Le Koweït réimpose des mesures de distanciation sociale lors d’événements de masse et de prières à la mosquée

Najaf : la boxeuse irakienne Bushra Al-Hajjar saute sur le ring, lève ses gants à hauteur des yeux et attaque son partenaire d’entraînement.

Cependant, son plus grand combat est de porter un coup contre les tabous sociaux.

Dans la ville chiite irakienne de Najaf, la scène d’une salle de boxe féminine est inhabituelle, mais, comme d’autres ici, l’entraîneur de boxe de 35 ans lutte contre les tabous établis.

« À la maison, j’ai une salle d’entraînement complète, avec des tapis et un sac de boxe, raconte-t-elle, mère de deux enfants qui pratique également le karaté.

Hajjar a remporté la médaille d’or dans la catégorie des 70 kg lors d’un tournoi de boxe dans la capitale, Bagdad, en décembre.

« Ma famille et mes amis me soutiennent beaucoup, ils sont très heureux du niveau que j’ai atteint », a-t-elle déclaré en tirant fermement ses cheveux dans un voile bleu.

Elle s’entraîne deux fois par semaine dans une université privée à Najaf, à 100 kilomètres au sud de Bagdad, où elle enseigne également le sport.

Dans un Irak extrêmement conservateur, et en particulier à Najaf, Hajjar admet que son aventure a fait sourciller.

«Nous avons rencontré de nombreuses difficultés», a-t-elle déclaré. « Nous sommes une société conservatrice et nous avons du mal à accepter ce genre de choses. »

Elle se souvient des manifestations lors de l’ouverture des centres de formation aux femmes, mais a déclaré : « Aujourd’hui, il y a beaucoup de salles. »

« Nous vivons dans une société macho qui s’oppose au succès des femmes », a déclaré l’étudiante en boxe Ola Mustafa, 16 ans, alors qu’elle faisait une pause dans le sac de boxe.

READ  Présence policière intense à Alger

Cependant, elle a déclaré qu’elle avait le soutien non seulement de son entraîneur, mais également de ses parents et de son frère, ce qui indique que le changement social est en marche.

« Les gens commencent progressivement à l’accepter », a-t-elle déclaré. « Si plus de filles l’essayent, la société l’acceptera automatiquement. »

Le président de la Fédération irakienne de boxe, Ali Taleef, reconnaît que l’implication des femmes irakiennes dans le sport est un « phénomène récent », mais affirme qu’elle gagne du terrain. « Il y a une énorme demande de femmes désireuses de s’inscrire », a-t-il déclaré, ajoutant que l’Irak compte désormais une vingtaine de clubs de boxe féminins.

Il a ajouté que plus de 100 boxeurs ont participé au championnat de décembre dans toutes les catégories.

Mais « comme d’autres sports (en Irak), la discipline souffre d’un manque d’infrastructures, de moyens d’entraînement et d’équipements ».

Dans le passé, l’Irak avait une fière tradition de femmes dans le sport, en particulier dans les années soixante-dix et quatre-vingt.

Que ce soit en basket-ball, en volley-ball ou en cyclisme, les équipes féminines ont régulièrement participé à des tournois régionaux.

Mais des sanctions, des décennies de conflit et un durcissement des valeurs sociales conservatrices ont mis fin à cette ère, et seule la région autonome du Kurdistan dans le nord de l’Irak a été largement épargnée.

Il y a eu un timide retournement ces dernières années, alors que les femmes pratiquent une gamme de sports, y compris le kickboxing. Pour Hajar Ghazi, qui à 13 ans a remporté une médaille d’argent en décembre, la boxe se déroule entre membres de la famille.

READ  Définir les progrès au Zimbabwe | Héraut

Son père, un boxeur professionnel chevronné, a encouragé ses enfants à suivre ses traces.

Sa sœur et son frère aîné Ali Malakman.

« Notre père nous soutient plus que l’État ne nous soutient », a déclaré Ali dans leur ville natale d’Amarah, dans le sud-ouest de l’Irak.

Le père Hassanein Ghazi, un camionneur de 55 ans qui a remporté plusieurs médailles dans la fleur de l’âge, insiste : « Les femmes ont le droit de faire de l’exercice, c’est normal.

Il est conscient que certaines des « sensibilités » associées aux valeurs tribales traditionnelles subsistent.

Par exemple, note-t-il, « quand leur coach veut courir, il les emmène en périphérie de la ville », loin des nombreux spectateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *