Algérie: Rencontrez le véritable homme fort de l’Algérie: il n’est pas président

Une analyse récente du site de renseignement Redouin Benmehdi – Algeriabard a attiré notre attention sur la révélation de qui contrôle vraiment le pouvoir en Algérie. Selon l’actuel commandant en chef de l’Algérie, l’Algérie Bord a été officiellement nommée par le président à la présidence de l’armée le 5 juillet 2020 et est maintenant devenue l’un des décideurs les plus forts et les plus importants d’Algérie, dépassant même le président Debën. Après la mort du général Gaid Salah, le chef de l’armée, a conduit à une transition vers le chef intérimaire de l’armée, le général Syed Sengriha a lutté pendant des mois pour trouver son leadership, avec de profondes divisions au sein de l’establishment de la sécurité profondément enraciné. Mais au fil des mois, Sengriha s’est concentré sur la réduction des pouvoirs des clans établis d’officiers supérieurs et d’agences de renseignement profondément influentes, transformant toute la direction de l’établissement de sécurité du pays avec la nomination de croyants de Sengriha.

Fin janvier 2021, le général Triki Mohammed, commandant régional de la gendermary nationale d’Aaron, l’un des hommes les plus puissants des services de sécurité algériens, a été jugé “intouchable” sous l’ordre précédent, et jugé pour transactions financières militaires, influencer le commerce et la corruption. Le général Tricky a été emprisonné sans grande fanfare. Triki est l’un des derniers hauts fonctionnaires à avoir fait l’objet d’une enquête de la Direction fédérale de la défense (DCSA) pour son implication dans plusieurs escroqueries. Des centaines d’autres officiers ont été emprisonnés, licenciés, contraints de prendre leur retraite ou ont quitté le pays pour éviter des poursuites. Au total, les analystes estiment que 1 500 officiers supérieurs de l’armée et du renseignement ont été éliminés au cours des deux dernières années dans une guerre de clan brutale qui a gravement affaibli l’armée algérienne. Parmi eux, l’infortuné général Vassini Bouza, ancien chef de l’Organisation de la sécurité intérieure (DGSI), est en prison depuis avril 2020, lorsque Setriha a décidé de le destituer du pouvoir. Vassini n’était pas seulement détesté par le mouvement Hirak pour ses campagnes anti-Hirak, mais a également dirigé une autre campagne pour discréditer Abdelmadjit Debaw lorsqu’il s’est présenté à l’élection présidentielle de 2019.

READ  Établit la voie de l'économie de la connaissance en Algérie

Pendant de nombreuses années, le général Triki a été sous la protection d’un autre chef militaire, le général Penali Penali, qui a défendu le président en tant que véritable poids lourd et chef de la garde républicaine de l’armée algérienne, qui aurait pu succéder à Gait Salah en tant que chef de l’armée mais a nié sa âge avancé. Penalty, qui était conseiller et ami proche du président Abdelmadjit Deboun, s’est renforcé au cours des deux dernières années. Mais cette sécurité s’est estompée après que le président Debouin a été infecté par le virus Govt-19 et contraint de fuir le pays pendant quatre mois pour un traitement médical à l’étranger. En 2021, l’équilibre des pouvoirs entre Debown et Sengriha s’était fortement déplacé en faveur de cette dernière. Deboun, qui est malade, faible et n’a pas démissionné de la présidence depuis des mois, doit sa survie politique au général Sengriha, qui a refusé de soutenir les appels à sa destitution.

Pendant son congé médical à Debown, Sengriha a travaillé pour nommer de nouveaux commandants régionaux qui lui étaient fidèles. Il a changé la direction de DCSA, qui lui est désormais entièrement dédiée. Les nouvelles nominations de commandants fidèles à Sengriha incluent le général Hudge Larus D’Jamel, commandant de la deuxième région d’armée d’Aran (supervisant l’ouest de l’Algérie), le général Siden Ali, commandant de la première région d’armée, commandant de la cinquième région d’armée Noordeen Humble et Général de brigade général de la marine. En nommant ses hommes dans tous les territoires militaires, Sengriha a consolidé son autorité à la tête de l’organisation militaire.

READ  La France approuve près de 20000 sites 5G dans tout le pays

Des changements qui ont profité au général Sengriha ont également eu lieu au sein de l’unité paramilitaire connue sous le nom de Gendermary. Avec 200 000 soldats, Gendermary est en charge de la police rurale et joue un rôle clé dans l’interrogatoire des officiers supérieurs lorsque d’autres agences rattachées à la présidence refusent de le faire. Sengrina a maintenant la loyauté du général Yahya Ali Olhodz, commandant en chef du commandement national Gendermari, et de son haut commandant en chef, le général Kosmia Nourin.

Le 20 janvier 2021, Sengriha a élargi ses pouvoirs après avoir nommé le général Edin Macri à la tête de l’Agence de renseignement extérieur, l’une des branches des services secrets algériens. L’incapacité du président à nommer un nouveau dirigeant d’Intel signifie que le général Sengriha le remplacera. Le 15 mars 2021, le général Mohamed Salah Ben-Picha a été nommé nouveau secrétaire général du ministère de la Défense, une autre nomination qui devrait être propre au président.

Depuis le début de 2021, le président Abdelmadjit Deboun a été complètement évincé des centres de décision au sein de l’establishment militaire. Son allié, le général Penali Penali, a finalement été évincé de la présidence en tant que conseiller, et a été remplacé par un autre croyant de Sengriha. À la suite de sa campagne de nettoyage, Sengriha a limogé le secrétaire général du ministère de la Défense Abdelhamid Chris en tant que garde du corps de Penali et Deboun. Le général Abdelkader Lachem, ancien chef du département de la transmission, des systèmes et de la guerre électronique du ministère de la Défense, et autre garde du corps de Deboun, a été arrêté en grand péril et envoyé à la prison militaire de Plida le 20 mars 2021.

READ  Nous avons battu l'Algérie, mais le temps est écoulé - Mico

Aujourd’hui, le général Syed Sengriha semble avoir toutes les clés du pouvoir en Algérie. Mais contrairement à son prédécesseur, Sengriha n’était ni vocal ni ambitieux et, comme Kate Salah, est décédé d’une crise cardiaque à la fin de 2019, probablement en raison de l’épuisement. À 74 ans, Sengriha semble vouloir coopérer avec Debawan, tout en conservant un certain pouvoir sur le président. Sengriha savait que se comporter comme son ancienne patronne, Kate Salah, pouvait avoir de lourdes conséquences non seulement pour lui, mais aussi pour sa famille et ses associés, comme cela s’est produit pour feu le général Kate Salah. Au lieu de cela, Sengriha veut être au pouvoir, mais dans les coulisses, une autre guerre de clan l’empêche d’être ciblé. Si la stabilité de l’Algérie ne l’oblige pas à se retourner contre le président, Sengriha est susceptible de maintenir le statu quo de la politique algérienne en sécurité pour l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *