Al-Kuwari souligne la “force et la durabilité” des relations bilatérales entre le Qatar et l’Algérie

Son Excellence Ali bin Ahmed Al-Kuwari, ministre du Commerce et de l’Industrie, a déclaré aujourd’hui, jeudi, que le commerce bilatéral entre le Qatar et l’Algérie s’élevait à 36,13 millions de dollars en 2020.
Dans son discours devant la première réunion virtuelle du Conseil d’affaires qatari-algérien, Al-Kuwari a souligné la «force et la durabilité» des relations entre les deux pays, faisant référence à la visite historique de Son Altesse Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, émir de le pays en Algérie en février 2020. Il s’agit de la visite qui a contribué à la consolidation de la coopération qataro-algérienne à tous les niveaux, notamment économique, ainsi qu’en termes d’investissement.
Le ministre a souligné que la coopération en matière d’investissement avait connu de grands progrès après la création de la Société sidérurgique algéro-qatari en Algérie. Avec un coût d’investissement de plus de deux milliards de dollars, le fer algéro-qatarien est l’une des joint-ventures les plus importantes de la région.
Al-Kuwari a expliqué que le Qatar était l’un des plus gros investisseurs de la République algérienne, les investissements qataris représentant 74,31% des investissements étrangers dans ce pays.
Passant aux caractéristiques de l’économie qatarie, le ministre du Commerce et de l’Industrie a déclaré: «L’État du Qatar a mis en place une stratégie solide pour soutenir la force de l’économie nationale en offrant également des incitations financières et économiques au secteur privé. comme en prévoyant diverses exemptions pour protéger l’esprit d’entreprise et les petites et moyennes entreprises.
L’État du Qatar a cherché à renforcer le partenariat entre les agences gouvernementales et le secteur privé, croyant au rôle central du secteur privé dans la mise en œuvre de programmes visant à réaliser la reprise économique et à soutenir la marche du Qatar pour atteindre les objectifs de sa Vision nationale 2030.
Le ministre a indiqué que l’État du Qatar poursuivait sa stimulation des investissements. À cette fin, le Qatar a développé un environnement commercial et mis en place des cadres législatifs et réglementaires qui permettent aux investisseurs étrangers de s’approprier pleinement divers secteurs, ainsi que diverses activités économiques et commerciales.
En outre, le Qatar a fourni des avantages et des incitations en matière d’investissement «importants» qui ont consolidé la position de leader du Qatar sur la carte des investissements mondiaux.
En conclusion, Al-Kuwari a affirmé que la première réunion du Conseil d’affaires qataro-algérien était un événement important qui affecterait “positivement” le volume des échanges commerciaux et d’investissement entre les deux pays.
À cet égard, Al-Kuwari a appelé les hommes d’affaires des deux côtés à profiter des opportunités d’investissement disponibles dans les deux pays et à établir de nouveaux partenariats.
Outre Al-Kuwari, le ministre du Commerce de la République algérienne démocratique et populaire, Kamal Rizk, a participé aux travaux de la première réunion du Conseil d’affaires qataro-algérien, qui s’est tenue presque hier.
Le Conseil d’affaires qataro-algérien est présidé du côté qatari par le cheikh Faisal bin Qasim Al Thani, chef de l’Association des hommes d’affaires qataris, et du côté algérien, Kamal Mola.
La réunion virtuelle a été témoin d’une grande participation des deux pays. Du côté qatari, parmi les participants figuraient Hassan bin Ibrahim Al-Maliki, ambassadeur du Qatar en Algérie, et un certain nombre de responsables et d’hommes d’affaires qatariens.
Du côté algérien, parmi les participants figuraient le Dr Mustafa Boutoura, Ambassadeur d’Algérie au Qatar, et un certain nombre de fonctionnaires et représentants d’entreprises algériennes.

READ  L'Azerbaïdjan et l'Algérie cherchent à accroître leur potentiel d'exportation et d'investissement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *