Eni, une université lance un réseau sur la transition énergétique en Afrique

Eni et l’Université Luis en Italie à Rome ont lancé aujourd’hui le Réseau international pour la transition énergétique en Afrique (INAET), réunissant de grandes institutions, universités, groupes de réflexion et universitaires d’Afrique, d’Europe et du monde pour créer une plateforme commune pour la transformation du continent. .

L’Afrique abritant certaines des économies à la croissance la plus rapide au monde, la transition énergétique offre d’énormes opportunités pour le continent ; L’ambition de l’INAET est d’exploiter son potentiel et d’explorer de nouvelles voies de coopération entre acteurs clés.

La conférence inaugurale de deux jours à Rome, qui se tiendra aujourd’hui et demain, verra la participation d’universités, de centres de recherche et d’institutions de haut niveau d’Algérie, du Congo, de Côte d’Ivoire, d’Égypte, d’Éthiopie, du Kenya, du Mozambique et du Nigeria. et le Rwanda. , et l’Afrique du Sud.

Lire aussi : Un regard sur la transition du Nigeria vers une économie basée sur les énergies propres

Selon les partenaires, ils s’efforceront de créer des synergies avec des universités et institutions européennes et internationales, telles que l’Institut universitaire européen, le Fonds monétaire international, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) et le Conseil Atlantique. Le ministère italien des Affaires étrangères, Cassa Depositi e Prestiti et d’autres parties prenantes concernées.

La déclaration des partenaires indique : « En associant l’expertise académique de pointe de l’Université Lewis à l’expertise d’Eni dans le secteur de l’énergie et à sa présence large et profondément enracinée en Afrique, l’événement prévoit d’aborder cinq grandes priorités : les mesures d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

READ  La pression monte sur le mini-budget d'été au milieu des craintes de récession | Croissance économique (PIB)

Lire aussi : Transition énergétique au Nigeria : une situation gagnant-gagnant pour l’emploi, la croissance et la planète

« Les voies de développement de l’Afrique et les ressources nécessaires ; Le point de vue de la jeune génération sur la transition énergétique ; Les priorités africaines dans la transition énergétique ; Les acteurs internationaux et le rôle du secteur privé dans la transition énergétique de l’Afrique. »

Eni est présent en Afrique depuis les années 1950 et opère actuellement dans 14 pays du continent. L’entreprise s’engage à améliorer l’accès à l’énergie en Afrique à travers un large éventail de projets, de la production d’énergie conventionnelle à la production d’énergie renouvelable et à des initiatives innovantes.

Eni fournit des cuisinières économes en énergie au Mozambique, au Congo, à la Côte d’Ivoire et au Kenya, entre autres pays, intègre les pays africains dans la chaîne de valeur des biocarburants et investit dans la création de centres de recherche axés sur les nouvelles énergies.

La major pétrolière italienne alimente également les puits d’eau avec du photovoltaïque en partenariat avec des agences internationales, investissant dans des programmes éducatifs axés sur le secteur de l’énergie et améliorant les compétences.

Parallèlement, l’Université Lewis, actuellement classée 14e en études politiques et internationales dans le prestigieux classement QS 2023 par matière, contribue activement à la formation de la future classe dirigeante africaine. Grâce au projet Afrique subsaharienne (« Progetto Africa Subsahariana »), financé par Eni elle-même, Lewis offre des bourses à des étudiants d’Angola, du Mozambique, du Nigeria, du Congo, de Gambie, du Ghana, du Rwanda et du Burundi.

READ  Zavrul dit que l'économie malaisienne enregistrera une croissance plus forte au troisième trimestre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *