Un ministère algérien émet un arrêté d’utiliser exclusivement la langue arabe dans tous ses documents officiels – Middle East Monitor

Un troisième ministère algérien a décidé, mardi, de mettre fin à l’usage de la langue française dans ses communications internes et externes, en lien avec l’escalade de la crise avec Paris en raison des déclarations du président français Emmanuel Macron, qualifiées d’offensives contre Algérie.

Cela est venu dans un document adressé par le secrétaire général (sous-secrétaire du ministère du Travail) aux fonctionnaires et aux institutions affiliées à son ministère, qu’il a examiné. Agence Anadolu.

Selon le document, seul l’arabe doit être utilisé dans toute correspondance, rapports, notes de réunion et tous documents (…), sans complaisance ni négligence.

Cette décision intervient quelques jours après des instructions similaires émises par les ministres de la Formation professionnelle et des Sports, stipulant que toutes les transactions administratives doivent se faire en arabe et que la langue française ne doit pas être utilisée dans les deux ministères.

La Tunisie ferme une chaîne de télévision détenue par le leader de l’opposition

Des informations circulent au sein des ministères selon lesquelles il existe des instructions verbales des plus hautes autorités du pays pour cesser de traiter de la langue française dans les secteurs gouvernementaux, mais Anatolie Il n’a pas été en mesure de confirmer une décision officielle à cet égard.

En janvier 1991, les autorités algériennes ont promulgué une loi visant à généraliser l’usage de la langue arabe dans toutes les transactions au sein des secteurs gouvernementaux, mais son application est restée suspendue pour des raisons qui, selon les opposants, sont dues à l’influence du lobby dit pro-français dans Algérie. .

READ  Daniel Ricciardo sous la pression de McLaren, Lando Norris, aperçu

A l’exception du ministère de la Défense, tous les ministères en Algérie utilisent le français dans la plupart de leur correspondance interne et même dans leurs déclarations officielles, bien que la constitution stipule que « la langue arabe est la première langue nationale et officielle, la langue berbère une langue officielle et deuxième langue nationale.

L’Algérie est généralement témoin d’une controverse sur le statut du français dans les cercles officiels en premier lieu, alors que les opposants, en particulier les conservateurs, protestent contre l’émission de lettres officielles en français et la circulation de documents dans les services gouvernementaux dans cette langue étrangère.

Cette fois, la décision des ministères a coïncidé avec l’escalade de la crise avec la France, après avoir qualifié les déclarations de Macron d' »offensives », alors qu’il remettait en cause l’histoire de l’Algérie, incitant cette dernière à retirer son ambassadeur à Paris et à empêcher les avions militaires français de voler dans son milieu. Espace aérien.

Les experts et historiens disent que la diffusion de la langue française en Algérie est due à son imposition pendant l’ère coloniale qui a duré 132 ans (1830-1962), la lutte de l’occupation française de la langue arabe, ainsi que le retard dans la mise en œuvre des lois. « Arabisation » de l’administration et de l’éducation après l’indépendance de l’Algérie.

À lire : Deux ministères pénaux cessent d’utiliser le français dans la correspondance officielle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *