La décision française de classer les archives suscite des réactions mitigées en Algérie

Alger, Algérie

La décision du président français Emmanuel Macron d’entamer le classement des documents de sécurité jusqu’aux années 1970 a suscité des réactions mitigées en Algérie.

Tout en qualifiant la décision d’Abdelmatjit Sigi de “positive et importante”, un conseiller du président algérien, l’ancien parlementaire Kamal Belarby a déclaré qu’il était difficile de croire que les Français porteraient le cachet de son héritage colonial en Algérie. La guerre qui a tenu la France responsable de ses crimes coloniaux.

Dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle, Siki a déclaré que la décision de Myron était bonne. Il a déclaré que la question devait être examinée maintenant et que la décision devait être largement utilisée. Il a noté que la période de 1920 à 1970 était très importante pour l’histoire de l’Algérie.

S’adressant à l’Agence anatolienne, l’ancien parlementaire Kamal Belarpi a exprimé son scepticisme quant à la décision française de rehausser l’éclat du secret qui cache leur rôle en Algérie.

Belarby, qui avait auparavant piloté le projet de loi criminalisant le colonialisme, a déclaré que les Français ne donneraient pas de documents secrets.

“La France va déstabiliser les archives. Le plus important est que nous nous engageons à respecter nos demandes de tenir la France responsable de ses crimes pendant 132 ans en Algérie”, a-t-il déclaré.

Il a dit qu’il était erroné de s’attendre à ce que la France remette des documents contenant les massacres les plus horribles commis contre les Algériens.

La publication des documents n’affectera pas de manière significative les relations de la France avec l’Algérie, a déclaré Toupic Poukaita, professeur de sciences politiques à l’université d’Alger.

READ  27 sénateurs américains écrivent une lettre à Biden pour demander le renversement du Sahara occidental

S’adressant à l’Agence anatolienne, Pogita a déclaré que la décision de Macron visait à apaiser les tensions autour de la question.

«Les questions en suspens entre la France et l’Algérie ne sont pas liées à ces documents, elles ont été tranchées par la loi française. [that they are the property of France]. Ce conflit concerne plutôt des documents précoloniaux [1830-1962],” il a dit.

Il a déclaré que la France n’avait pas le droit de conserver les documents précoloniaux. “Ils ont un héritage humain qui appartient au peuple algérien, ce que rejette Paris”, a-t-il déclaré.

L’Algérie souhaite la restauration complète des archives précoloniales, qui ont été remplacées lorsque Paris a retiré ses troupes.

Reconnaissez et excusez-vous

Auparavant, Macron et son envoyé algérien, Abdelmadzit Deboun, avaient convenu de nommer deux historiens de chaque pays pour discuter du retour des fichiers mémoire.

Suite à cette décision, Benjamin Stora du côté français et Abdelmadjit Sikh du côté algérien ont abordé la question.

Les autorités algériennes ont accusé les forces françaises de passer en contrebande des centaines de milliers de cartes et de documents historiques à l’époque ottomane (1518-1830) et pendant la période coloniale (1830-1962).

Les Algériens ont appelé la France à reconnaître et à s’excuser pour les pratiques discriminatoires et les crimes commis pendant le régime colonial dans le pays.

Selon les estimations des historiens algériens, 1,5 million d’Algériens ont été tués pendant la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962. Les historiens français évaluent le chiffre à 400 000 des deux côtés.

Le bureau de Macron a décidé de classer les documents tout en agissant sur les recommandations de l’historien Benjamin Stora.

READ  Jorge de Italia a choisi Jorge de Bennett sur le Tour de France

Dans son rapport de 120 pages, il recommandait des mesures pour répondre aux griefs persistants, comme la création d’une commission mixte d’historiens français et algériens pour enquêter sur les enlèvements et les massacres d’Européens tués à Aaron le 120 juillet. Identifier les endroits où les prisonniers exécutés ont été enterrés pendant la guerre.

Ibrahim Mukhtar a contribué à cette histoire.

Le site Web de l’Agence anatolienne ne contient qu’une partie des informations fournies aux abonnés par le système de diffusion de nouvelles AA (HAS) et sous forme abrégée. Contactez-nous pour les options d’abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *