38 morts dans des incendies de forêt en Algérie

El Qalaa, Algérie : Les pompiers algériens ont maîtrisé jeudi (vendredi à Manille) une série d’incendies qui ont fait au moins 38 morts, dont 12 morts dans un bus piégé dans les flammes.

Les incendies meurtriers sont devenus une catastrophe annuelle en Algérie, où le changement climatique a transformé de vastes étendues de forêt en baril de poudre pendant les mois d’été torrides.

Les autorités ont été accusées de ne pas être préparées, avec peu d’avions de lutte contre les incendies malgré les pertes record des incendies de l’année dernière et une manne financière provenant des exportations de gaz dans un contexte de flambée des prix mondiaux de l’énergie.

Le porte-parole de la lutte contre les incendies, Farouk Ashour, a déclaré jeudi soir à l’Agence France-Presse que 16 incendies brûlaient toujours dans sept districts, mais que les districts les plus durement touchés à l’est, El Tarf et Souk Ahras, étaient sous contrôle.

A Souk Ahras, une foule nombreuse s’est rassemblée pour pleurer cinq membres d’une même famille qui ont péri dans les flammes.

Recevez les dernières nouvelles


Il est livré dans votre boîte de réception

Abonnez-vous aux newsletters quotidiennes du Manila Times

En m’inscrivant avec une adresse e-mail, je reconnais avoir lu et accepté les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité.

Le ministère de la Justice a ouvert une enquête après que le ministre de l’Intérieur Kamal Beljoud a indiqué que certains des incendies avaient été déclenchés délibérément, et les autorités ont annoncé jeudi avoir arrêté quatre pompiers présumés.

READ  Adoption élevée de la stratégie de test des API par les PME et les grandes entreprises

Au moins 38 personnes ont été tuées, dont plus de 10 enfants et 10 pompiers, selon de multiples sources, dont des journalistes locaux et les pompiers.

La plupart d’entre eux se trouvaient dans la région de Tarf, près de la frontière orientale de l’Algérie avec la Tunisie, qui est une zone de chaleur étouffante de 48 ° C (118 ° F).

Au moins 200 personnes ont subi des brûlures ou des problèmes respiratoires, selon divers médias algériens.

La télévision algérienne a diffusé des images de personnes fuyant des maisons en flammes et de femmes portant des enfants dans leurs bras.

Un journaliste de son côté a décrit des « scènes de destruction » sur la route menant au port du château dans le nord-est du pays.

« Un ouragan de feu a tout englouti en quelques secondes », a-t-il déclaré à l’AFP par téléphone.

Une équipe de l’AFP présente dans le château a vu des voitures en feu, des personnes épuisées et des arbres calcinés au milieu d’une forte odeur de fumée.

Un témoin, qui a demandé à ne pas être nommé, a déclaré que 12 personnes avaient été brûlées vives dans leur bus alors qu’elles tentaient de s’échapper lorsqu’un zoo a pris feu.

Taqi al-Din, un employé du parc qui a refusé de donner son nom complet, a déclaré que le personnel avait aidé les familles avec de jeunes enfants à s’échapper alors que le parc était entouré de flammes.

« Personne n’est venu nous aider, ni les pompiers ni personne d’autre », a-t-il déclaré à l’AFP.

READ  "Colette" a remporté l'Oscar du meilleur court métrage documentaire. Regardez le film d'un réalisateur du New Jersey.

Il a ajouté qu’un de ses collègues est mort dans le processus.

Les autorités ont critiqué

Un médecin du château a déclaré que 72 personnes avaient été transportées à l’hôpital de la ville, où neuf sont décédées et neuf autres sont toujours en soins intensifs.

Des associations à travers l’Algérie ont appelé à des dons d’argent et de fournitures médicales pour aider les victimes.

Jeudi après-midi, les pompiers ont indiqué que 1 700 pompiers avaient été déployés pour combattre les flammes, dont 24 faisaient toujours rage.

Un journaliste de la région montagneuse de Souk Ahras a déclaré à l’AFP qu’un incendie massif dans une forêt voisine avait semé la panique dans la ville d’un demi-million, avec près de 100 femmes et 17 nouveau-nés évacués de l’hôpital.

Les scènes rappelaient les incendies de l’année dernière qui ont tué au moins 90 personnes et rasé 100 000 hectares (247 000 acres) de forêts et de terres agricoles dans le nord du pays.

La catastrophe a suscité des critiques de la part des autorités en raison du manque d’avions de lutte contre les incendies.

L’Algérie a accepté d’acheter sept avions de ce type à la société espagnole Belisa, mais a annulé le contrat après une querelle diplomatique sur le Sahara occidental fin juin, selon le site spécialisé MENA Defence.

Le ministre de l’Intérieur, Kamal Beljud, a déclaré que les autorités avaient loué un bombardier à eau russe, mais qu’il était tombé en panne et ne devrait pas fonctionner à nouveau avant samedi.

Le Département de la protection civile et les militaires ont accès à plusieurs hélicoptères de lutte contre les incendies.

READ  Six pays: 15e de France isolée après un cas positif en personnel

« La forêt s’est éclaircie »

Les experts ont appelé à un effort majeur pour renforcer la capacité de lutte contre les incendies dans le plus grand pays d’Afrique, qui compte plus de quatre millions d’hectares de forêt.

Un spécialiste, qui a requis l’anonymat, a déclaré à l’AFP que dans les années 1980 le pays disposait de 22 avions Grumman pour lutter contre les incendies de forêt, mais qu’ils étaient « vendus à très bas prix, sans proposer de solution alternative ».

Depuis début août, les incendies ont détruit plus de 800 hectares de forêt et 1 800 hectares de bois, selon Belgood.

Le Premier ministre Ayman bin Abdelrahman a défendu jeudi la réponse du gouvernement, affirmant que son pays avait commandé quatre nouveaux avions de lutte contre les incendies, mais qu’ils ne seraient pas disponibles avant décembre.

Il a ajouté que les vents violents avaient exacerbé les incendies et déclaré que les autorités « faisaient tout ce qu’elles pouvaient » pour les éteindre.

« Des vents de plus de 90 kilomètres (55 miles) par heure rendent le travail des jets d’eau difficile, voire impossible », a déclaré Rafiq Baba Ahmed, universitaire et expert forestier à la retraite, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Il a dit que la mauvaise gestion des terres a aggravé le problème.

« La forêt s’est éclaircie aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *