Beaucoup d’argent à payer : l’Algérie ressent l’impact du changement climatique sur le blé et l’orge

De nombreuses pensées effrayantes et inquiétantes dominent actuellement l’esprit des agriculteurs en Algérie. Leur vie quotidienne a été fortement affectée par le changement climatique, qui affecte désormais considérablement leurs activités agricoles, car de nombreuses cultures vivrières de base y sont menacées par des pénuries et des prix élevés.

Abdelghani Bekou, propriétaire d’une ferme agricole d’arbres fruitiers et de céréales dans la ville d’Ain Babouche dans la province orientale d’Oum El Bouaghi, a déclaré que la perte de la saison des labours dans les champs de blé et d’orge de la région était une préoccupation majeure.

Beghou raconte à Raseef22 : « Le manque d’eau dû au manque de pluie empêche jusqu’à présent la saison des labours précoce, ce qui est très important pour les agriculteurs car cela aide à préparer la terre et le sol pour la plantation des céréales ».

Le changement climatique frappe durement les agriculteurs algériens, car de nombreuses cultures vivrières essentielles sont menacées par les pénuries et la hausse des prix.

La saison des labours et des semis en Algérie commence généralement de la mi-octobre à la fin novembre de chaque année.

L’agriculteur note que « les niveaux d’eau ont beaucoup baissé depuis le début de l’été, et les régions de l’intérieur et les hauts plateaux du centre du pays sont caractérisés par des hivers froids, avec des températures aussi basses qu’un degré Celsius. Les précipitations varient de 250 à 400 millimètres par an ».

Les agriculteurs de la région s’inquiètent également des coûts élevés de l’irrigation. « Étant propriétaire d’un vaste terrain de 50 hectares, cette année, je n’ai pu irriguer que 20 hectares au total », explique Bekov.

Pour irriguer le reste de la zone, Abdelghani dit qu’il « a été empêché de forer un puits artésien car il ne pouvait pas connecter sa ferme agricole à l’électricité, et les équipements et outils pour l’irrigation par pivot coûtaient très cher ».

Un champ planté de céréales en Algérie – Reportage Raseef22

Selon l’agriculteur, les céréales sont les cultures agricoles les plus importantes qui nécessitent actuellement de grandes quantités d’eau pour l’irrigation. Il explique: « Aujourd’hui, nous sommes dans la phase d’ensemencement nécessaire L’irrigation nécessite de grandes quantités d’eau pour assurer un bon démarrage et apporter des rendements élevés.

READ  Un pays pétrolier plus? Les exportations d'énergie algériennes diminuent rapidement

Les problèmes rencontrés par les agriculteurs dans la culture du blé et de l’orge ne se limitent pas aux villes du gouvernorat d’Om El Boaqi, mais s’étendent à d’autres gouvernorats du pays, tels que le gouvernorat de Nama dans le sud-ouest, et incluent d’autres types de cultures. sont largement consommés.

Abdul Qader, un agriculteur d’un des villages de Naâma, raconte à Raseef22 : « Chaque hectare nécessite un ensemble d’arroseurs à pivot complet, qui est mobile et remplaçable. Chacun coûte plus de 80 000 dinars, soit l’équivalent de 900 dollars américains. Les frais d’expédition et la main-d’œuvre nécessaires pour la préparation du sol, comme le labour et le fumier animal et En plus des produits chimiques, l’électricité.

Abdul Qader déclare : « Comme le sol de la province de Nama est semi-sablonneux et perméable, le coût de l’électricité dépend de la qualité du sol, ce qui signifie que l’utilisation de plus d’eau signifie des factures d’électricité plus élevées. Dans d’autres régions, les coûts d’électricité peuvent être inférieurs, surtout si la saison de plantation est au printemps, surtout en mars et en mai. En attendant ».

Dans cette situation dangereuse, le ministère des Affaires religieuses en Algérie était invité Les imams des mosquées ont appelé à des prières de pluie dans les mosquées du pays à la fin du mois dernier, après avoir enregistré de graves pénuries d’eau d’irrigation nécessaire aux activités agricoles.

« Les niveaux d’eau ont considérablement baissé depuis le début de l’été, et les régions de l’intérieur et les hauts plateaux du centre du pays se caractérisent par des hivers froids, avec des températures minimales atteignant un degré Celsius par an »

Les dernières statistiques publiées par le ministère des Ressources en eau et de l’Environnement en mai dernier ont révélé le taux de remplissage des barrages au niveau national. atteint 44,52%, ce que le ministère a qualifié d' »acceptable » et a permis des améliorations du système d’approvisionnement en eau potable ces derniers mois, en s’appuyant notamment sur le dessalement de l’eau de mer.

READ  JO de Tokyo : le judoka algérien suspendu 10 ans après l'interdiction des JO de Tokyo 2020

Mais aujourd’hui, la situation est devenue alarmante en raison du retard des pluies d’automne ou comme on l’appelle localement.Ghassalat al-Nawadar« , est un terme très ancien donné par les agriculteurs aux pluies saisonnières qui tombent chaque année au début de l’automne et emportent la terre. Elles tombent généralement fin août et début septembre, et durent rarement plus d’un jour ou deux. De fortes pluies se produisent parfois dans certains villages de montagne et causent des dégâts matériels importants même dans les villes.

« Al-Nawadar » Cela signifie un lieu circulaire utilisé pour la collecte et le battage du grain dans chaque maison algérienne. Les agriculteurs voient ces pluies comme un bon présage car elles viennent se laver (ou « laver ») à la fin de la saison des récoltes.Château« )Al-Nawader« , annonce généralement une bonne saison des pluies.

Selon la tradition populaire, si ces pluies tombent en abondance et durent deux ou trois jours pleins, la prochaine saison agricole sera prospère et apportera de grands rendements. Généralement, pendant cette période, les agriculteurs échangent des salutations pour célébrer les pluies abondantes et célébrer une saison mutuellement bénie.

Un champ planté de céréales en Algérie – Reportage Raseef22

Rashidi Moaz, agronome spécialisé dans les maladies et pathologies des plantes, a déclaré à Raseef22 que « la production céréalière nationale a connu une baisse significative ces dernières années, et le problème n’est pas seulement la quantité de précipitations, mais aussi le changement climatique. L’augmentation significative des températures résulte dans un changement du système de distribution de la pression. »

Depuis le début du mois de septembre, l’Algérie a connu une forte vague de chaleur au cours de laquelle les températures ont dépassé la moyenne saisonnière de 7 degrés Celsius, en particulier dans les régions de l’ouest et du centre du pays.

Il est maintenant nécessaire d’encourager les agriculteurs à cultiver des céréales en fournissant une gamme d’installations, ainsi qu’en se débarrassant des cultures traditionnelles qui dépendent de l’eau de pluie, des méthodes obsolètes et du vieux matériel.

En raison de tous ces facteurs, selon Moas, le taux de déclin de la production céréalière se situera entre 40 et 50 %. Commentant cela, il a déclaré : « En 2017/2018, la production était d’environ 60 millions de quintaux (équivalent à environ 143 kilogrammes par quintal), mais ces dernières années, elle a été d’environ 30 à 35 millions de quintaux ». Dans ce contexte, l’année dernière, le ministre algérien de l’Agriculture a déclaré : « Le pays a atteint l’autosuffisance en blé dur en 2019, mais la production de blé tendre, qui est la plus consommée dans le pays, reste faible ».

READ  Une "fausse carte" alimente les tensions entre le Maroc et l'Algérie - Middle East Monitor

Ce qu’il faut maintenant, dit-il, c’est se débarrasser des cultures pluviales traditionnelles, des méthodes obsolètes, du vieux matériel comme le labour à bœuf ou à cheval, et encourager les agriculteurs à cultiver des céréales en leur fournissant diverses installations. , l’agriculture moderne repose sur des systèmes d’aspersion et d’irrigation à pivot, qui offrent d’excellents rendements allant jusqu’à 80 quintaux par hectare.

Un champ planté de céréales en Algérie – Reportage Raseef22

L’orateur pointe d’autres potentiels en Algérie qui pourraient l’aider à devenir autosuffisante et à produire tous ses besoins alimentaires. Eau souterraine et le climat unique de ses villes du sud. Il poursuit en expliquant : « Si nous utilisons correctement le potentiel des régions du sud, l’Algérie peut démarrer deux récoltes par an et devenir autosuffisante en blé ».

Les déclarations précédentes du président Abdelmadjid Deboun suggèrent que l’Algérie tarde à atteindre cette suffisance pour un certain nombre de raisons, y compris des retards d’un point de vue technologique, car les méthodes de semis et de récolte n’ont pas changé depuis 20 ans. Il a noté que l’État a commencé à travailler sur la restructuration de l’agriculture et que les choses ont commencé à progresser quelque peu vers l’autosuffisance en termes de sécurité alimentaire, même si elle ne sera pas entièrement autosuffisante, comme il l’a dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.