Waluke et Wakhungu sont de retour en prison, alors que le tribunal confirme l’amende de 2 milliards de dollars

Économie

Waluke et Wakhungu sont de retour en prison, alors que le tribunal confirme l’amende de 2 milliards de dollars


La représentante Sericia John Walker (à droite) et la femme d’affaires Grace Wakhonjo. Photo de profil | NMG

Le député de Serisia John Walker et sa partenaire commerciale Grace Wakonjo retourneront en prison après que la Cour suprême a rejeté leurs appels, affirmant qu’ils avaient été correctement condamnés et que les 40 années qu’ils devaient passer en prison n’étaient pas excessives.

Le juge Sether Maina a rejeté l’appel, affirmant que les procureurs avaient prouvé les accusations portées contre le duo pour fraude en obtenant 313 millions de shillings d’une agence gouvernementale il y a des décennies.

Après avoir soigneusement examiné les preuves présentées et les observations soumises, ce tribunal est parvenu à la conclusion que l’appel n’était pas fondé », a déclaré le juge.

Le juge a déclaré que les deux partenaires doivent payer les lourdes amendes ou exécuter les peines prononcées par la juge d’instruction, Elizabeth Juma.

Tous deux ont été emprisonnés pendant plus de 40 ans, mais ont eu la possibilité de payer des amendes de plus d’un milliard de shillings, après avoir été reconnus coupables d’avoir reçu frauduleusement de l’argent du National Grains and Products Board (NCPB) pour du maïs, qui n’a jamais été fabriqué. disponible.

M. Waluk et Mme Wakongo ont fait appel, affirmant que les paiements effectués résultaient d’un arbitrage plutôt que d’une décision d’achat.

Leur avocat, Paul Moet, a déclaré à la juge Esther Maina que la sentence n’avait jamais été annulée et que leur reçu n’était qu’une fraction du montant payé.

« Il ne peut y avoir de cas de possession frauduleuse découlant d’une ordonnance du tribunal qui n’a pas été invalidée ou invalidée. Si les appelants se rendent à River Road et créent une ordonnance fictive, ce sera le cas.

Il a ajouté que l’argent qu’ils étaient accusés d’avoir obtenu frauduleusement n’avait pas encore été payé, et bien que le décret ne précise pas les montants pour le stockage, les intérêts ou le manque à gagner, le montant total reçu était inférieur au manque à gagner, une partie qui n’a pas fait l’objet de poursuites pénales.

Les deux et leur société, Erad Supplies & General Contractors, ont pris plus de 313 millions de shillings au NCPB pour de fausses réclamations, dans le cadre d’un prétendu accord échoué pour fournir au gouvernement 40 000 tonnes métriques en 2004.

M. Muite a déclaré qu’après avoir échoué à annuler la décision, le NCPB avait engagé une procédure parallèle devant l’EACC réclamant que la facture, sur la base de laquelle la demande de frais de stockage avait été falsifiée, avait été falsifiée.

Il a déclaré qu’Irad Supplies Company avait renvoyé l’affaire à l’arbitrage, réclamant une indemnisation publique et privée pour rupture de contrat. Lors de l’audience d’arbitrage, 1 146 000 $ ont été facturés à titre d’exposant, pour prouver les dommages spéciaux ainsi que les intérêts.

Le tribunal a entendu qu’il y avait des incohérences matérielles qui minaient la thèse de l’accusation et a affirmé que la transaction commerciale était purement commerciale et que les réclamations étaient de nature civile, et qu’il n’y avait donc pas de culpabilité pénale.

« Ce à quoi le tribunal de première instance s’est manifestement engagé était une analyse fondée sur une conclusion ou une preuve au-delà de tout doute raisonnable quant aux accusations d’énonciation. Il n’y a aucune analyse quant à savoir si les autres accusations avaient été étayées au-delà de tout doute raisonnable. Le verdict, par conséquent, dit M. Moeti, cela ne peut pas continuer.

READ  L'Algérie rejette les allégations du Maroc sur les liens entre le Hezbollah et le Polisario - Middle East Monitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.