Algérie : L’effondrement du pouvoir d’achat ouvre la porte au débat sur le sort des soudaines recettes pétrolières et gazières | Atalayar

La chute des prix du pétrole en 2014 met en jeu la stabilité du régime algérien. Avec une économie basée sur les hydrocarbures et un modèle politique répressif, l’Algérie est entrée dans une période de troubles qui, cinq ans plus tard, conduira à l’éclatement du Hirak, une mobilisation nationale pacifique stimulée par l’intention du président de l’époque, Abdelaziz Bouteflika, de briguer les suffrages. cinq ans. C’est l’heure des élections de 2019. Les manifestants réclament également de profondes réformes de l’État.

L’ampleur du mouvement a conduit au limogeage du vétéran de l’armée, Bouteflika. Le système devait agir pour maintenir la situation pour l’instantMême si rien n’a changé dans la réalité, comme l’a démontré l’arrivée d’Abdelmadjid Tebboune à la présidence après les élections. Tebboune, membre éminent du parti au pouvoir et titulaire de plusieurs portefeuilles ministériels sous feu le président Bouteflika, a profité de la pandémie de Covid-19 pour réprimer l’opposition et consolider le nouveau visage du régime. mais, La situation économique délicate et le mécontentement intense dans les rues font craindre une nouvelle vague de protestations.

Il semble que ces craintes se soient dissipées. C’est du moins la perception actuelle des dirigeants algériens, qui ont connu une augmentation sans précédent des revenus pétroliers et gaziers ces derniers mois. Alors que l’invasion russe de l’Ukraine fait grimper les prix et accélère le découplage énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie, le continent recherche désespérément des sources alternatives pour se préparer à ce qui devrait être un hiver difficile. Beaucoup ont jeté leur dévolu sur l’Algérie, comme l’Italie dirigée par Draghi et la France sous Macron, qui s’est récemment rendue dans le pays du Maghreb à la recherche de nouveaux avantages et de contrats gaziers.

READ  Le PIB a augmenté de 4 % en 2021 grâce à de fortes exportations
AFP / Moussab Al-Shami – Une femme affronte des membres des forces de sécurité à Alger

Selon les données officielles, la balance commerciale de l’Algérie affiche un excédent de 5,6 milliards de dollars au premier semestre 2022, ce qui est bien supérieur aux chiffres de 2021, qui se limitaient à 1,34 milliard de dollars. De plus, les exportations de ce cycle ont augmenté d’environ 50%, un niveau qui favorise la stabilité des réserves de change. Selon la Banque mondiale (BM), le PIB algérien a retrouvé la force qu’il avait perdue lors de la crise du COVID-19. Bref, le vent souffle en faveur de l’entreprise. Ce n’est pas le cas pour la population.

La forte augmentation des revenus du pétrole et du gaz ne s’est pas traduite par des améliorations sociales et économiques pour les citoyens algériens. Cela s’est reflété, entre autres exemples, dans l’augmentation considérable du nombre de familles qui ont passé des commandes pour acheter des fournitures scolaires pour leurs enfants par tranches après la rentrée scolaire. Le pouvoir d’achat a souffert de la crise, ce qui conduit beaucoup à se demander où vont les gains énergétiques soudains. Il y a des doutes.

En outre, Les problèmes économiques structurels de l’Algérie existent toujours. Des taux de chômage élevés, dépassant 12%, une inflation accélérée et des hausses rapides des prix, ainsi qu’une forte dépendance aux hydrocarbures, menacent de briser la période de croissance relative de l’Algérie.

Abdel Majid Taboun
Photo / Farouk Batesh – Le président Abdelmadjid Tebboune lors de son investiture

Le mandat de Bouteflika au pouvoir (1999-2019) a coïncidé avec une certaine stabilisation des prix du pétrole et du gaz. Cela a permis au dirigeant autoritaire de gouverner sans succomber aux diktats de l’économie, en utilisant des mesures de redistribution des revenus comme pare-feu pour contenir le déclenchement du printemps arabe en Algérie. En fin d’année, son successeur, Tebboune, n’aurait pas subi le même sort du fait de la pandémie et de l’instabilité croissante au Maghreb. mais, L’actuel président essaie d’imiter le « style Bouteflika »..

READ  Pritzker : L'infrastructure est vitale pour la croissance de l'économie de l'Illinois

En début d’année, Tebboune, qui prépare un second mandat, a confirmé que l’exécutif se concentrerait sur l’économie. Une augmentation des dépenses publiques était donc attendue après des années d’austérité Avec les encouragements du Fonds monétaire international (FMI), dont les prescriptions visaient à réduire la dette publique, qui s’élevait à 65,54 milliards de dollars. Il en a résulté un fort recul de l’État et une nette dégradation des services publics, source de mécontentement social.

mobilité
AFP/Toufic Dodo – Fin avril 29, les syndicats ont annoncé des grèves générales contre la hausse des prix

au cours de cette période, Le gouvernement algérien a pris une série de mesures jusqu’ici infructueuses pour contenir la baisse du pouvoir d’achat. Allocations de chômage pour les nouveaux travailleurs, augmentations de salaire et retenue des tarifs de base et des subventions pour certains biens de consommation tels que le pétrole, le sucre, le lait et le pain. Cependant, la frustration dans les rues ne diminue pas. Le scénario reste préoccupant et la plupart des familles n’ont pas beaucoup de marge de manœuvre pour affronter les mois à venir.

Dans son dernier rapport, le directeur de la région Maghreb de la Banque mondiale, Jesco Henschel, a souligné que malgré l’apparente reprise de l’activité économique en Algérie, « des défis subsistent, exacerbés par la forte volatilité des prix du pétrole et l’incertitude sur la dynamique de l’économie mondiale ». .” . Pour surmonter cette situation économique allemande Il a recommandé à l’Etat algérien d’impliquer le secteur privé dans ses effortsqui « sera essentiel pour stimuler la croissance inclusive et la création d’emplois ».

Cependant, l’élite dirigeante algérienne contrôle l’économie nationale. Elle domine presque sans partage dans tous les secteurs, freine le développement de l’initiative privée et freine finalement l’ascension sociale. L’économiste et président de l’Université Paris Dauphine, M. Mauhoud, décrit le modèle économique algérien comme Une sorte de « capitalisme de copinage » où « les élites gardent leurs marchés et empêchent l’émergence de concurrents privés et indépendants ». La consanguinité et la bureaucratie excessive font de l’Algérie l’un des environnements les plus difficiles au monde pour créer et exploiter une entreprise, selon Maison de la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.