Un professeur algérien condamné à 3 ans de prison pour insulte à l’islam

Algérie, Algérie (AP) – Un tribunal algérien a condamné jeudi un professeur de lycée spécialisé dans l’islam pour insulte à la religion musulmane et l’a condamné à trois ans de prison.

Selon un groupe d’avocats défendant des dizaines de membres détenus du mouvement pro-démocratie algérien, Jabalkir n’a pas été immédiatement emprisonné et a déclaré qu’il ferait appel.

“Je suis professeur, pas imam”, aurait-il déclaré dans la presse en quittant la salle d’audience, utilisant “la raison et la pensée critique”.

Un autre professeur d’université, ainsi qu’un groupe d’avocats, avaient intenté une action en justice contre Jabalkir pour des publications sur Facebook qu’il considérait comme anti-islamiques.

Avant la condamnation, Jabalgir a déclaré au quotidien français Le Picaro que “pour la première fois dans l’histoire algérienne, un professeur d’université était (en cours de jugement) pour avoir exprimé son opinion dans son propre domaine d’expertise”.

Jabalkir a dit qu’il souligne la différence entre l’histoire et le mythe dans l’écriture religieuse, mais ses opposants disent que “tout dans le Coran est histoire, un h majuscule”.

Le bureau d’Alger à Amnesty International s’est prononcé contre une décision de “diffamation”.

“Punir quelqu’un pour avoir analysé la doctrine religieuse est une violation flagrante de la liberté d’expression et de la liberté religieuse”, a déclaré Amnesty en commentant les allégations.

La sentence est venue comme une nouvelle que la défense de l’islam en Algérie est une question de justice.

Certains hommes politiques, professeurs d’université et médias avaient exprimé leur solidarité avant le procès du professeur, qui avait condamné le «retour du procès».

Jabalkir, qui est largement suivi sur les réseaux sociaux, est connu pour remettre en question certains des principes de l’islam. Il s’oppose également à se couvrir la tête, ce qui a été averti par de nombreux musulmans que ce n’est pas une obligation religieuse “nulle part confirmée dans le Coran ou la Sunna” – références au livre et à la tradition sacrés musulmans et aux pratiques du prophète islamique.

READ  Le nombre de patients COVID-19 en France est en légère baisse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *