La France interdit enfin l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques et les parcs marins

La France suit enfin un mouvement mondial grandissant pour mettre fin à l’exploitation des animaux sauvages au nom du divertissement dans les cirques et les parcs marins.

Dans ce qui a été salué comme une avancée majeure en matière de droits des animaux dans le monde, le pays a adopté en septembre 2020 des lois qui protégeront les animaux des trois manières suivantes :

  • L’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques sera progressivement supprimée
  • Les parcs marins cesseront immédiatement d’élever et d’importer des épaulards et des dauphins
  • L’utilisation des épaulards dans les spectacles sera interdite d’ici 2022 et celle des dauphins d’ici 2027
  • L’élevage de visons sera progressivement supprimé au cours des cinq prochaines années
Source de l’image : Canva

En raison de l’impact économique potentiel sur ceux qui possèdent des cirques, des delphinariums (la France en compte trois) et des parcs marins (il y a quatre épaulards en captivité en France), le ministre a déclaré que le gouvernement allouerait 8 millions d’euros (7,3 millions de livres sterling, 9,3 dollars américains). million). m) Réinventer leur activité sans utiliser d’animaux sauvages.

Mme Bombili a déclaré au journal français Le Monde qu’il y avait actuellement environ 500 animaux sauvages dans les cirques français et que les nouvelles règles permettraient à la France de s’aligner sur plus de 20 autres pays de l’UE qui ont déjà restreint ou interdit les animaux dans les cirques ambulants. Ils envisageront également de créer des sanctuaires pour ces animaux à mesure que le cirque s’adapte aux nouvelles lois.

Les animaux sauvages en tant que divertissement ont suivi leur cours

Les animaux sauvages qui travaillent dans les cirques sont élevés en captivité et entraînés dès leur plus jeune âge pour se produire devant des foules. Ils ne seraient jamais capables de se défendre dans la nature. Historiquement, les cirques étaient un moyen de montrer des animaux sauvages au public, mais aujourd’hui, le public peut se rendre dans les réserves fauniques pour voir les animaux dans leur habitat naturel.

READ  Après Annu Kapoor, Hansal Mehta raconte comment il s'est fait cambrioler en France

« Il est temps que la fascination de nos ancêtres pour ces animaux ne se traduise plus par des situations où nous donnons la priorité à leur capture plutôt qu’à leur bien-être », a déclaré Mme Bombili.

Elle a également cité des études montrant que les épaulards et les dauphins possèdent une intelligence émotionnelle et sont conscients lorsqu’ils sont en captivité. Cela provoque un stress énorme et a un impact négatif sur leur santé et leur bien-être en général.

« Il est dans la nature de ces animaux de créer des liens sociaux et de chasser avec leurs groupes familiaux – ce qu’ils ne peuvent pas faire dans les parcs marins et les delphinariums confinés », a déclaré Nicolette Peters d’Animal Survival International (anciennement Animal Political Lobby) (ASI).

« Même si nous aurions aimé clarifier le calendrier de mise en œuvre de ces mesures, nous félicitons la France d’avoir pris cette décision. Nous espérons que les autres pays qui autorisent encore l’utilisation d’animaux sauvages à des fins de divertissement emboîteront le pas et mettront en œuvre des interdictions similaires. »

Un épaulard se produit au SeaWorld à Orlando, en Floride. SeaWorld a terminé son spectacle d’épaulards One Ocean fin 2019.

Pays qui ont interdit les animaux sauvages dans les cirques

Le New Jersey et Hawaï ont été les premiers États américains à interdire l’utilisation d’animaux exotiques dans les cirques. En 2016, la Californie a interdit l’utilisation d’hameçons sur les éléphants dans les cirques, puis a complètement interdit l’utilisation de la plupart des animaux exotiques. La République tchèque, le Danemark, la Finlande, le Portugal, la Suède et l’Inde ont tous mis en place des interdictions nationales sur l’utilisation de certaines espèces dans les cirques, tandis que d’autres pays comme la Bolivie et la Grèce font des progrès.

READ  Exclusif - Eni et BP en pourparlers sur les actifs pétroliers et gaziers algériens

En 2012, le gouvernement britannique s’est engagé à interdire l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques, mais cela ne s’est effectivement concrétisé qu’en janvier 2020 (les projets de loi ayant été bloqués à plusieurs reprises par les députés conservateurs). Malgré les revers, cela reste un pas dans la bonne direction.

Il est important de noter que même si la plupart des pays de l’UE imposent une certaine forme de restriction ou d’interdiction de l’utilisation de la faune sauvage dans les cirques, l’absence de législation au niveau européen permet aux cirques d’exploiter les différences régionales et nationales lorsqu’il s’agit d’appliquer ces lois. . C’est pourquoi on voit encore des animaux exotiques et sauvages dans les cirques de ces régions, en particulier dans des pays comme la Lituanie et l’Espagne.

Il y a plus de dix ans, la Hongrie a mis en place une interdiction nationale de l’utilisation d’animaux sauvages nouvellement capturés dans les cirques, interdisant l’achat et le dressage d’éléphants et de singes, ainsi que l’achat, le dressage et l’utilisation d’espèces répertoriées dans la Convention sur le commerce international des espèces en voie de disparition. Espèces de faune et de flore sauvages chassées après 2010 dans le cirque.

Par un coup du sort, le confinement imposé dans le pays contre le coronavirus a transformé le Cirque national hongrois, qui abrite toujours 100 animaux, dont des éléphants, des girafes, des chameaux et des « zonkeys » (un croisement entre un âne et un zèbre), à ​​lui seul. Parc safari de cinq acres pour rester à flot.

ASI estime que la pandémie offre aux cirques une opportunité unique de passer de l’utilisation d’animaux dans leurs spectacles à leur permettre de prendre leur retraite dans un environnement plus naturel. ASI reste déterminé à mettre fin à l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques, les parcs marins et les zoos, et est déterminé à retirer tous les animaux des divertissements.

READ  La compagnie de ferry britannique licencie 800 travailleurs ; Certains refusent de quitter les navires

« Les animaux sauvages ne devraient jamais être gardés en captivité afin que nous puissions les observer dans des aquariums, des cages ou des tentes. Ils devraient au moins être gardés en captivité afin qu’ils puissent faire des tours ou agir comme des clowns.

Il n’est jamais acceptable d’exploiter les animaux.

Nous ne tolérons pas les appâts d’ours, les combats de coqs ou les combats de pitbulls jusqu’à la mort, alors pourquoi tolérons-nous encore les cirques, les parcs marins et les zoos ? Dans tous ces incidents, les animaux souffrent. « Cela doit cesser », a conclu Peters.

Visons en cage dans une ferme d’élevage de visons en Norvège en 2008. Source de l’image : Flickr

En savoir plus

*Image en vedette : éléphants dans le ring du cirque Ringling Bros. et Barnum & Bailey, une compagnie de cirque itinérante américaine décrite comme le plus grand spectacle au monde. Le spectacle a fermé définitivement en mai 2017. Photo de Becky Phan sur Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *