Amnistie : les forces iraniennes tuent au moins « huit » manifestants en 24 heures

Malgré sa brutalité, le régime iranien ne peut pas arrêter le pouvoir d’al-Shabab (expert de l’ONU)

New York : Peu importe à quel point le régime iranien est répressif ou à quel point sa réponse à la dissidence est dure, il ne peut pas arrêter le mouvement de jeunesse qui prend d’assaut tout le pays et son tissu social en quête de justice et de responsabilité.

C’était l’avis du rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme en Iran, Javed Rehman, alors que les protestations dans le pays contre la mort de Mahsa Amini sont entrées en garde à vue le 40.

Il a déclaré que plus de 250 manifestants ont été tués jusqu’à présent par les forces de sécurité, dont 27 enfants.

Cependant, il s’agit du « nombre le plus bas » car le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé, a-t-il ajouté.

« Il y a bien plus de victimes et de morts que ce que je viens de dire », a déclaré Rahman à Arab News jeudi.

Le régime iranien ne lui permettra pas de se rendre dans le pays et d’effectuer les procédures de vérification appropriées, bien qu’il ait demandé l’accès depuis son entrée en fonction en 2018.

Les manifestations en cours ne sont que le dernier chapitre de la longue histoire des troubles publics qui secouent la République islamique depuis 1999. La réponse à toute cette opposition a été la même – la répression brutale par le régime qui a fait de nombreux morts, blessés et des milliers de personnes mortes. Les prisonniers politiques sont derrière les barreaux.

Les étudiants ont participé à des manifestations violentes et à grande échelle en juillet 1999, par exemple, et sont retournés dans la rue quatre ans plus tard pour demander justice pour les morts et les blessés lors de manifestations précédentes.

READ  Poutine salue la contribution de Nazarbayev au développement de l'EAEU - Business and Economy

L’élection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence en 2009 a déclenché de nouveaux troubles qui ont duré jusqu’en 2010 et ont de nouveau éclaté l’année suivante et en 2012. Plus récemment, une série de mouvements politiques, de désobéissance civile, d’activisme en ligne et de manifestations ont eu lieu entre 2017 et 2021.

Mais les protestations actuelles contre la mort le 16 septembre d’Amini, qui avait été arrêté trois jours plus tôt pour ne pas avoir respecté les règles strictes de port du couvre-chef, semblent représenter un moment décisif que de nombreux observateurs considèrent comme un point de non-retour pour le régime. à Téhéran.

« Combien de fois pouvez-vous pratiquer la brutalité ? Combien de fois pouvez-vous violer les droits humains fondamentaux et la dignité fondamentale des personnes ? », a déclaré Rahman.

Dans la vague de protestations actuelle, il y a un vrai problème : qu’en est-il des femmes et des filles en Iran ? Ils ont résisté. Ce sont les jeunes qui sont descendus dans la rue. Les femmes ne veulent pas être opprimées et opprimées. Ce sont des femmes jeunes, brillantes et intelligentes. Ils voient le monde changer, (ils suivent) les réseaux sociaux.

« Les autorités iraniennes, aussi brutales et répressives soient-elles, ne peuvent pas arrêter la jeunesse. Elles ne pourront pas arrêter ce mouvement. »

Rahman a déclaré qu’étant donné l’impunité qui prévaut sur laquelle le régime continue d’agir et l’absence de responsabilité pour les crimes commis lors de manifestations précédentes, l’incapacité de la communauté internationale à prendre des mesures pour y remédier signifie seulement qu’il y aura d’autres abus de ce type.

READ  Rachel Notley visite Lethbridge pour parler de la reprise économique après la pandémie

Si nous ne faisons rien maintenant, si nous restons silencieux, qu’arrivera-t-il à tous ces millions de personnes en Iran ? Il a averti qu’ils continueraient à être soumis et cruels et qu’ils risquaient de perdre espoir.

Rahman, comme tous les rapporteurs spéciaux, est un expert indépendant qui ne fait pas partie du personnel des Nations Unies et n’est pas rémunéré pour son travail. Cette semaine, il a présenté son rapport final à la Troisième Commission de l’Assemblée générale, qui se réunit chaque année en octobre et traite de questions liées aux droits de l’homme, aux affaires humanitaires et sociales.

Son rapport indique que Mahsa Amini a été victime de « la brutalité de l’État et de la répression de l’État ». Elle condamne la répression brutale des manifestants qui sont descendus dans la rue après sa mort sous le slogan « Femmes, Vie, Liberté ».

Il exhorte les autorités iraniennes à « cesser immédiatement d’utiliser la force meurtrière pour surveiller les rassemblements pacifiques (et) à mener une enquête indépendante, impartiale et immédiate sur la mort d’Amini, à rendre publics les résultats de l’enquête et à demander des comptes à tous les auteurs ».

Cela fait écho à des appels similaires des Nations Unies et de pays du monde entier. Rahman a déclaré que le régime de Téhéran a non seulement ignoré ces appels, mais que les autorités de l’État « ont clairement ordonné aux forces de sécurité de réprimer les manifestants ».

Soulignant « des problèmes systématiques très graves dans le rôle de la police des mœurs » chargée de faire respecter la stricte « loi du voile » sur la tenue vestimentaire des femmes, il a déclaré que celle-ci était dirigée par le président Ibrahim Raisi, qui avait « incité à plusieurs reprises la répression ». sur les femmes ci-dessus (le code vestimentaire) et a permis à cette police de la moralité d’appliquer (la loi) avec plus de force.

READ  Le Nigeria est absent du Top 10 des pays africains du Forum mondial sur l'éducation 2022 avec le meilleur système éducatif

« Si nous voulons restaurer la dignité et la dignité des femmes, cette loi doit être abrogée », a-t-il ajouté.

Rahman a nié les résultats d’une enquête iranienne sur la mort d’Amini et a nié qu’il y ait eu une faute ou une faute de la part de l’État. La famille d’Amini a également rejeté cette conclusion et a appelé à une enquête par un panel de médecins indépendants. Leur demande a été refusée.

« Par conséquent, il est clair que les soi-disant enquêtes sur la mort de Gina Mohasa Amini n’ont pas satisfait aux exigences minimales d’impartialité et d’indépendance », a déclaré Rahman.

Il a appelé la communauté internationale à établir un « mécanisme d’enquête indépendant sur toutes les violations des droits de l’homme en Iran, qui ont conduit à la mort de Gina Mohasa Amini, et depuis lors ».

Rahman a déclaré qu’Amini n’était « pas la première femme à subir ces conséquences brutales, ni la dernière », soulignant le cas de Nika Shahkarami, 16 ans, décédée dans des circonstances similaires.

« Il y a des preuves montrant, de plus en plus de preuves, qu’elle a été brutalement assassinée par la sécurité de l’État », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.