Un navire de luxe s’est transformé en un problème de recyclage géant. Le Brésil prévoit donc de le couler.

Pendant ce temps, la campagne environnementale se renforçait. Quelques jours après avoir quitté le navire, les responsables turcs ont demandé à leurs homologues brésiliens de dresser un nouvel inventaire des matières dangereuses. Insatisfaits de la réponse, les autorités turques ont révoqué le permis d’importation.

Le navire et son remorqueur, qui avaient alors atteint Gibraltar, ont dû rebrousser chemin. Les groupes environnementaux y voient une énorme victoire.

Mais le voyage de Sao Paulo n’est pas encore terminé. Alors qu’elle approchait du Brésil en octobre, la marine lui ordonna de rester au large de la côte nord-est plutôt que de retourner à Rio de Janeiro, son port de départ.

À ce moment-là, après deux traversées transatlantiques, le navire devait être amarré pour maintenance. Mais la campagne environnementale semble avoir très bien fonctionné. Des responsables locaux terrifiés au Brésil ont fait pression sur les ports pour qu’ils ne prennent pas le navire, et celui-ci a été refusé à plusieurs reprises. La Marine n’a jamais introduit ses propres règles, pour des raisons que les responsables n’ont jamais expliquées. Ainsi, le navire et le remorqueur ont commencé à faire des cercles.

Les mois ont passé et alors que des dommages mineurs à la coque commençaient à apparaître, MSK Maritime Services & Trading, partenaire du projet de recyclage avec Sok Denizcilik, est devenu désespéré. L’entreprise avait besoin d’un port pour réparer les dégâts, et le remorqueur prenait 20 tonnes de carburant par jour. En janvier, MSK a signalé qu’il avait perdu 5 millions de dollars sur le projet.

Les groupes environnementaux ont déclaré qu’ils étaient déconcertés que la Marine ne reprenne pas le navire et ont refusé d’expliquer pourquoi. En vertu de la Convention de Bâle, les pays sont tenus de réimporter les déchets toxiques qu’ils ne sont pas en mesure d’exporter avec succès. Les militants disent que le Brésil viole l’accord en ne permettant pas au navire d’accoster. Les responsables nient cela au motif que le navire se trouve dans les eaux brésiliennes.

READ  La France ferme les écoles et interdit les voyages intérieurs alors que le virus s'intensifie

La marine brésilienne n’a pas répondu aux demandes répétées de commentaires sur cet article. dans Affirmation préparéeElle a déclaré que bien qu’elle ne soit pas propriétaire du navire, elle a suivi l’affaire avec intérêt et que les propriétaires du navire n’ont pas encore satisfait aux exigences d’un permis d’amarrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *