Kenya Power conteste les statistiques de raccordement illégal de KNBS

Économie

Kenya Power conteste les statistiques de raccordement illégal de KNBS


Directeur général par intérim de Kenya Power, M. Jeffrey Maule. photos | Diana Ngella | NMG

Kenya Power a contesté les données du Bureau national des statistiques du Kenya (KNBS) selon lesquelles 680 000 foyers étaient illégalement connectés au réseau national il y a deux ans, une décision susceptible de déclencher une bagarre entre les deux agences d’État.

Le directeur général par intérim de Kenya Power, Geoffrey, a remis en question la source des données, ajoutant que les chiffres sont trop élevés et porteraient un coup dur aux efforts de croissance des revenus.

Le recensement de la population de 2019 réalisé par KNBS a révélé que 6 069 680 ménages étaient raccordés au réseau électrique, ce qui est supérieur aux 5 390 396 indiqués par Kenya Power la même année.

Les connexions illégales sont l’une des causes des pertes du système que Kenya Power récupère en répercutant le coût sur les consommateurs, augmentant ainsi le coût de l’électricité.

lis: 680 000 foyers kenyans sont illégalement raccordés à l’électricité

« Ce nombre est trop grand pour être vrai », a déclaré Molly, « et cela signifie également que celui qui a fourni les données sait exactement où se trouvent ces connexions illégales. »

« Nous ne savons pas d’où viennent ces données, et nous n’en sommes pas conscients », a-t-il déclaré, désavouant les données.

Cependant, il n’a pas fourni le nombre exact de connexions illégales que les services publics combattent.

Kenya Power a lancé il y a deux ans une campagne de répression contre les connexions illégales dans le but de limiter les pertes de revenus.

La société publique de distribution d’électricité a annoncé l’année dernière des partenariats avec des groupes communautaires dans les bidonvilles de Mathare, Mokoro et Kibera dans le but de récupérer environ 2 milliards de shillings de connexions illégales.

Kenya Power perd environ 20 % de ses revenus en raison de connexions illégales et de fraudes, soulignant l’impact de la criminalité sur la croissance des revenus de l’entreprise.

L’Energy and Regulatory Authority 2020 a autorisé la récupération des pertes du système équivalente à 19,9% des unités qu’elle achète aux producteurs d’énergie, contre 14,9%.

Les connexions illégales impliquent une personne connectée au réseau national, connectant et facturant illégalement d’autres personnes à partir de sa ligne, privant ainsi Kenya Power de revenus.

Les connexions surchargent également les transformateurs, nuisant à la qualité de l’alimentation en raison des temps d’arrêt des transformateurs, augmentant les dépenses de Kenya Power pour la réparation ou l’achat de nouveaux transformateurs.

A lire aussi : Les foyers paient plus de 5 milliards de shillings pour avoir volé de l’électricité dans le cadre d’un accord gouvernemental

Les personnes prises en train d’utiliser illégalement de l’électricité conductrice risquaient une amende de 1 million de shillings, un an d’emprisonnement ou les deux en vertu de la loi – des amendes qui ne semblent pas avoir contribué à réduire la criminalité, en particulier dans les colonies de squatters.

→ [email protected]

READ  Shopee rejoint la tendance des licenciements d'entrée de gamme du RI et blâme l'économie mondiale - News 24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *