Un rare verre jaune du désert a été créé à la suite d’un impact de météorite

La formation du verre du désert libyen (LDG) a fait l’objet de nombreux débats dans le domaine de la science planétaire. L’éclairage, d’étranges processus géologiques et même des volcans sur la Lune ont été suggérés comme sources possibles. Au cours des 25 dernières années, les chercheurs se sont concentrés sur deux scénarios : soit il serait créé par une météorite frappant le désert, soit par une météorite explosant dans les airs. De nouvelles données suggèrent que la première hypothèse est probablement la bonne.

Le verre est fabriqué à partir de la fonte du sable, la plupart des scénarios impliquent donc de fournir de grandes quantités d’énergie aux sables du désert entre l’Égypte et la Libye. En ce qui concerne les températures qui peuvent transformer le sable en verre, les impacts de météorites et les explosions aériennes ont le potentiel d’atteindre ces températures, où elles peuvent produire une fusion à haute température.

« L’objectif principal de notre étude était de faire la distinction entre une explosion aérienne, comme au-dessus de Chelyabinsk ou de Toungouska, et un impact en surface », a déclaré l’auteur principal de l’étude. Dr Elizaveta Kovalevade l’Université du Cap-Occidental, pour IFLScience.

Le plastron de Toutankhamon présente un scarabée sculpté dans le verre du désert libyen.

L’équipe a cherché des preuves permettant de distinguer un scénario de l’autre. En fait, il existe une différence importante entre une collision et une explosion aérienne. Malgré les températures élevées et les ondes de choc dans l’air, les explosions aériennes ne peuvent pas fournir suffisamment de pression dans le sol pour produire des minéraux d’impact. Les chercheurs ont donc étudié la composition détaillée du verre.

READ  Plus d'un millier d'explosions cosmiques puissantes détectées par le télescope FAST en 47 jours

L’équipe internationale de chercheurs a utilisé la microscopie électronique à transmission pour étudier la manière dont les minéraux sont organisés dans la matière. Ils ont notamment découvert de petits cristaux d’oxydes de zircon. Les cristaux peuvent contenir des atomes disposés de différentes manières, et certains arrangements ne peuvent se former que dans certaines conditions spécifiques.

L’une des formations trouvées est connue sous le nom de zircone cubique. Cela se voit souvent dans les bijoux, où ils deviennent stables grâce à des inclusions intentionnelles – ici, c’est le verre qui les entoure qui le maintient stable. Il se forme à une température élevée comprise entre 2 250 et 2 700 degrés Celsius (4 082 et 4 892 degrés Fahrenheit). Mais la température réelle pourrait avoir été encore plus élevée, si l’on se base sur la fonte d’autres minéraux découverts lors des observations.

Les indicateurs de température ne suffisent pas à faire la différence entre un impact et une explosion, mais une autre formation de zircone observée dans le verre est très rare et indique également des pressions d’impact importantes. Pour que ce minéral se forme, il faut non seulement de la chaleur, mais également une très haute pression – environ 130 000 atmosphères. Si les minéraux à l’intérieur du verre se sont formés dans ces conditions, il existe un scénario naturel évident : un impact de météorite.

« Ce sont de très petites particules de phases minérales qui ne se forment qu’à des pressions très élevées. Ces hautes pressions ne peuvent être atteintes dans la croûte terrestre qu’après des impacts de météorites. Elles sont conservées dans le LDG car elles sont très petites », a expliqué le Dr Kovaleva.

READ  "What Gotten Into You" de Dan Levitt retrace le long voyage des atomes du Big Bang au corps humain

Les preuves du scénario d’impact deviennent de plus en plus solides. Mais de nombreuses questions demeurent, dont une de taille : s’il y a eu un impact, où se situe le cratère ? Ceci est actuellement inconnu. Une équipe de chercheurs étudie actuellement des emplacements potentiels (et si vous parlez français, Vous pouvez aussi aider).

L’étude est publiée dans minéralogiste américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *