France : La condamnation du vice-président de Guinée équatoriale a été confirmée

(Paris) – La Cour Suprême de France, La RechercherLe 28 juillet 2021, le vice-président de la Guinée équatorienne et fils aîné du président, Theodore Nugema Obiang Mankyu, a confirmé les condamnations de deux juridictions inférieures pour détournement de fonds publics, ont déclaré aujourd’hui Human Rights Watch et EG Justice.

La décision se termine par un procès de dix ans et confirme le contrôle de la France sur environ 150 millions de yens (177 millions de dollars US) d’avoirs volés, qui doivent être restitués à la Guinée équatoriale au profit de ceux qui ont perdu des ressources.

“Aujourd’hui est une grande victoire dans la lutte contre le déni des droits sociaux et économiques fondamentaux du peuple de Guinée équatoriale et le pillage des ressources publiques pour payer le luxe à l’étranger”, a déclaré Sarah Satan, chercheuse principale en affaires et en droits humains à Human Rights Watch. “La France doit désormais travailler avec les Etats-Unis et la Suisse pour faire bénéficier le public équato-guinéen de 237 millions de dollars d’avoirs récupérés.”

La décision de justice clôt une affaire de corruption Lancé Deux organisations françaises de lutte contre la corruption, Transparency International-France et Sherpa, se sont opposées à Nguema Obiang en 2008. À l’époque, Nuema Obiang était ministre de l’Agriculture et des Forêts, mais elle a été nommée vice-présidente en 2016 dans une tentative flagrante d’élever sa demande d’immunité diplomatique.

Le procès a probablement été financé par le Sénat américain Enquête Concernant le rôle d’une banque américaine dans la facilitation de la corruption du président équatorien et de sa famille, Nugema Obiang a révélé avoir utilisé sa position pour voler les comptes du pays et escroquer de l’argent en France. Il a acheté un manoir de 101 pièces sur Exclusive Avenue Fossil à Paris et a acheté des voitures de haute qualité, de l’art, des montres, des vêtements de marque et d’excellents vins à travers un réseau d’entreprises.

READ  Les Algériens font la queue pour cuisiner des bouteilles d'huile avant le Ramadan

La décision de justice fait de la France le troisième pays à récupérer les avoirs de Nguema Obiang qui devraient être restitués au profit des Équatoriens. Le 20 juillet, la France Adopté La loi exige que les avoirs confisqués dans des affaires de corruption soient rendus au public volé.

En 2011, le ministère américain de la Justice Capturé Les actifs de Nguma Obiang valent 70 millions de dollars et en 2017, la Suisse a saisi son super bateau de 100 millions de dollars et 25 voitures. Département américain de la Justice Colonisé Après que Nguma Obiang a accepté de perdre 30 millions de dollars en 2014, les procureurs suisses ont mis fin à leur enquête après que Nguma Obiang a accepté de perdre la voiture en 2019, ce qui a permis de récolter 27 millions de dollars lors d’une vente aux enchères ultérieure. Selon les deux accords, les biens perdus devraient être restitués au profit du peuple équato-guinéen, mais aucun gouvernement ne l’a encore fait. 23 juillet, Royaume-Uni Autorisé Nguma Obiang avec gel des biens et interdiction de voyager sur la base des preuves trouvées dans ces cas.

La découverte de pétrole en Guinée équatoriale dans les années 1990 a créé une richesse énorme qui aurait pu transformer la vie des habitants de ce petit pays d’Afrique centrale si elle avait été utilisée pour remplir les obligations du gouvernement en matière de droits sociaux et économiques. Malheureusement, la corruption systématique et l’auto-manipulation ont souvent sapé cette capacité. Le président, qui est au pouvoir depuis 1979, a fait de lui le chef d’État le plus ancien au monde, maintenant un contrôle total sur le gouvernement et ne tolérant aucune dissidence. S’il y a des détails sur le budget du pays Publié Et les marchés publics ne sont pas transparents.

READ  La France a fixé des dates de discussion pour les vents flottants méditerranéens

Les actifs récupérés en attendant le retour des trois pays en Guinée équatoriale fournissent enfin les vastes avantages publics tangibles de la richesse pétrolière qui ont jusqu’à présent bénéficié de la majorité d’une petite élite politique. Cependant, comme Nguema Obiang reste au pouvoir et que la corruption persiste dans le pays, il existe un risque élevé que ces actifs soient détournés une fois récupérés. Les autorités équato-guinéennes ont qualifié ces affaires de corruption de nouvelle tentative coloniale des gouvernements étrangers de piller les richesses du pays.

Pour garantir la fiabilité et l’intégrité de ce processus, la France, ainsi que les États-Unis et la Suisse, doivent sélectionner avec soin les plans de financement et les programmes à travers un mécanisme totalement transparent, responsable et indépendant. L’organisation doit adhérer aux politiques de restitution responsable des biens développées par plusieurs organisations de la société civile, dont Human Rights Watch et EG Justice. Ces théories sont basées sur eux D’accord Le Global Forum for Property Recovery, une initiative intergouvernementale dirigée par la Banque mondiale.

“L’affaire, ainsi que celles des États-Unis et de la Suisse, ont révélé comment le fils du président a utilisé sa position pour usurper les droits des Équatoriens, mais ils ne l’ont pas tenu responsable”, a déclaré Tutu Alicante, directeur général de la justice de l’EG. “

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *