Un présentateur de télévision russe s’excuse mais fait l’objet d’une enquête pour avoir appelé à noyer des enfants ukrainiens

JEDDAH : La communauté Smart Stutter a salué sa coopération actuelle avec les autorités locales, mais elle cherchera à renforcer les relations avec les ministères saoudiens de la santé et de l’éducation pour aider les 350 000 personnes souffrant de troubles de la parole dans le royaume.

Dans le cadre de la Journée internationale de sensibilisation au bégaiement, qui a lieu chaque 22 octobre, le Comité suprême de sécurité a organisé une conférence samedi à l’Auditorium Prince Bandar bin Sultan de l’Université Effat, où 10 personnes sont montées sur scène pour montrer leur divorce et leur confiance en soi après complétant le programme. programme d’organisation.

Il y a 80 millions de personnes atteintes de troubles de la non-fluidité dans le monde, qui doivent souvent faire face à la discrimination.

L’événement a réuni plus de 500 personnes de l’intérieur et de l’extérieur du Royaume. Pendant environ quatre heures, les participants ont inspiré le public avec leurs histoires sur la façon dont ils sont devenus des locuteurs plus fluides.

S’adressant à Arab News, le Dr Abdullah Krishan, le superviseur général du projet SSC, a déclaré que le bégaiement peut être guéri. « Les personnes qui bégaient ont maintenant de nombreuses solutions à leur problème », a déclaré Krishan. « Les gens dans notre société ont toujours cru qu’un trouble de la parole pouvait être impossible à traiter. »

Il a ajouté qu’au cours des trois dernières années, plus de 600 ressortissants, citoyens et résidents ont suivi les programmes de la SSC et sont maintenant des locuteurs plus fluides et plus fluides.

Krishan a déclaré que d’autres succès pourraient être obtenus en assurant une plus grande coopération entre les organisations de la société civile et les agences gouvernementales. « Cet établissement est nécessaire pour réaliser l’un des principaux piliers de la vision saoudienne – une société dynamique capable de créer une économie florissante et de construire une nation ambitieuse. »

READ  Recherche et analyse des risques économiques et pays

Le directeur des programmes de la SSC Ahmed Al-Muhanna a ajouté que le Royaume avait fait de grands progrès dans le traitement des personnes atteintes de ce trouble. Il a dit que le bégaiement ou « balbutiement » est un trouble de la parole dans lequel les gens ont du mal à s’exprimer avec des mots. « La condition peut être pire lorsque la personne est excitée, fatiguée ou stressée. »

Il a ajouté que le bégaiement commence entre 1 et 6 ans, lorsque tous les enfants apprennent à parler. C’est ce qu’on appelle l’état d’esprit subconscient. Plus tard dans la vie, a déclaré Al-Muhanna, les expériences désagréables et les traumatismes peuvent perturber la respiration et le bégaiement.

Krishan a déclaré que la SSC est la première organisation de ce type dans la région du CCG. « Nous avons démontré qu’il existe une solution au bégaiement. Environ 600 personnes d’Arabie saoudite, des États du Golfe et du monde arabe ont suivi des programmes conçus pour les aider à surmonter leurs troubles de la parole. Nous proposons actuellement des programmes de qualité. J’ai vu à travers les vidéos à quoi ressemblaient les bègues quand ils sont venus chez nous et comment vont-ils maintenant. »

Il a indiqué que la Fondation a signé des accords de partenariat avec plusieurs agences gouvernementales. « En avril dernier, notre projet a reçu le Jeddah Award for Creativity après avoir été jugé par plus de 50 universitaires. Nous sommes également en contact avec le ministère de l’Éducation pour nous donner le feu vert pour organiser des campagnes de sensibilisation dans les écoles. Nous recevons également des dons d’associations caritatives et entreprises par le biais de programmes spéciaux de responsabilité sociale.

READ  Réserve fédérale: l'économie a augmenté de 7% au quatrième trimestre de l'année

Krishan a déclaré que la SSC veut s’assurer qu’elle a une empreinte nationale. « Ce serait formidable si nous pouvions collaborer avec plus d’agences et d’entités impliquées. De cette façon, nous pouvons aller aussi loin que possible. Nous avons 350 000 personnes qui bégaient des deux sexes dans la communauté, et elles ont désespérément besoin de notre aide. »

Krishan a déclaré qu’il existe de nombreuses idées fausses sur le bégaiement. Certains peuvent penser que le bégaiement est impossible à guérir, mais ce n’est pas du tout vrai. D’autres peuvent penser qu’il n’y a pas de centres de traitement défaillants dans le monde arabe, et qu’ils dépensent beaucoup d’argent pour leurs voyages et trouvent une solution pour eux-mêmes ou pour un membre de leur famille qui bégaie. »

Krishan a déclaré que le programme de cinq jours de la SSC est censé être un tremplin pour les personnes non informées. « Après cinq jours d’entraînement intense, un bègue peut bénéficier de 70 à 90 % du programme d’entraînement. Après cela, les 10 à 30 % restants peuvent être traités avec le temps, avec plus de pratique. » Le coût du programme est faible, a-t-il dit, et il est remboursable si l’on n’en profite pas.

Abd al-Aziz al-Mufairij, 14 ans, ancien bègue, a été cité en exemple du succès de la SSC. Il a d’abord été montré en train de parler dans une vidéo de pré-traitement, puis est monté sur scène pour parler. Lorsque Mufreij a terminé sa présentation, la fluidité et la confiance en soi de Mufrej ont été chaleureusement accueillies.

Al-Mufairij a déclaré à Arab News qu’il avait commencé à bégayer à l’âge de cinq ans. Mes camarades de classe. Je n’aimais pas que certains professeurs ne me laissent pas assez de temps pour lire ou m’exprimer.

READ  Le maire Mitchell annonce de nouvelles possibilités de subventions pour les entreprises et les entrepreneurs locaux

Almverej a déclaré qu’il avait rejoint le programme SSC il y a quatre mois et que toute sa famille l’avait aidé à surmonter les difficultés auxquelles il était confronté. Il faisait de l’exercice quatre à cinq heures par jour et parlait souvent aux gens dans les centres commerciaux et autres lieux publics pour gagner en confiance.

En marge de l’événement, des représentants des pays du Conseil de coopération du Golfe ont signé des partenariats et des accords avec le centre dans le but de répliquer son programme dans leur pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.