La France et l’Australie s’empressent de revenir du différend sur les sous-marins à Paris

Les ministres australien et français doivent se rencontrer lundi dans le cadre d’une nouvelle tentative de réparation des clôtures 16 mois après que Canberra a retiré un important contrat de sous-marin, laissant Paris en ébullition.

Une dispute amère a éclaté en septembre 2021 lorsque l’ancien Premier ministre australien Scott Morrison a brusquement déchiré un contrat pour la France pour la construction de dizaines de sous-marins diesel et a annoncé un accord pour acheter des sous-marins nucléaires américains ou britanniques.

Le différend sous-marin est intervenu dans le cadre d’un nouvel accord de sécurité entre l’Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis – surnommé AUKUS – visant à contrer une Chine montante.

La querelle a fait dérailler les relations et menacé de saborder l’accord commercial UE-Australie, mais les deux parties ont commencé à régler les choses depuis que le Premier ministre Anthony Albanese a pris le pouvoir à Canberra, jurant de rétablir les liens avec Paris.

En novembre, le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’offre de sous-marins de son pays était « toujours sur la table », au lendemain de sa rencontre avec Albanese lors du sommet du G-20 en Indonésie.

Macron a déclaré que les sous-marins seraient conventionnels, et non nucléaires, et seraient construits en Australie.

Albanese avait déjà salué en juillet un nouveau départ dans les relations lors d’une visite à Paris, soulignant qu’il agirait avec « confiance, respect et sincérité » dans ses relations avec Macron.

– ‘Retour sur les rails’ –

La porte-parole du département d’État, Anne Claire Legendre, a déclaré que la rencontre lundi à Paris de la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna et du ministre de la Défense Sébastien Licorne avec leurs homologues australiens, Penny Wong et Richard Marlies, s’appuiera sur « l’élan positif » observé depuis le voyage d’Albanese en juillet.

READ  L'Australien Simon Clark remporte la cinquième étape du Tour de France, Sports News, First Post

« La relation est remise sur les rails », a déclaré à l’AFP un responsable du ministère de la Défense, mais elle doit être approfondie pour déboucher sur des « mesures concrètes ».

Le responsable a déclaré qu’il n’était pas encore clair si la réunion de lundi conduirait à des résultats aussi tangibles.

La France se considère comme une puissance du Pacifique, grâce à ses territoires d’outre-mer, dont la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, et les observateurs affirment que l’amélioration des relations avec Canberra l’aidera à y affirmer son influence. Mais ils ont dit qu’il n’était pas certain dans quelle mesure Macron voulait aligner sa stratégie là-bas avec celle des membres de l’Université américaine du Kosovo.

Un officier de l’armée française a déclaré à l’AFP que la région Asie-Pacifique était « une zone d’intérêt majeure tant pour la Chine que pour les Etats-Unis ».

L’officier, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, a ajouté que les ambitions de la Chine dans la région « nécessitent une réponse stratégique », mais que la France devrait mettre en garde contre une adhésion à ce qui pourrait être considéré comme une « coalition anti-chinoise ».

Macron a déclaré que la France pourrait agir comme une « force d’équilibrage » entre Pékin et Washington dans la région, bien que les experts disent que la distance avec la France continentale et une présence militaire relativement faible limiteront tout plan français là-bas.

Les discussions « développeront et coordonneront les réponses françaises et australiennes à l’environnement stratégique de plus en plus difficile dans l’Indo-Pacifique et en Europe », ont déclaré Wong et Marlies dans un communiqué conjoint avant la visite, en utilisant un autre terme pour la région Asie-Pacifique.

READ  Harrington sécurise la médaille avec la victoire de Khalif

Ils ont déclaré que la réunion travaillerait sur une « feuille de route bilatérale pour renforcer la coopération dans les domaines de la défense, de la sécurité, de la résilience, de l’action climatique, de l’éducation et de la culture ».

dt-dla/jh/lcm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *