La comète volcanique froide « Mère des Dragons » est désormais visible depuis la Terre • Earth.com

La comète 12P/Pons-Brooks – également connue sous le nom de « comète diabolique » et de « mère des dragons » – est actuellement visible dans le ciel nocturne de l'hémisphère nord, offrant un spectacle unique aux astronomes amateurs et professionnels.

Cette comète de type Halley, qui tourne autour du soleil tous les 71 ans et possède un noyau d'environ 30 kilomètres de diamètre, est connue pour ses impressionnantes explosions de gaz et de poussière lors de son voyage à travers le système solaire interne.

Comète 12P/Pons-Brooks

La comète est connue sous le nom de comète du diable en raison de son apparence distinctive en forme de « corne ». Cependant, un clin d'œil culturel plus contemporain a été donné à son association avec les Kappa-Draconides, une pluie de météores annuelle relativement modeste qui est active de fin novembre à décembre.

Comme les autres comètes, 12P/Pons-Brooks est composée d'un mélange de glace, de poussière et de matière rocheuse. À mesure qu’elle s’approche du soleil, la comète subit une métamorphose, la glace à l’intérieur passant de l’état solide à l’état gazeux.

Ce processus pousse le gaz et la poussière de la surface de la comète et forme un nuage en expansion et une queue distinctive. Cette queue, formée et entraînée par le vent solaire, sert de marqueur visuel de la trajectoire de la comète dans l'espace.

Que sont les comètes volcaniques glacées ?

Les comètes cryovolcaniques constituent une classe fascinante d’objets célestes qui présentent une activité géologique unique. Ces comètes contiennent non seulement le mélange habituel de glace, de poussière et de roche, mais aussi des cryovolcans, qui sont des volcans qui entrent en éruption avec des matières volatiles comme l'eau, l'ammoniac ou le méthane au lieu de roches en fusion.

Les cryovolcans se forment sur les comètes lorsque la chaleur interne s’accumule, provoquant l’évaporation et l’expansion des substances volatiles à l’intérieur de la comète. Cette pression accrue finit par briser la surface de la comète, permettant aux gaz et aux liquides de s'échapper lors d'une explosion spectaculaire.

L'importance de l'activité cryovolcanique

L’étude des comètes volcaniques glacées fournit des informations précieuses sur la composition et la structure interne de ces corps glacés.

En analysant la matière éjectée lors des éruptions cryovolcaniques, les scientifiques comprennent mieux les conditions à l’intérieur des comètes et le rôle qu’elles jouent dans la formation et l’évolution du système solaire.

Exemples notables

Outre 12P/Pons-Brooks, l'un des exemples les plus célèbres de comètes volcaniques glacées est 12P/Pons-Brooks. 29B/Shoasmann-Wachmann 1. Cette comète présente de fréquentes explosions, qui seraient causées par une activité cryovolcanique.

Un autre exemple est Comète 67P/Churyumov-GerasimenkoQui a été visité par la sonde spatiale Rosetta de l'Agence spatiale européenne. Les observations de Rosetta ont révélé des preuves d'activité volcanique froide à la surface de la comète.

READ  Qu'est-ce qui cause le syndrome du côlon irritable ? La sensibilité à la gravité à blâmer, pensent les scientifiques

Alors que nous continuons à explorer et à étudier ces objets attrayants, les comètes volcaniques glacées éclaireront sans aucun doute davantage les processus dynamiques qui façonnent notre système solaire.

Quand la comète diabolique 12P/Pons-Brooks sera-t-elle visible ?

12P/Pons-Brooks est plus visible fin mars et début avril. La comète est située au-dessus de l'horizon ouest dans les heures qui suivent le crépuscule, et sa visibilité dépend de son niveau d'activité et de sa proximité avec la Terre.

Même si parfois il peut briller vivement, d’autres fois, il peut être à peine perceptible. La comète de Satan atteindra son point le plus proche de la Terre en juin 2024, mais elle ne sera plus visible depuis l'hémisphère nord.

Deux astronomes légendaires

Le nom de la comète porte l'héritage de deux personnages légendaires, Jean-Louis Pons et William R. Brooks, qui a découvert un grand nombre de comètes.

Jean-Louis Pons

Pons, astronome français actif de 1761 à 1831, est connu pour ses remarquables contributions à l'astronomie, notamment sa découverte de 37 comètes entre 1801 et 1827 à l'aide d'équipements qu'il a lui-même construit.

Cette réalisation reste à ce jour un record sans précédent. Un exemple notable de ses découvertes de comètes a eu lieu le 12 juillet 1812, lorsqu'il a identifié un corps céleste faiblement dépourvu de queue de comète distinctive.

Au cours du mois suivant, cet objet s'est sensiblement éclairci et sa queue est apparue le 15 août de la même année, marquant sa visibilité maximale. L'orbite de la comète a été calculée à partir des observations précises de Pons, et les astronomes estiment la période de son orbite solaire entre 65 et 75 ans.

Chez les parents. ruisseaux

William R. confirmé Brooks, un astronome anglo-américain avec un palmarès impressionnant de 27 découvertes de comètes, a contredit par inadvertance les observations antérieures de Pons lorsqu'il a observé la même comète lors de son voyage de retour à travers le système solaire interne le 2 septembre 1883.

Initialement considérée comme une nouvelle découverte, elle fut rapidement identifiée comme étant la comète observée par Pons 71 ans plus tôt.

Explosions réelles de gaz et de poussière

La comète Satan est devenue particulièrement célèbre pour ses puissantes explosions de gaz et de poussières lors de son approche du Soleil, visibles en 1883, 1954 et 2023.

Les récits historiques d'objets célestes brillants observés en Chine en 1385 et en Italie en 1457 seraient des observations antérieures de cette comète, consolidant ainsi sa place dans les annales de l'observation astronomique.

READ  Des signes d'un virus animal ont été découverts chez un humain qui a reçu un cœur de porc

Icebergs cosmiques antiques

Outre leur apparence impressionnante, les comètes comme 12P/Pons-Brooks présentent un grand intérêt scientifique.

Ces « anciens icebergs cosmiques » sont des vestiges de l’aube du système solaire, et leurs compositions et trajectoires fournissent des indices sur la structure du système solaire primitif.

Les processus par lesquels les comètes sont attirées vers les planètes intérieures depuis l'extérieur de l'orbite de Neptune mettent en évidence leur nature dynamique et les forces gravitationnelles qu'elles exercent au sein de notre voisinage cosmique.

Queues caractéristiques des comètes

Les queues distinctives des comètes, causées par la glace se sublimant en gaz sous la chaleur du Soleil, sont peut-être leur caractéristique la plus déterminante.

Ces queues, constituées de poussière et de gaz ionisés, sont non seulement fascinantes à observer, mais font également partie intégrante de notre compréhension du comportement des comètes et de leur impact sur l'environnement terrestre, notamment en apportant potentiellement de l'eau et de la matière organique à notre planète.

Observer et étudier les comètes

Alors que 12P/Pons-Brooks reste visible depuis la Terre et poursuit son voyage à travers le système solaire interne, la comète Satan nous rappelle l’univers vaste et dynamique dont nous sommes une petite partie.

Il souligne également l’importance de l’observation et de l’étude continues des comètes, car elles détiennent la clé pour comprendre notre place dans l’univers et les processus fondamentaux qui ont façonné notre système solaire.

Missions de l'Agence spatiale européenne pour découvrir les secrets des comètes

le Agence spatiale européenne L'Agence spatiale européenne (ESA) reconnaît depuis longtemps la valeur scientifique et exploratoire de ces anciens rovers célestes.

Au-delà de la comète 12P/Pons-Brooks, l'Agence spatiale européenne s'est lancée dans plusieurs missions pour percer les secrets des comètes et des astéroïdes.

L’objectif est de faire la lumière sur la formation précoce du système solaire, les origines de l’eau sur Terre et les dangers potentiels que ces roches spatiales représentent pour notre planète. Certaines de ces tâches comprennent :

La mission de Giotto

Lancée en 1986, Gioto est la mission pionnière de l'ESA dans l'espace lointain, conçue pour s'approcher de la comète Halley et fournir les premières images rapprochées du noyau de la comète.

La mission de Giotto a révélé d'importantes découvertes, notamment la découverte de matériaux organiques sur la comète de Halley, indiquant la chimie complexe des premiers temps du système solaire.

Le succès de la mission ne s'est pas arrêté à Haley ; En 1992, Giotto a été redirigé vers la comète Grigg-Skjellerup, passant à seulement 200 km de son noyau, améliorant ainsi notre compréhension de la formation et du comportement des comètes.

READ  Les Bermudes confirment le premier cas de monkeypox - The Royal Gazette

Mission Rosette

Rosetta est la mission cométaire la plus célèbre de l'ESA. En arrivant près de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko en 2014, Rosetta est devenue le premier vaisseau spatial à orbiter autour d'une comète et à suivre de près son voyage autour du Soleil.

L'atterrisseur Philae de la mission a réalisé le tout premier atterrissage à la surface d'une comète, fournissant ainsi des données inestimables sur la composition et l'activité de la comète. L'étude approfondie de Rosetta sur 67P a fourni des informations approfondies sur la nature des comètes et leur rôle dans l'histoire du système solaire.

La mission d'Héra

Tournée vers l'avenir, la mission Hera, dont le lancement est prévu dans un avenir proche, fait partie d'un effort de collaboration avec la mission DART de la NASA visant à tester les techniques de déviation des astéroïdes. Hera examinera de près les effets de l'impact de DART sur l'astéroïde Demorphos, dans le but de transformer cette expérience en une stratégie de défense planétaire viable.

En étudiant l'orbite et la surface changeantes de Dimorphos, Héra jouera un rôle essentiel dans la préparation de l'humanité à se défendre contre les menaces potentielles des astéroïdes.

Objection de comète

La mission prospective Comet Interceptor de l'ESA, dont le lancement est prévu en 2029, vise à capturer une comète progénitrice entrant pour la première fois dans le système solaire interne. Cette mission vise à étudier une comète légèrement altérée par la chaleur du Soleil, ce qui pourrait donner un aperçu direct des matériaux et des conditions qui existaient au début du système solaire.

En ciblant une comète aussi « vierge », Comet Interceptor espère s’appuyer sur l’héritage de Giotto et Rosetta, en fournissant de nouvelles informations sur les origines et l’évolution de notre système solaire.

Mention spéciale – Soho

Bien qu'essentiellement axé sur l'observation de l'énergie solaire, l'Observatoire héliosphérique (SOHO) de l'ESA/NASA est devenu un chasseur de comètes improbable, découvrant des milliers de comètes frôlant le Soleil lors de son approche finale vers le Soleil. Le rôle inattendu de SOHO dans la découverte des comètes met en évidence la nature dynamique et interconnectée des corps célestes de notre système solaire.

—–

Vous aimez ce que j'ai lu ? Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des articles intéressants, du contenu exclusif et les dernières mises à jour.

Visitez-nous sur EarthSnap, une application gratuite présentée par Éric Ralls et Earth.com.

—–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *