Les pourparlers ont eu lieu à l’hôpital de Brahim Khali au “ plus haut niveau ” entre l’Espagne et l’Algérie

Rabat – L’Espagne et l’Algérie font face à des pressions internationales pour organiser un traitement médical pour Brahim Khali de Policario dans la ville de Logrono, dans le nord de l’Espagne.

Communiqué de presse espagnol La Rac ேசன் n Annoncé La visite du leader du Polysario en Espagne “a été négociée au plus haut niveau entre l’Espagne et l’Algérie”.

La semaine dernière, après que l’Algérie a aidé Khali à se rendre en Espagne sous une fausse identité et vérifié son passeport algérien en faveur de Covit-19 pour obtenir des soins médicaux,

Le leader séparatiste est Mohammed Ben Battouch d’Espagne, d’Algérie.

À mesure que les rapports des médias changent, Y compris El Pice, L’une des sources d’information les plus fiables d’Espagne, reçoit un traitement COVID-19 dans un pays européen.

Cependant, ni la police ni le gouvernement algérien, qui est un fervent partisan du groupe séparatiste, n’ont annoncé où Khali recevrait ses soins médicaux. Le public décrit le silence assourdissant d’Alger et de Madrid comme une tentative de dissimuler l’emplacement de Gali ou de refuser de faire quoi que ce soit avec son voyage médical.

Aucune annonce de Madrid, Maroc Géré Pour détecter l’arrivée de Brahim Khali en Espagne via ses services de renseignement, des rapports espagnols ont révélé.

Lisez aussi: Le chef du Policario Brahim Khali a été hospitalisé en Espagne sous une fausse identité

En Algérie, pendant ce temps, les médias les plus proches du gouvernement ont été inhabituellement silencieux sur le statut de Khali et sa localisation actuelle.

Mais Algérie Part Plus, une agence de presse connue pour son nationalisme extrême et sa relation idéologique avec l’establishment militaire d’Alger, a publiquement condamné la décision des Algériens d’investir des centaines d’euros dans Brahim Ghali, tandis que les Algériens font face à une série de crises socio-économiques profondes. .

READ  Pénurie d'eau à Magrep

Au milieu des informations faisant état du mécontentement du Maroc face à “l’attitude honteuse” de Madrid en accueillant Gali, le gouvernement espagnol a lu la carte habituelle du “déni crédible”, arguant que le chapitre de Gali ne devrait pas affecter les “excellentes relations” entre le Maroc et l’Espagne.

Pour de nombreux observateurs, cependant, Alger n’aurait pas pu se rendre à Galle pour raisons médicales sans une autorisation appropriée, où le chef séparatiste fait face à de graves accusations, notamment de génocide, d’enlèvement, de torture et d’abus.

En 1974, la Cour nationale espagnole a reçu de nombreuses poursuites contre Gali en 2008 et 2016 pour un certain nombre de crimes contre des citoyens espagnols sur le site industriel de Passpogra près de la ville du sud du Maroc au Laos. Les attaques ont eu lieu entre 1974 et 1976.

Pablo Ruiz, un juge du tribunal de Madrid, a convoqué Brahim Khali devant le tribunal en 2008 et 2016 pour des accusations.

Galle évite les voyages internationaux pour éviter d’être confronté à un procès.

Avec la nouvelle que le très convoité Ghali est désormais en Espagne sur ordre algérien et suivant les procédures «les plus élevées» des autorités espagnoles, l’Espagne est désormais au centre de la polémique pour avoir aidé à accéder à ses territoires sans engager de poursuites judiciaires contre le dirigeant du Policario.

L’Organisation internationale pour la protection des droits de l’homme et des libertés publiques (IOHRDPF) réclame l’arrestation «immédiate» du dirigeant du Policario.

De leur côté, les avocats des victimes de la vacance ont déposé une nouvelle plainte devant les tribunaux espagnols demandant l’arrestation du chef de la police alors qu’il se trouvait en Espagne.

READ  Le Lyonnais Slimani félicite le CR Beloustat pour son huitième titre algérien

Le Maroc a condamné la décision de l’Espagne d’accueillir Polycario, soulevant des questions sur les relations Rabat-Madrid.

Le ministère marocain des Affaires étrangères a convoqué dimanche l’ambassadeur d’Espagne à Rabat et a clarifié la décision de son pays de traiter Gali, malgré une action en justice contre Gali en Espagne.

“Pourquoi la justice espagnole n’a-t-elle pas encore répondu aux nombreuses plaintes déposées par les victimes?” Le ministère a dit. Cette question a été évoquée dans un geste “incompréhensible” qui voit à la fois la surprise et la déception de Rafat d’un pays qu’il considère – jusqu’à présent du moins – comme un allié “traditionnel” et “un bon voisin”.

Mais le rapport du ministère marocain était plus une déception qu’une surprise alors qu’il entrait dans la dépression. En ouvrant ses portes à Galle, il a déclaré que l’Espagne avait “pris une décision contre le partenariat et les bons voisins, qui est une question fondamentale pour le peuple marocain et ses grandes puissances”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *