La décision de l’Espagne de fournir du gaz au Maroc porte un double coup à l’Algérie |

Double coup porté à l’Algérie

Des observateurs marocains ont déclaré à The Arab Weekly que la décision de l’Espagne était un double coup porté à l’Algérie, qui espérait isoler le Maroc et empêcher le pays de bénéficier du gaz transitant par le gazoduc Maghreb-Europe.

Selon les observateurs, la décision espagnole non seulement ajoute à l’échec de l’Algérie à déstabiliser les relations entre Madrid et Rabat, mais incite également le Maroc à retirer l’Algérie de sa liste de fournisseurs de gaz à l’avenir.

Des observateurs ont ajouté que l’exploitation du gazoduc de l’Espagne au Maroc bloquerait automatiquement toute opération de l’Algérie à l’Espagne via le Maroc.

À l’heure actuelle, ce qui déroute le plus l’Algérie, c’est que l’action de l’Espagne est soutenue par l’Europe et que toute opposition algérienne pourrait affecter la confiance de l’Europe dans le pays en tant que fournisseur de gaz.

Nabil al-Andalusi, chercheur en relations internationales, a déclaré: « La décision du gouvernement espagnol d’envoyer des navires de gaz liquéfié des marchés internationaux au Maroc est une victoire pour la diplomatie économique du royaume. »

« Le Maroc défend ses intérêts à un moment où il tente de menacer la sécurité énergétique de l’Algérie », a-t-il déclaré à The Arab Weekly.

« La décision espagnole sera un coup douloureux pour le régime algérien et un embarras diplomatique et économique majeur pour l’Algérie », a déclaré l’Andalousie.

Le ministère marocain de l’Energie a refusé jeudi de divulguer les détails de son accord avec l’Espagne.

Le site d’information marocain Le360 a déclaré cela après des semaines de pourparlers entre Rabat et Madrid.

READ  Un judoka algérien se retire des JO de Tokyo pour rivaliser avec un athlète israélien

L’annonce est intervenue trois mois après que l’Algérie a déclaré qu’elle ne renouvellerait pas un accord expiré de 25 ans pour utiliser le gazoduc qui acheminait le gaz vers l’Espagne via le Maroc.

L’Algérie, le plus grand exportateur de gaz d’Afrique, exporte environ 10 milliards de mètres cubes de gaz par an vers l’Espagne puis vers le Portugal en utilisant GME depuis 1996.

En retour, le Maroc reçoit environ un milliard de mètres cubes de gaz par an en frais de transport, qui couvrent 97 % de ses besoins.

A un moment où les prix mondiaux du gaz augmentent, la résiliation de l’accord a directement affecté l’approvisionnement énergétique de Rabat.

L’accord a pris fin alors que les tensions entre les voisins nord-africains s’intensifiaient après le renouvellement des relations diplomatiques du Maroc avec Israël, et Washington a reconnu la souveraineté de l’État sur le Sahara occidental contesté.

Politique de distribution

Le Maroc considère le Sahara occidental comme son propre territoire souverain, tandis que l’Algérie soutient depuis longtemps le Front séparatiste Policario.

Alger a rompu toutes les relations diplomatiques avec Rabat en août.

La décision de Madrid d’aider le Maroc était un geste visant à apaiser les tensions entre les deux pays, permettant à l’Espagne d’hospitaliser le chef du Front Policario en avril lorsqu’il est tombé gravement malade du COVID.

Cette décision a déclenché une position ferme avec le Maroc. Un mois plus tard, environ 10 000 migrants sont entrés dans l’enclave de Ciota en Espagne, ce qui a été largement considéré par les forces frontalières marocaines comme une mesure punitive de Rabat.

READ  Apprendre à connaître ... Conservateur forestier Aaron France

Fin novembre, Rabat a signé un accord de dix ans avec Sound Energy pour s’approvisionner en gaz auprès d’une concession britannique dans l’est du Maroc.

L’Espagne recevra du gaz directement de son principal fournisseur, l’Algérie, via le gazoduc Medcas, directement entre les deux pays sous la Méditerranée.

Alger a promis d’augmenter la capacité du pipeline pour compenser les fermetures de GME.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *