Un militant algérien demande à l’ONU de libérer les prisonniers politiques

Un militant algérien a appelé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à faire pression pour la libération des prisonniers politiques.

Un militant de l’opposition algérienne actuellement aux commandes de la justice a appelé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à intervenir pour obtenir la libération des prisonniers politiques en Algérie.

Kareem Diabou, un prisonnier politique, s’est adressé à Guterres dans une lettre accusant les autorités de mener des politiques répressives dans son pays et d’imposer des restrictions globales aux droits politiques et civils et aux médias.

Il a appelé le gouvernement algérien à intervenir pour changer la politique.

La lettre de Diabo à Guterres disait : « Nous vous appelons à travailler pour mettre fin à toutes ces violations et violences, car notre pays est membre de la Charte des Nations Unies et a reconnu toutes les conférences internationales sur les droits politiques et civils ».

« Il est de votre devoir personnel et du devoir de toutes les agences de l’ONU de forcer les autorités algériennes à libérer tous les prisonniers immédiatement et sans condition. [of free speech], Et d’arrêter les poursuites judiciaires contre les militants politiques et les travailleurs des sphères culturelles et sociales. »

Tiabu, qui a été arrêté à plusieurs reprises lors de manifestations qui ont secoué l’Algérie depuis début 2019, a dirigé l’an dernier l’éviction du président de longue date Abdelaziz Boutfilika, affirmant que les autorités algériennes contrôlaient tous les journaux du pays et imposaient une censure de sécurité illégale à la communauté. Les média.

« Un Algérien qui ne se soumet pas aux choix stricts du régime sera arrêté, placé sous contrôle judiciaire ou menacé par les services de sécurité, à moins qu’il ne soit la cible d’une campagne de diffamation de la part des médias contrôlés par l’Etat. »

READ  L'Iran est prêt à élargir tous ses liens avec l'Algérie

« C’est le sort des Algériens qui veulent la justice et la liberté et cherchent le changement. »

L’appel de Diabu à Guterres intervient quelques jours seulement après que les autorités algériennes ont arrêté à plusieurs reprises les personnes accusées de critiquer le gouvernement.

En décembre de l’année dernière, plus de 300 militants étaient en prison.

Les détenus sont souvent accusés par Alger de travailler pour des partis étrangers, de porter atteinte à la sécurité de l’État, d’avoir des liens avec des groupes terroristes ou d’autres charges.

En octobre de l’année dernière, le gouvernement a dissous un groupe d’action de jeunes de la société civile qui avait été un élément clé du mouvement pro-démocratique « Hirak » du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *