Un conseiller du NLRB demande l’interdiction des réunions antisyndicales obligatoires

Avocat général du Conseil national des relations du travail jeudi exportation Mémorandum faisant valoir que la pratique répandue des employeurs consistant à obliger les travailleurs à assister à des réunions antisyndicales est illégale en vertu de la loi fédérale, même si le précédent du Conseil du travail le permet.

L’avocate générale Jennifer Abruzzo, qui met en œuvre le droit fédéral du travail par le biais de litiges en matière d’abus, a déclaré que son bureau présenterait bientôt une affaire devant le Conseil du travail, qui statue sur ces questions, et demande au conseil d’inverser son précédent lors des réunions.

Se référant à la loi nationale sur les relations de travail, Mme Abruzzo a déclaré dans un communiqué : « L’octroi de licences coercitives est une anomalie dans le droit du travail et contrevient à la protection par la loi du libre choix des employés ». « Je crois que le précédent de l’affaire NLRB, qui a toléré de telles réunions, va à l’encontre des principes fondamentaux du droit du travail, de notre langage juridique et de notre mandat au Congrès. »

Au cours des derniers mois, des employeurs de premier plan comme Amazon et Starbucks, confrontés à une répression syndicale croissante, ont tenu des centaines de réunions au cours desquelles ils ont tenté de persuader les travailleurs de ne pas adhérer à des syndicats en arguant que les syndicats sont une « tierce partie » qui peut s’interposer entre la direction et travailleurs.

Les responsables et conseillers d’Amazon ont répété à plusieurs reprises aux travailleurs lors de réunions obligatoires qu’ils « pourraient se retrouver avec plus de salaires et d’avantages sociaux qu’ils ne recevaient avant le syndicat, le même montant qu’ils gagnaient, ou qu’ils pourraient se retrouver avec moins », selon un témoignage du NLRB. Au sujet des élections syndicales en Alabama l’année dernière.

READ  Le Liban rencontre les agences internationales pour évaluer les besoins de la reprise économique après l'attentat de Beyrouth

L’entreprise a dépensé plus de 4 millions de dollars l’année dernière pour des consultants qui ont participé à de telles réunions et ont recherché des travailleurs dans les entrepôts.

Mais de nombreux travailleurs et responsables syndicaux se plaignent que ces affirmations sont très trompeuses. Les employés syndiqués gagnent généralement plus que les employés non syndiqués comparables, et il est très inhabituel pour les travailleurs de voir leur rémunération diminuer à la suite d’un contrat syndical.

Wilma B. a dit : Lippmann, qui a présidé le Conseil du travail sous le président Barack Obama, a déclaré que le Conseil du travail serait probablement favorable à l’argument de Mme Abruzzo et pourrait inverser le précédent. Mais elle a dit qu’il n’était pas clair quel effet pratique l’inversion pourrait avoir, car de nombreux employés peuvent se sentir obligés d’assister à des réunions antisyndicales même si elles ne sont plus obligatoires. « Ceux qui sont sur la clôture peuvent être réticents à rester à l’écart par crainte de représailles ou d’être pris pour cible », a écrit Mme Lippmann par e-mail.

Selon une porte-parole, les bureaux régionaux du conseil, que Mme Abruzzo supervise, sont également plus susceptibles de déposer des plaintes contre les employeurs lors des réunions. Un syndicat, le Retail, Wholesale and Department Store Union, a soulevé un tel problème à Bessemer, en Alaska, où il a récemment aidé à organiser les travailleurs souhaitant se syndiquer dans un entrepôt Amazon. Le dépouillement des voix la semaine dernière a montré que les partisans des syndicats devançaient de peu les opposants aux syndicats lors de cette élection, mais le résultat dépendra de plusieurs centaines de votes contestés dont le statut sera déterminé dans les semaines à venir.

READ  KAUST dépense 200 millions de dollars pour promouvoir les startups technologiques en Arabie saoudite : vice-président

La porte-parole du Conseil du travail a déclaré que le résultat de l’affaire « pionnière » du conseil sur les réunions obligatoires relierait les autres questions. L’affaire est pendante mais non identifiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.