La France conseille à ses citoyens de quitter le Pakistan après les manifestations anti-françaises

L’ambassade de France au Pakistan a conseillé jeudi à tous les citoyens et entreprises français de quitter temporairement le pays, après de violentes manifestations anti-françaises qui ont paralysé une grande partie du pays cette semaine.

“En raison des graves menaces pesant sur les intérêts français dans la PakistanIl a conseillé aux citoyens français et aux entreprises françaises de quitter temporairement le pays. “

“Les départs seront effectués par les compagnies aériennes commerciales existantes.”

Cette décision est intervenue un jour après que le ministère pakistanais de l’Intérieur a annoncé qu’il interdirait Tahrir Labbaik Pakistan, un groupe islamiste militant responsable des récentes manifestations anti-françaises à travers le pays.

Le TLP a demandé au gouvernement pakistanais d’expulser l’ambassadeur de France et de ratifier le boycott des produits français en raison de Charlie HebdoRe-publication des caricatures du prophète Mahomet après le massacre du 16 octobre 2020 Samuel Patti, Un enseignant de l’école française a présenté les dessins pendant le semestre d’éducation civique.

Le sentiment anti-français mijote depuis des mois au Pakistan depuis le gouvernement présidentiel Emmanuel Macron Elle a exprimé son soutien au droit de Charlie Hebdo de republier les caricatures, que de nombreux musulmans jugeaient blasphématoires.

Violentes manifestations anti-françaises

Des affrontements ont éclaté mardi entre des partisans du parti et des policiers après l’arrestation du chef du groupe, Saad Razavi, quelques heures après avoir encouragé des milliers de ses partisans à descendre dans les rues des villes du Pakistan.

Deux policiers ont été tués dans les affrontements, qui ont vu l’utilisation de canons à eau, de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc pour repousser les foules.

READ  Le champion de but Mahrez défend la défense de la ville

Razavi a été accusé d’incitation au meurtre.

Les partisans du TLP ont provoqué l’arrêt de la capitale, Islamabad, en novembre de l’année dernière pendant trois jours avec une série de rassemblements anti-français.

Annonçant la décision d’interdire le TLP, le ministre pakistanais de l’Intérieur, Sheikh Rashid, a déclaré aux journalistes à Islamabad que le gouvernement «ne veut pas être connu comme une nation extrémiste au niveau international».

Mais TLP est soutenu par une secte majoritairement sunnite de l’Islam avec un public formidable au Pakistan, ce qui rendra toute interdiction difficile.

Les groupes extrémistes pakistanais ont également l’habitude d’apparaître sous divers noms après leur interdiction.

Le blasphème est une question très sensible au Pakistan conservateur, où les lois autorisent l’application de la peine de mort à toute personne soupçonnée d’avoir insulté l’islam ou des personnalités islamiques.

(France 24 / AFP et Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *