieu de nulle part, et une gentille dame que je tiens à remercier m’a hébergée chez elle pendant trois à quatre jours.

« Elle a ouvert des portes et m’a nourri, ce qui était super. Mais ça n’arrive pas souvent. »

Lutte contre les inégalités et problèmes de visas

Ines Ibbou est passée à la 502e place du classement WTA, contre la 726e place mondiale l’an dernier.

Ibbou est le représentant de l’Afrique au sein du panel des joueurs de l’ITF et espère aider à résoudre d’autres problèmes auxquels sont confrontés les joueurs du continent.

READ  En France, la tour Eiffel s'est éteinte en hommage à la reine Elizabeth

« Pour chaque Africain, homme ou femme, c’est très compliqué car il y a une inégalité structurelle », a-t-il dit.

« Par exemple, si vous êtes du Sénégal, de la Namibie ou de tout autre pays africain, vous devez voyager pour jouer car il n’y a pas de tournois dans nos pays.

« Par exemple, si vous êtes européen, français ou espagnol, vous pouvez organiser une dizaine de matches chez vous par an. Vous n’avez pas besoin de vous déplacer ni d’acheter un billet d’avion. »

Les joueurs africains sont souvent confrontés à des problèmes de visa lorsqu’ils se rendent à des tournois, ce qui, selon Ibbou, est « compliqué ».

« Par exemple, quand je joue un tournoi en France, si je dois aller en Turquie ou en Thaïlande, il faut vivre dans ce pays. [to get a visa], » elle a ajouté.

« Quand je suis en France, je dois y vivre pour obtenir un visa – mais je n’ai pas de résidence en France, ce qui signifie que je dois retourner en Algérie pour obtenir un visa. Long délai de traitement.

« Je pouvais attendre deux ou trois semaines pour obtenir une réponse. Parfois, les gens m’aidaient à obtenir un visa, mais c’était toujours un problème ou à la dernière minute. Il m’est difficile de planifier un emploi du temps pour toute l’année. »

Amin Ben Makhlouf, responsable régional de l’ITF pour l’Afrique, convient que les aspirants joueurs du continent doivent faire face à des défis supplémentaires.

« Il y a deux problèmes principaux en Afrique. Il est très difficile pour les joueurs de voyager en Afrique et d’Afrique en Europe », a-t-il déclaré à BBC Sport Africa.

READ  La France a prolongé le délai des sanctions contre la Grande-Bretagne pour un différend sur la pêche

« Un joueur africain a besoin d’un visa pour jouer à un haut niveau. Cela prend deux à trois mois dans son calendrier de tournois annuels. »

Pendant ce temps, les confédérations africaines n’ont pas les fonds nécessaires pour soutenir leurs joueurs – 150 000 $ par joueur et par an sont nécessaires pour maintenir un programme complet, y compris l’entraînement et la compétition.

« A part Ons Jabeur, il n’y a vraiment pas de joueuses africaines au plus haut niveau », a déclaré Ibbou, qui devrait faire sa première apparition à la finale tunisienne de la WTA.

« Nos confédérations n’ont pas les fonds des autres confédérations. Si vous prenez la confédération française, elles n’ont pas le même budget que le Sénégal. Donc, c’est très compliqué.

« Je fais de mon mieux pour voir une évolution du tennis africain, mais c’est compliqué à demander. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.