La lutte « stupide » pour le nom de Paris « met la France 15 ans en retard »

Les chefs de département ont prévenu que les efforts visant à ternir la réputation internationale des universités françaises seront freinés pendant plus d’une décennie par une décision judiciaire de retirer le nom de l’Université de Paris deux ans après son animation.

Le 29 décembre, le Conseil d’Etat de la Cour de cassation a décidé que l’Université de Paris, née en 2019 de la fusion des universités Paris-Descartes et Paris-Detroit, devrait changer de dénomination sociale.

Les deux universités, anciennement connues sous les noms de Paris V et VII, peuvent retracer leur héritage à l’Université de Paris au XIIe siècle, mais partagent cette filiation avec l’Université Paris-Panthéon-Azaz, qui a porté plainte contre elles.

Depuis 2010, les gouvernements français incitent les universités à s’unir pour simplifier la filière et renforcer son positionnement à l’international.

« Remettre en cause le nom de l’Université de Paris nous ramène 15 ans en arrière, rouvre les débats aujourd’hui disparus, et nuit à tous les acteurs français à l’international », a déclaré le panel Udice des universités de recherche, dont l’Université de Paris. .

Le panel a déclaré que les entreprises d’Amsterdam, de Barcelone, de Boston et d’Oxford contribuent et bénéficient collectivement de la dignité de leurs villes, plutôt que de se battre pour la propriété.

« Il nous est simplement venu à l’esprit alors [other Paris institutions] Ils profitent du fait que l’Université de Paris existe et s’appelle l’Université de Paris », a déclaré Sébastien Strait, associé fondateur de Syris Academic Consulting, qui compte de nombreuses universités parisiennes comme clients.

« Comme Dufts et Boston profitent du MIT et du côté de Harvard, Paris I et Paris II bénéficieront de l’Université de Paris et de l’Université de la Sorbonne », a-t-il déclaré, faisant référence aux sociétés désormais connues sous les noms de Panthéon-Sorbonne et Panthéon-Assas. « Si personne ne s’appelle Université de Paris, cela ne sert à personne, et tout le système est perdu. La France est vaincue. »

READ  La drôle de réponse du président de la CAF Patrice Motsepe à un journaliste algérien

Le tribunal a confirmé le décret gouvernemental de 2019 qui a créé l’université, changeant son nom et ordonnant au gouvernement de payer 3 000 (2 500 £) à Pantheon-Azaz.

Dans un communiqué faisant suite à la décision, l’Université de Paris a déclaré qu’elle était « déjà en train de proposer un nouveau texte de dénomination juridique aux responsables de l’université ».

Cette décision risque de faire sourciller d’autres établissements affiliés comme l’université de Bordeaux et l’université de Montpellier, qui ne sont pas toutes deux les seules héritières de leur titre historique.

[email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.