Comment fonctionne l’impôt minimum sur les sociétés subventionné par le G20

Rome (AFP) – Lors du sommet du Groupe des 20 à Rome, les dirigeants ont exprimé leur large soutien à des changements radicaux dans la façon dont les grandes entreprises mondiales sont imposées.

L’objectif : dissuader les entreprises multinationales d’accumuler des bénéfices dans des pays à fiscalité faible ou nulle, appelés paradis fiscaux.

La proposition a été finalisée en octobre par 136 pays et envoyée au G20 pour un dernier examen après des pourparlers complexes supervisés par l’Organisation de coopération et de développement économiques. Il modernisera les règles fiscales internationales centenaires pour suivre le rythme des changements induits par la numérisation et la mondialisation.

La caractéristique la plus importante : un impôt minimum global d’au moins 15 %, une initiative majeure poussée par le président américain Joe Biden. « C’est plus qu’un simple accord fiscal – c’est la diplomatie qui remodèle notre économie mondiale et sert notre peuple », a déclaré Biden dans un tweet du sommet de samedi.

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré qu’elle mettrait fin à des décennies d’un « nivellement par le bas » qui a vu les taux d’imposition des sociétés bas alors que les paradis fiscaux cherchaient à attirer les entreprises utilisant une comptabilité intelligente pour profiter de taux plus bas dans les pays avec peu d’activité réelle.

Voici un aperçu des principaux aspects de l’accord fiscal :

___

Quel est le problème?

Dans l’économie d’aujourd’hui, les sociétés multinationales peuvent tirer des bénéfices importants de choses comme les marques de commerce et la propriété intellectuelle qui sont faciles à déplacer des usines. Les entreprises peuvent affecter les bénéfices qu’elles réalisent à une filiale dans un pays où les taux d’imposition sont très bas.

READ  Les entreprises publiques endettées en Tunisie se dirigent vers l'effondrement

Certains pays se font concurrence pour les revenus en utilisant des taux d’imposition très bas pour attirer les entreprises, attirant d’énormes assiettes fiscales qui génèrent des revenus importants même avec des taux d’imposition légèrement supérieurs à zéro. Entre 1985 et 2018, le taux moyen mondial d’adresses d’entreprises est passé de 49 % à 24 %. En 2016, plus de la moitié de tous les bénéfices des sociétés américaines étaient comptabilisés dans sept paradis fiscaux : les Bermudes, les îles Caïmans, l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, Singapour et la Suisse. Les responsables de la Maison Blanche affirment que le minimum mondial se traduirait par près de 60 milliards de dollars de recettes fiscales américaines.

___

Comment fonctionne l’impôt minimum mondial ?

L’idée de base est simple : les pays légiféreront sur un taux minimum d’au moins 15 % pour les très grandes entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 750 millions d’euros (864 millions de dollars)

Si les bénéfices de l’entreprise ne sont pas taxés ou taxés à la légère dans l’un des paradis fiscaux du monde, leur pays d’origine imposera un impôt majoré qui portera le taux à 15 %.

Cela rendrait impossible pour l’entreprise d’utiliser les paradis fiscaux, car les impôts évités dans le paradis seraient collectés à la maison.

___

Comment le plan fiscal abordera-t-il l’économie numérique?

Le plan permettrait également aux États d’imposer une partie des bénéfices des quelque 100 plus grandes multinationales lorsqu’elles font des affaires dans des endroits où elles n’ont pas de présence physique, comme la vente au détail en ligne ou la publicité. La taxe ne s’appliquera qu’à la partie des bénéfices dépassant la marge bénéficiaire de 10 %.

READ  L'arriéré d'expédition en Californie frappe les fabricants

En retour, d’autres pays élimineront les taxes unilatérales sur les services numériques imposées aux géants américains de la technologie tels que Google, Facebook et Amazon. Cela évitera les différends commerciaux avec Washington, qui affirme que ces taxes ciblent injustement les entreprises américaines.

___

Quel est le rôle des États-Unis dans l’accord?

Biden a parié sur l’affirmation selon laquelle les États-Unis devraient rejoindre l’impôt minimum mondial afin de persuader d’autres pays de le faire. Cela inclurait l’augmentation du taux actuel des revenus étrangers de 10,5% pour refléter le minimum mondial. Ses propositions fiscales sont toujours en cours de négociation au Congrès.

La participation des États-Unis à l’accord fiscal minimal est cruciale, simplement parce que tant de sociétés multinationales y sont implantées – 28 % des 2000 plus grandes du monde. Un rejet complet de la proposition minimale globale de Biden saperait gravement l’accord international.

___

Est-ce que tout le monde aime l’affaire?

Certains pays en développement et groupes de défense comme Oxfam et le Tax Justice Network basé au Royaume-Uni estiment que le taux de 15 % est trop bas. Bien que le résultat global apporterait environ 150 milliards de dollars de nouveaux revenus aux gouvernements, la majeure partie irait aux pays riches, car c’est là que se trouvent bon nombre des plus grandes sociétés multinationales. Les pays en développement ont participé aux pourparlers et tous ont signé à l’exception du Nigeria, du Kenya, du Pakistan et du Sri Lanka.

Les critiques américains, y compris les dirigeants républicains et certains groupes d’entreprises, affirment que l’impôt minimum proposé rendra l’Amérique moins compétitive et coûtera potentiellement des emplois, signalant que la clé est d’obtenir le transit d’autres pays afin que les États-Unis ne soient pas désavantagés.

READ  Qu'est-ce qui a poussé l'IRS à accumuler 35 millions de déclarations de revenus et quand récupérerez-vous votre argent ?

___

Laquelle des autres grottes ?

Le consortium de recherche de l’EU Tax Monitor prévient que les exonérations pour les entreprises possédant des actifs physiques et des employés dans un pays donné peuvent « exacerber la concurrence fiscale en incitant les entreprises à déplacer leur activité réelle vers des paradis fiscaux ».

Cela signifie qu’une certaine concurrence fiscale entre les pays sera toujours possible lorsque les opérations commerciales réelles – par opposition à la comptabilité vulgaire – existent.

___

Comment l’accord entrera-t-il en vigueur?

Le soutien des dirigeants du G-20 complète un processus de négociation de plusieurs années. Une fois que l’approbation est reflétée dans la déclaration de clôture du sommet, attendue dimanche, la mise en œuvre se déplace ensuite vers les pays individuels.

L’impôt sur les bénéfices dans lequel les entreprises n’ont pas de présence physique oblige les pays à signer un accord intergouvernemental en 2022, avec une mise en œuvre en 2023. Le minimum global peut être appliqué par chaque pays en utilisant des règles modèles définies par l’Organisation de coopération et de développement économiques. Si les États-Unis et les pays européens où sont basées la plupart des sociétés multinationales légifèrent sur de tels minimums, cela aurait l’effet escompté, même si certains paradis fiscaux ne le font pas.

___

L’écrivain d’Associated Press Joshua Bock à Washington a contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *