Un juge a été nommé en France pour enquêter sur les allégations du contrat Raphael

Les autorités françaises ont ouvert une enquête judiciaire sur des allégations de corruption dans la vente de 36 avions de combat Rafale à l’Inde, selon le site français Mediapart.

Vendredi, Mediapart a publié une série de rapports sur l’accord intergouvernemental d’avril 2016, annonçant qu’un juge avait été nommé pour mener une enquête judiciaire « très sensible » sur les allégations de « corruption et soutien » dans l’accord.

Selon Mediapart, « les 36 avions de combat Rafale de Dassault se sont vendus à l’Inde en 2016 pour 7,8 milliards d’euros.

“L’enquête la plus importante sur l’accord intergouvernemental signé en 2016 a été officiellement ouverte le 14 juin”, a-t-il déclaré. Mediapart a indiqué que l’enquête avait été ouverte par le Bureau des Avocats Nationaux des Finances (PNF).

Selon le rapport, le PNF a dans un premier temps refusé d’enquêter sur la vente, et a accusé Mediapart d'”enterrer” l’enquête.

Mediapart a déclaré que l’ONG française anti-corruption Sherpa avait porté plainte auprès du tribunal de Paris pour “corruption”, “influence”, “blanchiment d’argent”, “soutien” et les allégements fiscaux inutiles entourant l’accord.

Le PNF a confirmé vendredi à Mediapart que “l’enquête nouvellement ouverte porte sur les quatre délits”.

« Le procès pénal, qui s’ouvre le 14 juin et sera présidé par un magistrat indépendant, examinera les questions entourant les actions de l’ancien président français François Hollande, qui était en fonction au moment de l’accord Raphaël. L’actuel président français, Emmanuel Macron, était alors ministre des Finances et des Finances de Hollande, puis ministre de la Défense et maintenant ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian », a rapporté Mediapart.

READ  Le Chili établit une conférence constitutionnelle historique au milieu des manifestations

En février 2019, l’Indian Express, dans la quatrième semaine de mars 2015, quinze jours avant que le Premier ministre Narendra Modi n’annonce l’achat de 36 avions de combat Rafale, l’homme d’affaires Anil Ambani a rencontré le cabinet du ministre français de la Défense de l’époque, Jean-Yves Le Drian. à Paris et ses meilleurs conseillers. .

La réunion s’est déroulée en présence de Jean-Claude Mallet, conseiller spécial de Le Trian ; Son conseiller de carrière, Christoph Solomon ; Et Jeffrey Pokot, consultant technique pour les affaires industrielles.

La coentreprise Dassault et Reliance Dassault Reliance Aerospace Limited (51 % Reliance Aerostructure et 49 % Dassault Aviation) a installé une usine industrielle à Nagpur pour sous-traiter les compensations.

En août 2018, deux jours avant la signature du protocole d’accord entre les deux pays lors de la visite de Hollande en Inde en janvier 2018, The Indian Express a rapporté que la société de production cinématographique d’Ambani avait investi de l’argent dans un film produit à l’époque – celui du président français François Hollande. partenaire Julie Kayt. 26, 2016.

En septembre 2018, Hollande déclarait à Mediapart : « Rien de tout cela ne nous a été dit. Le gouvernement indien a proposé le comité, qui s’est entretenu avec Dassault Ambani. Nous n’avions pas d’autre choix que de prendre le haut-parleur qui nous avait été donné. “

Rejetant cette affirmation, Dassault a publié une déclaration disant que le partenariat avec Reliance était sa préférence. Le gouvernement français a également déclaré qu’il n’était “en aucune façon impliqué” dans la sélection des partenaires indiens par les agences de sécurité françaises. Un porte-parole du ministère de la Défense a réitéré que “ni le gouvernement indien ni le gouvernement français n’ont dit quoi que ce soit au sujet de l’accord commercial”.

READ  Le journaliste algérien libéré promet de lutter pour la liberté de la presse

Samedi, en réponse à un rapport de MediaPart, le Congrès a appelé à la formation d’une commission parlementaire mixte (JPC) pour enquêter sur l’accord Raphaël. Il a déclaré que la position du parti et de son chef Rahul Gandhi, qui avait soulevé la question avant les élections de 2019 à Lok Sabha, avait été prouvée. Le porte-parole du Congrès Randeep Surjewala a appelé le Premier ministre à “répondre à la nation” au vu de l’enquête judiciaire ordonnée en France et à soumettre son gouvernement à l’enquête JBC.

Le BJP a de nouveau attaqué le Congrès, citant des rapports de la CAG et de la Cour suprême. Le porte-parole du parti, Sambit Bhadra, a déclaré que le tribunal suprême avait clairement indiqué dans son jugement qu’il ne pouvait y avoir de “pêche et d’enquête active” sur cette affaire. Bhadra a accusé Rahul Gandhi de s’embarquer pour un autre “voyage de pêche”.

En décembre 2018, la Cour suprême a rejeté les requêtes demandant à être surveillées par le tribunal dans le cadre de l’accord.

Le tribunal suprême a rejeté les requêtes déposées par les anciens ministres de l’Union Yashwant Sinha et Arun Shourie, l’avocat Prashant Bhushan et le chef du parti Aam Aadmi Sanjay Singh, affirmant qu'”il n’y avait aucune raison d’intervenir” sur la question critique de l’achat par le gouvernement indien de 36 titres L’opinion sur les individus ne peut pas être la base d’une enquête active et de pêche “surtout dans de telles affaires”. Il a noté qu'”il n’y a aucune possibilité de douter du processus (de prise de décision) qui conduira à l’attribution du contrat”. Il refuse de commenter la valeur ou l’exactitude des informations qui auraient été divulguées aux médias.

READ  Pas de ligne franco-algérienne |

En novembre 2019, un banc dirigé par le juge en chef indien de l’époque, Ranjan Kokoy, a rejeté les requêtes en révision déposées par Shori, Sinha, Bhushan et Singh.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *