Au Québec canadien, les autochtones continuent de lutter contre la loi française

\ Photo du premier ministre du Québec François Legault lors d’une conférence de presse après une rencontre avec les premiers ministres des provinces du Canada à Toronto, Ontario, Canada, le 2 décembre 2019. REUTERS/Carlos Osorio // File Photo

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

MONTRÉAL (Reuters) – Une loi radicale adoptée par Québec mardi pour promouvoir l’utilisation de la langue française a aggravé les tensions déjà accrues avec les groupes autochtones qui considèrent cette décision comme une imposition et s’engagent à la combattre.

Le projet de loi 96, qui a été adopté par une majorité de législateurs québécois, établit des règles plus strictes pour faire respecter l’usage du français dans la province, ajoutant des cours de français obligatoires et limitant l’utilisation d’autres langues par les organismes gouvernementaux.

Le premier ministre du Québec, François Legault, face aux élections d’octobre, a salué le projet de loi 96 comme la réforme la plus importante pour protéger la langue française dans une Amérique du Nord majoritairement anglophone, depuis près d’un demi-siècle. Mais certains dirigeants et défenseurs autochtones de la province soutiennent que la loi impose des charges supplémentaires aux communautés marginalisées axées sur la protection de leur culture.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le Canada a lutté ces dernières années pour faire face à la population autochtone. Les découvertes de l’année dernière de ce que l’on pense être les restes de milliers d’enfants sur ou à proximité des sites d’anciens pensionnats soutenus par le gouvernement ont mis en lumière les abus que les communautés autochtones ont subis pendant des générations et leur lutte pour la justice.

READ  Nouvel an lunaire : bienvenue à l'année du tigre

La nouvelle loi exigera des cours de français supplémentaires dans les collèges de langue anglaise et les immigrants devront communiquer avec certains organismes gouvernementaux en langue française à partir de six mois après leur arrivée, entre autres changements. Il se heurte à l’opposition des anglophones et des autochtones qui demandent une exemption.

« Nous prendrons tous les moyens nécessaires pour nous assurer que notre voix est entendue », a déclaré Mike DeLile, président du Conseil Mohawk de Kahnawake, une réserve des Premières Nations dans le sud du Québec. Il a ajouté qu’aucune décision précise n’avait encore été prise.

La langue demeure une question sensible dans un Québec majoritairement francophone, où le mécontentement face à la domination de la langue anglaise a contribué à alimenter la montée du parti séparatiste du Parti québécois (PQ) dans les années 1970.

Alors que le Québec peut utiliser le langage judiciaire pour contourner les batailles juridiques sur le projet de loi 96, certains avocats ont déjà évoqué le spectre des appels en justice.

Interrogé sur les inquiétudes suscitées par la loi, le ministre canadien de la Justice, David Lammy, a déclaré mercredi aux journalistes qu’il garderait « toutes les options sur la table », toute réaction étant conditionnée à la manière dont la loi est mise en œuvre.

« Nous ne sommes pas opposés à la langue française », a déclaré DeLiel, « mais si vous voulez en savoir plus sur la langue compromise, parlez-nous et nous pourrons partager avec vous comment cela s’est passé. »

Les étudiants autochtones qui apprennent leur langue kanien’kéha, à la fois en anglais et en français, suivent déjà des cours de français après l’école pour se préparer à la préparation de deux ans au collège québécois, a déclaré Robin Delaronde, directeur du Kahnawake Education Center.

READ  Orban proclame la victoire aux élections hongroises

« C’est une recolonisation », a déclaré Kenneth Deer, un défenseur des droits des Autochtones qui a fréquenté l’école fédérale de jour dans son enfance, où il a été forcé d’apprendre l’anglais.

Martin Papillon, professeur de sciences politiques à l’Université de Montréal, a déclaré que Legault aurait pu éviter certaines des tensions en rencontrant plus tôt les opposants et en exemptant les Premières Nations.

Cependant, il a noté que les services en anglais au Québec surpassent les services similaires en français dans le reste du pays.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage d’Alison Lambert à Montréal. Reportage supplémentaire par Ismail Shakeel à Ottawa. Edité par Aurora Ellis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.