avis | Les messages cruciaux de l’Égypte à la Turquie

La crise libyenne est jusqu’à présent résolue, avec peu d’optimisme pour un règlement après la deuxième conférence de Berlin, qui s’est terminée il y a quelques jours.

L’Egypte a réussi à contrecarrer le plan de la Turquie, qui est que le gouvernement Dabaiba expulse toutes les forces étrangères et les mercenaires, à l’exception des forces turques. Ceci est venu sur la base de l’accord de sécurité illégal signé entre Ankara et l’ancien gouvernement Sarraj

La réalité indique que la Turquie va tergiverser, comme d’habitude, dans la mise en œuvre du retrait de Libye.

En fait, le discours de Dabaiba à la conférence incluait tous les points en général, mais il n’a pas présenté ce que le gouvernement avait accompli de manière réaliste, ni un plan clair pour une solution.

Les analystes considèrent également les déclarations de Dabaiba sur un plan de sécurité visant à sécuriser les élections comme “juste une illusion”, soulignant que certains membres du gouvernement rencontrent des milices lors des cérémonies de remise des diplômes organisées pour eux comme s’ils étaient des forces régulières, les décrivant comme des “héros”. “.

En outre, 200 nouveaux mercenaires syriens ont été amenés en Libye quelques jours seulement avant la deuxième conférence de Berlin, ce qui signifie que l’affaire est toujours un grand danger.

D’autre part, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré :gSans perdre de temps, il s’est immédiatement mis à faire des acrobaties et des traînées. Il a également délibérément fait chanter les États-Unis et a proposé au président Joe Biden un plan de « séjour pour un séjour ».

Cela signifie que les forces turques resteront en Afghanistan pour couvrir le retrait des forces américaines de là-bas, en échange de l’approbation de la partie américaine de la présence militaire turque en Libye.

Cela a déclenché la diplomatie égyptienne, qui a immédiatement envoyé plusieurs messages cruciaux à la Turquie, notamment la non-ingérence dans les affaires des pays arabes. A cela s’ajoute l’engagement sur le plan de retrait complet de la Libye, et le rejet par l’Egypte de toute négociation sur le dossier gazier méditerranéen.

Le Caire a également donné à Ankara le choix entre quitter la Libye ou suspendre les négociations pour rétablir les relations entre les deux pays. Enfin, l’Égypte a pris une mesure pour confirmer son sérieux, puisqu’elle a suspendu toute négociation avec la partie turque jusqu’à nouvel ordre.

Les complexités de la scène libyenne actuellement, pour la Turquie, ne sont plus en faveur de la survie des forces militaires sur le terrain, mais plutôt en nombre de gains qui sont censés être engrangés après la stabilisation de la situation.

Cela concerne particulièrement le domaine de la reconstruction, et cela a été révélé dans une étude publiée par les Nations Unies il y a quelques jours et préparée par la Commission des Nations Unies sur les affaires économiques et sociales pour l’Asie occidentale (CESAO) sous le titre « La paix en Libye : Avantages pour les pays voisins. et le monde”.

Cette étude souligne l’importance des récents développements positifs dans le pays, qui se traduiront par des taux de croissance économique plus élevés et des investissements accrus.

Il laisse également présager la création d’emplois en Libye et dans les pays voisins, notamment l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie et le Soudan. Ramener la paix en Libye lancera les efforts de reconstruction. Certes, cela apportera des gains économiques importants pour ces pays, étant donné que leurs économies sont liées à l’économie libyenne.

Depuis le déclenchement du conflit, la CESAO a mis en évidence ses impacts sociaux et économiques en évaluant l’impact quantitatif non seulement des destructions qu’il a causées mais aussi en calculant le retour sur la paix en Libye et dans les pays voisins, dans le but de promouvoir le dialogue entre Parties libyennes et acteurs régionaux et internationaux.

L’étude indique que d’ici 2025, les gains économiques en Egypte atteindront environ 100 milliards de dollars, au Soudan environ 22 milliards de dollars, en Tunisie environ 10 milliards de dollars et en Algérie environ 30 milliards de dollars. L’étude ajoute que la paix en Libye offrira des opportunités au niveau international, ce qui apportera des gains économiques aux principaux partenaires commerciaux de la Libye, tels que l’Italie, l’Allemagne, la France et la Turquie. Les gains dans ces pays devraient être de 13 milliards de dollars, 7,5 milliards de dollars, 6 milliards de dollars et 5 milliards de dollars, respectivement.

L’étude analyse également l’impact quantitatif de la paix à travers un ensemble d’indicateurs clés, y compris la croissance attendue après le processus de reconstruction. Il comprend également les résultats souhaités sur les investissements, la reprise des exportations vers la Libye, en plus de l’impact de tout cela sur les niveaux d’emploi dans les pays voisins. Une possibilité supplémentaire est que le chômage au Soudan diminue de 14 % d’ici 2025, de 9 % en Égypte, de 6 % en Tunisie et de 2 % en Algérie.

L’étude porte sur les résultats de la deuxième phase du projet CESAO visant à mesurer l’impact de la paix en Libye sur la reconstruction du pays.

Cela s’inscrit dans le cadre du dialogue social et économique libyen mis en œuvre par la CESAO pour discuter des cadres sociaux et économiques alternatifs nécessaires pour parvenir à un développement durable en Libye.

La situation entre l’Egypte et la Libye est historique, et pourrait aussi avoir des justifications géographiques et morales, mais elle reste ambiguë et suspecte avec un pays comme la Turquie qui a cherché et continue de se présenter comme une extension de l’héritage ottoman haineux.

Par conséquent, il se bat pour le rendement interdit, et ce n’est pas étrange pour le souverain ottoman qui répète bêtement les désastres de l’histoire, oubliant que les conditions ne sont plus les mêmes que par le passé – et qu’il y a un État. Il fait appel à l’Egypte qui pourrait le retenir et mettre fin à ses complots.

Hatem Sadek, professeur à l’université Helwan


READ  Les femmes se battent pour le financement dans le monde des startups technologiques


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *