Comment, pour les visiteurs des JO de Paris 2024, Invader – le français Banksy – proposera « une autre façon de découvrir » la ville à travers ses mosaïques

Pour les Jeux olympiques de Paris, cela pourrait presque être un nouveau sport : des points peuvent être gagnés en traquant des mosaïques, un mystérieux artiste qui se fait appeler « The Occupier » a cimenté des murs dans le monde entier, y compris dans la capitale française de Hong Kong. Station spatiale internationale.

Vincent Giraud, l'un des admirateurs parisiens de l'artiste, était déjà un fervent joueur. Il a téléchargé le jeu pour téléphone mobile addictif FlashInvaders d'Invader, qui attribue des points aux utilisateurs qui trouvent et photographient des œuvres d'art pixélisées colorées et originales.

Devenu rapidement accro, Girad en a trouvé 1 565 en un an, accumulant plusieurs points et se classant dans le top 1 000 du classement sur plus de 360 000 joueurs.

« En quelques mois, j'ai retrouvé et illuminé tout le monde à Paris », raconte Girad, dont le nom de jeu est Vince-Vader. Chasser les mosaïques des Occupants, les chercher sur les murs, les trottoirs, les ponts et même au sommet de la Tour Eiffel est « une autre façon de découvrir la ville », dit-il.

Mosaïque rouge de l'envahisseur sur le mur de pierre près de la Tour Eiffel. Photo : A.P.

Lorsque les spectateurs olympiques se rendront par millions à Paris pour les Jeux du 26 juillet au 11 août, ils se rassembleront sur le terrain de l'artiste de rue contemporain le plus international, le plus agressif et le plus intrigant de France. Elle se retrouvera face à une invasion.

Comme Banksy, le street artiste britannique auquel il est parfois comparé, Occupier est insaisissable, gardant farouchement son anonymat et opérant en marge de la loi. La nuit, il vient, colle et disparaît, laissant derrière lui ses mosaïques pixellisées emblématiques, constituées pour la plupart de minuscules carreaux de céramique et de verre.

READ  Enrique Mas fait tapis pour le Tour de France en 2024

Actes de disparition : le street art de Hong Kong détruit après que les autorités ont promis d'encourager la créativité

La plupart ressemblent aux extraterrestres du jeu d'arcade Space Invaders. D'autres encore sont merveilleusement détaillés, comme des portraits de fruits ou, à New York, de Lou Reed et Andy Warhol.

Quelques références à la culture pop – homme araignée, Guerres des étoiles, Bugs Bunny, Tortues Ninja, pizza, etc. On y trouve quelques références à des recherches approfondies, notamment un portrait du guitariste Django Reinhardt face à la maison où il vivait à Chamois-sur-Seine, au sud de Paris.

Depuis que la première mosaïque cataloguée d'un envahisseur bleu de l'espace, numérotée PA_01, a été érigée dans une rue de Paris en 1998, l'envahisseur a colonisé le monde. Il existe aujourd'hui plus de 4 000 de ses mosaïques dans des villes de tous les continents, à l'exception de l'Antarctique.

Une mosaïque du Conquérant représentant Napoléon à Fontainebleau, au sud de Paris. Photo : A.P.

Londres, Tokyo, Los Angeles et d'autres villes ont été envahies en 1999 ; New York, Genève et autres en 2000 ; Hong Kong en 2001 ; Berlin, Bangkok, Melbourne.

La 4 000e mosaïque a été apposée sur un mur de briques à Potosi, à 4 000 mètres (13 100 pieds) dans les Andes boliviennes en 2021. L'Agence spatiale européenne a installé la mosaïque Invaders Space2 sur la Station spatiale internationale en 2015.

« La philosophie est 'à tout moment, n'importe où' », explique l'artiste sur son site Internet.

Une mosaïque envahissante flotte à bord de la Station spatiale internationale en 2015. Photo : AP via ESA-Nasa

A Paris – où il est le plus occupé – l'empreinte de l'artiste sur le métier à tisser des Jeux olympiques est plus grande que jamais.

Une nouvelle exposition dans un immeuble désaffecté à plusieurs étages présente un de ses pixels peint sur son toit, visible par satellite Google Maps. Grâce à un télescope, les spectateurs de l'émission pourront voir à travers les toits gris de Paris le dernier jalon de l'Envahisseur : sa 1 500e mosaïque de la ville hôte des Jeux olympiques et de sa banlieue.

PA_1500 a été dévoilé en février dans la cheminée extérieure du Centre Pompidou, le premier musée d'art contemporain de Paris. Contrairement à la plupart de ses œuvres, qui établissent un style guérilla sans lui demander la permission, Invader a demandé la permission du musée pour cimenter un extraterrestre rouge et blanc de type envahisseur spatial surplombant la ville.

Alexandre Amis, directeur de la conservation au Centre Pompidou, se tient sous la 1 500e mosaïque de l'Envahisseur à Paris (sur la cheminée extérieure bleue en arrière-plan). Photo : A.P.

« C'est une icône. C'est le numéro 1.500. C'est Paris », explique Alexandre Amis, directeur de la conservation du bâtiment emblématique. « Il devrait être ici. »

READ  Le dirigeant algérien qualifie l'incendie de "désastre" alors que 22 pompiers ont été arrêtés

« Je cours beaucoup à Paris, donc je les vois partout », raconte-t-elle.

Hong Kong est envahie pour la troisième fois par un mystérieux artiste français

Certains de ceux qui connaissent Invader s'attendent à ce qu'il apporte encore plus de surprises aux Jeux olympiques, en installant peut-être de nouvelles mosaïques sur le thème des Jeux.

« Une invasion de 15 millions de personnes venant à Paris pour les JO. C'est beaucoup. Évidemment, il y aura parmi eux des fans d'Invader », estime Fabrice Bousteau, rédacteur en chef du magazine Beaux Arts, qui a accueilli la dernière exposition d'Invader. « Il y aura donc cette rencontre entre deux cultures. »

« Il abordera sans aucun doute les matchs d'une manière différente. J'en suis presque certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *