La police algérienne a arrêté au moins 16 journalistes et détenu la journaliste Kensa Kato

NEW YORK, 17 mai 2021 – Les autorités algériennes doivent immédiatement libérer le journaliste Kensa Kato et cesser de détenir des membres de la presse impliqués dans les manifestations, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Le 14 mai, la police a arrêté Katto, journaliste pour un site d’information local indépendant. Radio m, Alors qu’il couvrait des manifestations antigouvernementales dans la ville d’Alger, selon un communiqué Radio m Et les journalistes locaux et les défenseurs de la liberté de la presse Bouzid Ichalalin et Mustafa Pentjama se sont entretenus avec la CBJ via un communiqué de presse.

À ce jour, Kato est en garde à vue sans qu’aucune accusation ne soit libérée, a déclaré Ichalalin. Hier, un juge a prolongé sa détention provisoire de 24 heures, et aujourd’hui il l’a fait à nouveau, selon les preuves. Les nouvelles. Son employeur a déclaré dans un communiqué qu’il comparaîtrait devant les procureurs de l’État lors d’une audience demain devant le tribunal CD M’Hamad.

« Les autorités algériennes doivent savoir que l’arrestation de journalistes n’arrêtera pas les manifestations dans le pays, ce qui pourrait en fait conduire à davantage de manifestations », a déclaré Ignacio Miguel Delgado, le représentant de la CBJ au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. « Les autorités devraient libérer le journaliste Kensa Kato immédiatement et sans condition et permettre aux journalistes de faire leur travail sans craindre d’être emprisonnés. »

Kato a participé à des manifestations appelant à un nouveau gouvernement en Algérie depuis février 2019, et la CBJ a examiné des rapports sur les prisonniers politiques et les abus contre les journalistes dans le pays. Son travail.

READ  Algérie: Campagne électorale - Renforcer le front intérieur à travers le bureau de vote

Le 14 mai, les autorités ont arrêté au moins 15 journalistes lors d’une dissimulation des manifestations à Alger, qui ont tous été libérés plus tard dans la journée, selon Pentjama et Ichalal, qui ont identifié les journalistes comme:

  • Farida Serat, reporter pour le site d’informations locales Actualités Tariq
  • Vidat Loud, journaliste Actualités Tariq
  • Saul Baghdadi, photographe quotidien indépendant local Al-Wadan
  • Sami Karum, photographe Al-Wadan
  • Sid Ahmed Belochrani (également connu sous le nom de Sid Valinus), journaliste pour le site d’informations indépendant local Maghreb en pleine croissance
  • Linda Appo, journaliste Maghreb en pleine croissance
  • Khalid Trainee, directeur du site Independent News Caspa Tribune
  • Ferial Bouis, reporter pour le site Independent News Interligne
  • Hakeem Hammich, photographe indépendant
  • Larby Lounces, photographe du site d’informations locales Les horizons
  • Dejafar Kelofi, reporter de l’agence de presse publique russe Spoutnik
  • Riyad Kermati, photographe pour les agences France-Press
  • Photographe de Reuters Nasim Aptelogis
  • Mustafa Bastami, reporter pour le site Independent News Al-Kabar
  • Yasin Penrabia, journaliste indépendant

La police a détenu les journalistes pendant au moins trois heures avant de les relâcher sans inculpation Interlinges Le journaliste Poussis parle à CBJ de l’utilisation de la presse.

Le 12 mai, les autorités ont arrêté Trainee, Chrome, Poussis, Pastami et Hammich. Actualités Tariq Le journaliste Abdesmat Detroy les a libérés gratuitement, comme l’a documenté la CBJ à l’époque, alors qu’ils couvraient des manifestations dans la ville d’Alger.

CBJ a envoyé un e-mail au ministère de l’Intérieur algérien pour commentaires, mais n’a reçu aucune réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.