La police algérienne a arrêté au moins 16 journalistes et détenu la journaliste Kensa Kato

NEW YORK, 17 mai 2021 – Les autorités algériennes doivent immédiatement libérer le journaliste Kensa Kato et cesser de détenir des membres de la presse impliqués dans les manifestations, a déclaré aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Le 14 mai, la police a arrêté Katto, journaliste pour un site d’information local indépendant. Radio m, Alors qu’il couvrait des manifestations antigouvernementales dans la ville d’Alger, selon un communiqué Radio m Et les journalistes locaux et les défenseurs de la liberté de la presse Bouzid Ichalalin et Mustafa Pentjama se sont entretenus avec la CBJ via un communiqué de presse.

À ce jour, Kato est en garde à vue sans qu’aucune accusation ne soit libérée, a déclaré Ichalalin. Hier, un juge a prolongé sa détention provisoire de 24 heures, et aujourd’hui il l’a fait à nouveau, selon les preuves. Les nouvelles. Son employeur a déclaré dans un communiqué qu’il comparaîtrait devant les procureurs de l’État lors d’une audience demain devant le tribunal CD M’Hamad.

“Les autorités algériennes doivent savoir que l’arrestation de journalistes n’arrêtera pas les manifestations dans le pays, ce qui pourrait en fait conduire à davantage de manifestations”, a déclaré Ignacio Miguel Delgado, le représentant de la CBJ au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. “Les autorités devraient libérer le journaliste Kensa Kato immédiatement et sans condition et permettre aux journalistes de faire leur travail sans craindre d’être emprisonnés.”

Kato a participé à des manifestations appelant à un nouveau gouvernement en Algérie depuis février 2019, et la CBJ a examiné des rapports sur les prisonniers politiques et les abus contre les journalistes dans le pays. Son travail.

READ  Le Qatar et les fédérations algériennes signent un accord de partenariat

Le 14 mai, les autorités ont arrêté au moins 15 journalistes lors d’une dissimulation des manifestations à Alger, qui ont tous été libérés plus tard dans la journée, selon Pentjama et Ichalal, qui ont identifié les journalistes comme:

  • Farida Serat, reporter pour le site d’informations locales Actualités Tariq
  • Vidat Loud, journaliste Actualités Tariq
  • Saul Baghdadi, photographe quotidien indépendant local Al-Wadan
  • Sami Karum, photographe Al-Wadan
  • Sid Ahmed Belochrani (également connu sous le nom de Sid Valinus), journaliste pour le site d’informations indépendant local Maghreb en pleine croissance
  • Linda Appo, journaliste Maghreb en pleine croissance
  • Khalid Trainee, directeur du site Independent News Caspa Tribune
  • Ferial Bouis, reporter pour le site Independent News Interligne
  • Hakeem Hammich, photographe indépendant
  • Larby Lounces, photographe du site d’informations locales Les horizons
  • Dejafar Kelofi, reporter de l’agence de presse publique russe Spoutnik
  • Riyad Kermati, photographe pour les agences France-Press
  • Photographe de Reuters Nasim Aptelogis
  • Mustafa Bastami, reporter pour le site Independent News Al-Kabar
  • Yasin Penrabia, journaliste indépendant

La police a détenu les journalistes pendant au moins trois heures avant de les relâcher sans inculpation Interlinges Le journaliste Poussis parle à CBJ de l’utilisation de la presse.

Le 12 mai, les autorités ont arrêté Trainee, Chrome, Poussis, Pastami et Hammich. Actualités Tariq Le journaliste Abdesmat Detroy les a libérés gratuitement, comme l’a documenté la CBJ à l’époque, alors qu’ils couvraient des manifestations dans la ville d’Alger.

CBJ a envoyé un e-mail au ministère de l’Intérieur algérien pour commentaires, mais n’a reçu aucune réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *