Un nouveau groupe anti-Bouteflika active la campagne en Algérie

ALGER: Un groupe de protestation, fondé il y a à peine deux mois lorsque le président algérien malade Abdelaziz Bouteflika a décidé de manière controversée de se représenter, a relancé une campagne terne que le président a complètement manquée.
Les militants de KAFA ont laissé leur empreinte en osant dire publiquement que Bouteflika, 77 ans, trop malade pour faire campagne, est inapte à gouverner.
Les forces de sécurité ont brièvement arrêté une quarantaine d’entre eux lors d’un rassemblement dans le centre d’Alger le mois dernier.
La co-fondatrice Amina Bouraoui affirme que le mouvement est né d’une volonté d’instaurer une véritable démocratie en Algérie et d’une frustration face à un système « dépassé » qui faisait preuve de « mépris pour le peuple ».
« Cette année, nous avons vu des politiciens appeler le président à briguer un quatrième mandat, même s’il est très malade et qu’il est au pouvoir depuis 15 ans », a déclaré Bourawi, le gynécologue de 38 ans, dans une interview à openDemocracy. . site Web. Elle a déclaré que les mêmes politiciens avaient « violé » la constitution en la modifiant de manière controversée pour permettre à Bouteflika de briguer et de remporter un troisième mandat en 2009.
« Physiquement et mentalement, il n’est pas en mesure de gouverner. Alors, avec des amis actifs, nous avons décidé de sortir dans la rue et de dire « non ». Barakat a des succursales dans 20 des 48 provinces algériennes et a organisé huit manifestations depuis le 1er mars, selon El Borai.
Le mouvement fait campagne pour boycotter les élections du 17 avril, qu’il a qualifiées de « fête masquée » et « d’insulte de plus au peuple algérien ».
Le mouvement est composé principalement de militants dans la vingtaine et la trentaine, mais il n’a jusqu’à présent pas réussi à attirer de grandes foules à ses rassemblements et il est peu probable qu’il empêche la réélection du titulaire.
Mais cela reste un facteur surprenant et inquiétant pour l’équipe de campagne du président, qui a répondu par des allégations selon lesquelles le nouveau groupe est un outil de puissances étrangères.
Agence France Presse

READ  Ranveer Singh porte un look d'aéroport dans un pantalon en velours alors qu'il se dirige vers la France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.