Les citoyens français sont invités à quitter le Pakistan après les manifestations anti-françaises

Posté sur:

Après que de violentes manifestations anti-françaises aient paralysé une grande partie du pays cette semaine, l’ambassade de France au Pakistan a conseillé à tous les ressortissants et entreprises français de quitter temporairement le pays.

“Les intérêts français au Pakistan étant sérieusement menacés, il est conseillé aux ressortissants français et aux entreprises françaises de quitter temporairement le pays”, a déclaré l’ambassade dans un courrier électronique adressé aux citoyens français.

“Les départs seront gérés par les compagnies aériennes commerciales existantes.”

Cette décision intervient un jour après que le ministère pakistanais de l’Intérieur a déclaré qu’il interdisait le Tehreek-e-Labaik Pakistan (DLP), le groupe islamiste radical responsable des récentes manifestations anti-françaises à travers le pays.

Le DLP a demandé au gouvernement pakistanais d’expulser l’ambassadeur de France et de boycotter les produits français parce que Charlie Hebdo a republié les caricatures du prophète Mahomet l’année dernière.

Le sentiment anti-français au Pakistan s’estompe depuis des mois depuis que le gouvernement du président Emmanuel Macron a soutenu le droit de Charlie Hebdo de republier des caricatures considérées comme calomnieuses par de nombreux musulmans.

Violentes luttes anti-françaises

Des affrontements ont éclaté mardi entre les partisans du DLP et la police après qu’un chef de groupe, Chad Rizvi, ait été détenu pendant des heures après avoir encouragé des milliers de ses partisans à descendre dans les rues de villes du Pakistan.

Deux policiers ont été tués dans les affrontements, au cours desquels des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc ont été utilisés pour arrêter la foule.

READ  Algérie: Debone met en garde les manifestants du Hirak

Rizvi a été accusé d’incitation au meurtre.

Les partisans du DLP ont bloqué la capitale, Islamabad, avec trois jours consécutifs de rassemblements anti-français en novembre de l’année dernière.

Annonçant la décision d’interdire le DLP, le ministre pakistanais de l’Intérieur, Sheikh Rashid, a déclaré aux journalistes à Islamabad que le gouvernement ne voulait pas qu’il soit “internationalement connu comme une nation militante”.

Mais le DLP est massivement suivi au Pakistan par la secte sunnite majoritaire de l’islam, ce qui rend difficile l’application de toute interdiction.

Les groupes militants pakistanais ont également l’habitude de porter des noms différents après avoir été interdits.

Le blasphème est un problème très important au Pakistan conservateur, où les lois autorisent la peine de mort pour quiconque est considéré comme ayant insulté l’islam ou des personnalités islamiques.

(FRANCE 24 avec l’AFP et REUTERS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *