exhortant le gouvernement à remettre en état la route Lüderitz-Walvis طريق

Le député du Front démocratique uni (UDF) à l’Assemblée nationale, Dudu Mururoa, a appelé mardi le ministre des Finances, Ibombo Shiemi, à envisager la réhabilitation de la route de 765 kilomètres Lauderitz-Helminghausen-Wallis Bay.

Mururoa a déclaré que la route pourrait jouer un rôle important dans le transport des raisins de la région de Kharas au Cap.

Il deviendrait également un maillon important – surtout compte tenu de la découverte de pétrole au large des côtes namibiennes.

« Par conséquent, donner la priorité au développement de la route Lüderitz-Helmeringhausen-Walvis Bay est d’une importance capitale, non seulement pour protéger les personnes vulnérables de notre communauté, mais aussi pour stimuler l’économie namibienne », a déclaré le législateur de l’UDF.

«Nous avons également construit une installation de stockage de pétrole à Walvis Bay, et maintenant que nous avons découvert du pétrole en mer, il sera certainement nécessaire de stocker notre pétrole dans cette installation, de sorte que la route Helmeringhausen-Walvis Bay deviendra une route économique. ”

Mururoa contribuait au débat sur l’examen à mi-parcours du budget de 4 milliards de dollars néo-zélandais 2022/23, qu’Elshimy a soumis au Parlement.

Erastus Chomboa du Parti de tous les peuples (APP) a déclaré que l’examen du budget à mi-parcours a révélé divers défis sociaux et économiques, notamment des pénuries d’eau dans de nombreuses régions.

Shumbwa a exprimé sa déception face à la réduction des allocations budgétaires pour l’approvisionnement en eau.

La Namibie est un pays sec avec de nombreuses villes et zones rurales qui luttent pour faire face à la crise de l’eau. L’accès à l’eau salubre reste un défi pour de nombreuses familles, tant urbaines que rurales.

READ  Aéroport international Dar Al Ifta Seven. Une conférence en Egypte sur le développement durable

Le législateur de l’APP a déclaré que de nombreuses communautés des régions de Kunini, Omahiki, Kavango West, Kavango East, Ohangwena et Oshikoto souffrent toujours de pénuries d’eau.

Beaucoup de gens comptent encore sur « l’eau autoforeuse », a-t-il dit, et c’est comme rêver de penser qu’après 32 ans d’indépendance, nous avons des gens qui n’ont jamais goûté l’eau du robinet.

Shuumbwa est également préoccupé par la dette croissante de la Namibie et les paiements d’intérêts, qui, selon lui, sont insoutenables et auront un impact négatif sur la cote de crédit du pays à l’avenir.

« Les emprunts prévus pour faire face aux dépenses publiques ne sont pas viables. Le pays ne peut pas continuer à être exposé à des dettes extrêmement élevées pour maintenir la mauvaise gestion gouvernementale des ressources publiques par quelques individus aux dépens de la nation », a-t-il déclaré.

El-Shimy a révélé dans sa déclaration budgétaire à mi-parcours que l’encours de la dette publique devrait atteindre 138,4 milliards de dollars namibiens, soit l’équivalent de 69,6 % du PIB pour l’exercice en cours.

Il a déclaré que les niveaux élevés de la dette publique restent au cœur des considérations de politique budgétaire à moyen terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *