Violation exclusive des sanctions de l’ONU en Afrique ? Personne ne regarde le mouvement de la Russie

NATIONS UNIES (Reuters) – La Russie a reporté la nomination de comités d’experts indépendants chargés de surveiller les violations des sanctions des Nations Unies contre le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Mali, ont annoncé mercredi des diplomates. Leur travail est oublié.

Les diplomates ont déclaré que la Russie n’est pas satisfaite du nombre d’experts nommés dans les pays occidentaux et aimerait nommer davantage de Russes dans les commissions. La Russie étend son influence en Afrique, défiant en particulier l’influence française traditionnelle au Mali et en République centrafricaine.

“La Russie a déjà suspendu l’approbation d’un certain nombre de comités ou d’experts individuels”, a déclaré à Reuters l’ambassadeur adjoint de Russie aux Nations Unies, Dmitri Polyansky. “Malheureusement, nous sommes toujours confrontés à une situation où la composition proposée de telles peintures est géographiquement déséquilibrée. Nous avons une prédominance de représentants des pays occidentaux.”

Le mandat du Comité d’experts sur le Soudan du Sud a expiré le 1er juillet, les pouvoirs de la République démocratique du Congo le 1er août, la République centrafricaine le 31 août et le Mali le 30 septembre.

Tant que le conseil n’aura pas accepté de nommer le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres au nouveau mandat de ces comités, les experts ne pourront pas commencer à travailler et leurs efforts pour traquer les violations des sanctions seront entravés.

Des diplomates ont déclaré que la Russie retardait également la nomination d’un expert remplaçant au Comité de suivi des sanctions contre la Somalie. Les autres experts de ce comité peuvent siéger jusqu’à l’expiration de leur mandat à la mi-décembre.

READ  Jean-Paul Ier, pape pendant 33 jours en 1978, sera béatifié

Guterres nomme des comités de quatre à six experts indépendants pour chacun de ces régimes de sanctions de l’ONU. Ils surveillent les violations et les signalent au Conseil de sécurité et recommandent de nouvelles mesures.

Chaque année, le Conseil de sécurité renouvelle les divers régimes de sanctions et mandats des comités. Guterres écrit alors une lettre au conseil leur indiquant quels experts il a nommés et le corps de 15 membres approuve – à l’unanimité – la décision, permettant au comité de commencer ses travaux.

“Certains experts ne satisfont pas aux exigences d’impartialité, d’impartialité et d’indépendance”, a déclaré Polyansky. “Cela affecte les résultats de leur travail. Cette situation doit être corrigée”,

Plus tôt cette année, le Comité d’experts a suivi les sanctions contre la République centrafricaine Il a accusé les instructeurs militaires russes et les forces centrafricaines de viser des civils Recours à une force excessive, assassinats aveugles, occupation d’écoles et pillages généralisés. Le Kremlin a déclaré que c’était un mensonge que des enseignants russes étaient impliqués dans des meurtres ou des vols.

Reportage supplémentaire de Michelle Nichols aux Nations Unies et de Jonathan Saul à Londres ; Montage par Grant McCall

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *