Un pompier volontaire a été accusé d’avoir déclenché un incendie de forêt dans le sud de la France

Publié le :

Les autorités françaises ont interpellé vendredi un pompier du sud de la France accusé d’être à l’origine d’une série d’incendies de forêt dans la région, qu’il dit avoir déclenchés à la recherche d’adrénaline.

Un pompier volontaire de la région de Herald a été arrêté mercredi, ont indiqué les procureurs de district.

Le cas de l’homme, surnommé le « pompier pyromane » dans les médias, a suscité un vif intérêt en France, qui a été secouée par des incendies de forêt lors de la canicule de la semaine dernière, obligeant des milliers de personnes à évacuer.

Le procureur de Montpellier, Fabrice Bélargent, a déclaré dans un communiqué que l’homme avait reconnu avoir allumé des incendies avec un briquet dans les nuits du 26 mai, du 21 juillet et plus récemment du 26 au 27 juillet.

 » Interrogé sur son mobile, il a déclaré qu’il l’avait fait pour déclencher l’intervention des pompiers pour le sauver d’un environnement familial oppressant, et à cause de l’excitation que ces interventions lui causaient « , a déclaré Bélargent.

« L’adrénaline, il l’appelait – ce sont ses propres mots », a déclaré l’avocat. « Il a également dit qu’il avait besoin d’une approbation sociale. »

L’homme, qui n’a pas été identifié par son nom et qui est dans la trentaine, avait la lutte contre les incendies comme l’une de ses principales responsabilités en tant qu’emploi à temps plein.

Son avocate Mary Barr a déclaré à BFM TV que l’homme « a exprimé de très forts remords et surtout un fort sentiment de honte » lors de son interrogatoire.

Il a confirmé qu’il avait été placé en détention provisoire par le juge du procès avant le procès.

READ  Joueurs africains en Europe : Mahrez marque le but contre City Spray

« Il s’est excusé auprès des pompiers avec qui il travaille parce qu’il les appelle sa famille élargie. Il est très dévoué à son travail », a-t-il déclaré.

« C’est difficile à lui expliquer. D’une certaine manière, il est soulagé d’avoir été arrêté. Il l’explique comme une dépendance. »

S’il est reconnu coupable, il encourt jusqu’à 15 ans de prison et une amende de 150 000 euros (153 000 $).

« C’est dégoûtant d’avoir ce genre d’individus au sein du système », a déclaré à BFM l’ancien colonel des pompiers Ludovic Bingenat, ajoutant que « certains patients » des 200 000 sapeurs-pompiers volontaires en France sont accros au feu.

(AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.