Un remaniement ministériel incroyable rappelle aux partisans algériens du Hirak les frontières bloquées du changement | Sabar Blitz

ALGER – Le président algérien Abdel Majid Deboun a annoncé dimanche que le remaniement ministériel n’avait pas réussi à vaincre l’opposition et l’a rassurée sur l’opportunité d’un changement.

Au contraire, la situation politique rappelle le mouvement anti-peuple à la frontière et l’incapacité des autorités à apporter de nouvelles solutions au pays.

Les responsables ne sont pas satisfaits des mesures satisfaisantes prises ces derniers jours, notamment la libération de nombreux objecteurs de conscience, la réélection du Premier ministre Apologis D’Jarot pour un troisième mandat, la dissolution du Parlement et la création d’une nouvelle jeunesse organisations.

La nouvelle hiérarchie gouvernementale n’a pas séduit le grand public ni le public algérien.

Cette restructuration n’a pas accru les tensions croissantes dans le pays. Au contraire, il a fait l’objet de beaucoup de satire de la part des partisans du mouvement anti-peuple.

Le retour de deux personnalités clés, la soi-disant «Organisation Bouteflika», à savoir Mohamed Ali Baghdadi et Talila Pyjama, a renforcé les piliers du régime.

Cela a prouvé que ce ne sont rien de plus que les slogans de l’histoire du changement qui ont été promus jusqu’à présent. Cela a encore provoqué la colère de la rue et fourni un autre argument pour ceux qui préconisaient une refonte complète du système.

Le nouveau ministre du Tourisme, Mohamed Ali Boukasi, occupait auparavant des postes ministériels. Il a été conseiller de l’ancien président Apologize Bouteflika jusqu’à sa démission en avril 2019.

La ministre de l’Environnement, Talila Pujema, a occupé une position similaire dans les précédents gouvernements Budeflika.

Le 22 février 2021, une femme tient un drapeau algérien lors d’une manifestation algérienne en Algérie pour marquer le deuxième anniversaire du mouvement Hirak. (AP)

Dans son remaniement ministériel, qui n’a pas affecté les ministères clés, Debbie a retenu le ministre de la Justice Belgasem Jegmati, même s’il était devenu un symbole de la poursuite judiciaire des opposants politiques et des militants du Hirak. Il a également maintenu le ministre des Communications et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer, qui exerce également une influence sur les médias.

READ  Les blessés s'accumulent pour la France avant le choc de la Suisse - Sport

En réponse aux réformes décevantes, les Algériens sont descendus dans la rue pour protester contre le régime et réitérer les mêmes demandes de changement qu’ils ont exprimées depuis deux ans.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue lundi à Alger et dans d’autres grandes villes pour protester contre l’élite dirigeante et montrer leur engagement continu envers les revendications fondamentales du mouvement anti-peuple, y compris l’éviction du régime et la transformation politique globale. à la campagne.

L’Algérie, polarisée depuis deux ans entre la rue et les autorités, est de nouveau venue sur la place.

D’une part, il y a la rue qui n’est pas bloquée par les épidémies, la contre-propagande ou la suspension des luttes de 14 mois. D’un autre côté, il y a des responsables qui ne sont pas prêts à offrir de vraies concessions qui peuvent sortir le pays de son impasse actuelle.

Les autorités se sont opposées à la manifestation avec toutes les forces de police disponibles, les services spéciaux et l’armée. “

L’Algérie, lundi, “fait face à une guerre électronique grave et vicieuse visant à saper les éléments qui constituent le secret de la force de l’Algérie et reflète la situation de fusion unique entre l’armée et la nation”, a déclaré Belheimer.

“Les ennemis de l’Algérie ont tenté de s’investir malicieusement dans ce mouvement”, a déclaré le porte-parole dans un communiqué sur sa page Facebook officielle à l’occasion du deuxième anniversaire du mouvement anti-peuple.

Les autorités n’ont pas pu convaincre les manifestants de soutenir la voie politique qu’elle poursuit depuis la fin de 2019, car l’armée a le monopole de la gestion des affaires du pays dans le vide institutionnel.

READ  Un chrétien emprisonné en Algérie, condamné à une lourde amende

L’élection présidentielle, au cours de laquelle Deborah est devenue chef de l’État, n’a pas garanti l’adoption d’une nouvelle constitution et les réformes gouvernementales ultérieures qui n’ont pas fourni de garanties politiques adéquates pour un réel changement dans la rue et n’ont pas réussi à amener le pays vers une véritable solution la crise.

Le nouveau remaniement gouvernemental a trompé de nombreuses forces politiques, telles que la troisième de Djerrat, le mouvement Ennada (Frères musulmans) et le Parti travailliste (à gauche).

La secrétaire générale du Travail, Louisa Hanoun, a déclaré que «la dissolution du parlement et l’introduction d’une réforme du gouvernement ne résoudront pas la crise». Ses propos ont été illustrés par deux manifestations et rassemblements anti-gouvernementaux lundi.

Les manifestants ont rejeté les avertissements et les craintes concernant la propagation de l’épidémie parce que beaucoup pensaient que «les autorités ont utilisé la crise de santé publique pour réprimer le mouvement, riposter contre les militants et imposer son programme».

«La suspension de 14 mois n’a pas diminué la volonté politique des militants et les responsables se retrouvent aujourd’hui face à un faux allié», affirment-ils.

Comme la capitale, des Algériens et des Algériens d’âges et d’orientations politiques et idéologiques différents se sont portés volontaires pour renouveler les mêmes revendications politiques qu’ils avaient formulées il y a deux ans dans toutes les régions du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *