Les dirigeants du G20 soutiennent la proposition de Biden d’un impôt mondial minimum sur les sociétés | G20

Les dirigeants des 20 plus grandes économies du monde approuveront une proposition américaine d’un impôt minimum mondial sur les sociétés de 15 %, projet de conclusions de la réunion de deux jours. Sommet du G20 à Rome Spectacle le samedi.

Les G20 Il prévoit de mettre en œuvre les règles en 2023.

« C’est plus qu’un simple accord fiscal, c’est une refonte des règles de l’économie mondiale », a déclaré un haut responsable américain aux journalistes.

L’accord, qui découle de propositions rédigées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), est conçu pour protéger les recettes fiscales et assurer la stabilité des entreprises opérant au-delà des frontières nationales.

« Le fait que nous ayons accepté ce nouveau système fiscal international est une bonne nouvelle pour nous tous, et c’est clairement une révolution dans le système fiscal international », a déclaré vendredi le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, à l’arrivée des responsables à Rome.

L’administration Biden a fait pression pour un taux d’imposition minimum des sociétés de 21%, mais le taux de 15% est toujours une victoire pour les États-Unis en route vers la conférence sur le climat COP26 la semaine prochaine à Glasgow. Biden plans locaux Pour réduire les émissions de carbone embourbé dans une impasse à Washington.

L’accord fiscal devrait être officiellement annoncé dimanche.

Il fixe un taux de profit minimum de 15 % pour les grandes entreprises, ce qui générerait des revenus supplémentaires pour la plupart des gouvernements et déplacerait le fardeau fiscal là où les entreprises vendent aux consommateurs, et non là où ils se trouvent. Les entreprises internationales auront moins de latitude pour diffuser des stratagèmes d’évasion fiscale.

Certains pays devraient en bénéficier plus que d’autres. Selon le Wall Street Journal, pour les États-Unis, les revenus supplémentaires provenant de l’impôt minimum sur les sociétés seront 15 fois supérieurs à ceux de la Chine. Un rapport distinct cité par le magazine estime que les augmentations totales de 52 pays en développement pourraient se situer entre 1,5 et 2 milliards de dollars par an, bien en deçà des nations les plus riches.

à l’avance ce mois-ciEt Biden décris le Les propositions comme « sans précédent ».

Il a déclaré que le « nivellement par le bas » des taux d’imposition des sociétés « n’a pas seulement nui aux travailleurs américains, mais a également désavantagé nombre de nos alliés par rapport à la concurrence ».

Biden a déclaré que l’accord « supprimerait les incitations à déplacer des emplois et des bénéfices à l’étranger, et garantirait que les entreprises multinationales paient leur juste part ici chez elles. Cet accord international est la preuve que le reste du monde convient que les entreprises peuvent et doivent faire plus pour s’assurer qu’elles reconstruire mieux. »

Pascal Saint-Amans, haut fonctionnaire des impôts à l’Organisation de coopération et de développement économiques, a déclaré au journal que « la démondialisation que nous avons vue partout aurait dû être un recul contre le multilatéralisme fiscal. Mais si vous voulez protéger votre souveraineté, ce dont vous avez besoin, c’est d’une coopération fiscale.

Les propositions devront encore être approuvées par les pays participants. Aux États-Unis, étant donné la voie que doivent suivre les traités, cela peut nécessiter l’approbation des deux tiers dans un Sénat divisé à 50-50 et est rarement le théâtre d’une coopération bipartite.

READ  La recherche montre que les singes, comme les humains, tendent la main pour dire bonjour et au revoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *