Algérie : Caritas Algérie met fin à ses activités sur ordre des autorités algériennes

Alger – L’Église catholique en Algérie annonce avec regret la fermeture de toutes les activités et installations caritatives de Caritas Alger à compter du 1er octobre 2022. Cette fermeture « complète et définitive » a été annoncée dans un communiqué publié par l’archidiocèse d’Alger signé par l’archevêque Paul Desfarges. , Honoraire d’Alger et Président de l’Association du Diocèse algérien. La déclaration, rédigée dans un style officiel, indique simplement que l’action a été prise à la demande des autorités algériennes. Le texte dit : « Certes, l’Église catholique reste fidèle à sa mission caritative au service de la fraternité », c’est-à-dire « à l’égard de toutes les personnes de bonne volonté ».

La déclaration cite l’introduction du Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et le vivre ensemble, signé le 4 février 2019 à Abou Dhabi par le pape François et le cheikh sunnite Ahmed al-Tayeb, grand imam d’Al-Azhar : « La foi conduit le croyant à voir en l’autre un frère ou une sœur à soutenir et à aimer.De Par la foi en Dieu qui a créé l’univers, les créatures et tous les êtres humains (égaux par sa miséricorde), les croyants sont appelés à exprimer cette fraternité humaine en protégeant la création et la l’univers entier et en soutenant toutes les personnes, en particulier les plus pauvres et les nécessiteux. « L’Église catholique », conclut le communiqué signé par l’archevêque émérite d’Alger, « je tiens à remercier tous ceux qui, au fil des années et de différentes manières, ont contribué à la réalisation de cette œuvre au service des plus vulnérables et le peuple algérien.

READ  L'Arabie saoudite soutient la candidature de l'Algérie à un siège au Conseil de sécurité de l'ONU

La décision d’arrêter les activités de Caritas Algérie a été prise par les autorités algériennes responsables sans donner de justification officielle détaillée aux évêques de l’Église catholique en Algérie. Des sources locales informent Fides que Caritas pourrait avoir fait l’objet de ces mesures restrictives car elle est considérée comme une organisation non gouvernementale étrangère. Toute la correspondance du ministère de l’Intérieur contenait des références générales au fait que l’Église catholique « couvrait » une organisation non autorisée engagée dans des activités « illégales », sans donner de références spécifiques à des articles de la loi qui auraient été violés.