La police algérienne, capitale des marais, a annulé la manifestation

La police en tenue anti-émeute a pris d’assaut un rassemblement en Algérie le 22 février 2021, marquant deux ans depuis le début d’un mouvement de protestation de masse exigeant un changement politique. REUTERS / Ramzi Boudina

Une forte présence policière a fumé le centre d’Alger vendredi, empêchant de fait le mouvement de protestation hebdomadaire de reprendre, et les responsables ont décidé qu’il ne pouvait plus être toléré.

Un journaliste de Reuters a repéré environ 20 véhicules des forces de sécurité dans le centre-ville, avec six policiers assis à l’intérieur d’un hôtel où des gens buvaient du café à une table à l’extérieur. À proximité, la police se tenait près des barricades fermant les rues latérales.

Un manifestant régulier, qui n’a donné que son prénom, Amaruch, par crainte de représailles après la vague d’arrestations, a d’abord déclaré qu’il prévoyait de protester comme d’habitude. Mais vendredi, il a dit qu’il ne pouvait pas.

“C’est tout simplement impossible, il y a beaucoup de policiers là-bas”, a-t-il dit.

Des manifestations ont eu lieu régulièrement dans de nombreuses parties de la capitale de Reuters vendredi après-midi, mais toutes étaient calmes – et avec une forte présence policière.

Après que des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue en 2019 pour évincer un haut président, le mouvement anti-Hirak a continué avec des rassemblements hebdomadaires pour essayer d’empêcher l’armée d’interférer dans la politique.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré plus tôt ce mois-ci que toute nouvelle manifestation nécessiterait une approbation officielle, qui nommait les organisateurs et incluait les heures de début et de fin.

READ  Les experts accusent une mauvaise planification alors que la capitale du Sénégal est à nouveau inondée

Il semblait être la cible d’Hirac sans chef et non organisée qui avait protesté lorsque l’épidémie mondiale a frappé en mars 2020, mais est revenue dans la rue en février, après quoi des milliers de personnes ont manifesté chaque vendredi.

Deux manifestants, Ahmed Abdische et Mohamed Badji, qui sont revenus dans la rue en février, avaient décidé de ne pas essayer de marcher avant vendredi.

L’économie en grande difficulté

“Hirak continuera en mars ou par d’autres moyens, mais nous nous en tiendrons à des voies pacifiques”, a déclaré Abdich.

“Le recours à la force pour arrêter nos marches ne changera rien car nous sommes déterminés à atteindre nos objectifs et ne reculerons pas”, a déclaré Badji.

Les manifestations de Hirak en 2019 ont représenté un tremblement de terre politique en Algérie, qui a présenté un test difficile pendant des décennies à affronter par une élite dirigeante en place depuis l’indépendance de la France en 1962.

Le président Apologize Bouteflika a été évincé deux décennies plus tard et un certain nombre de hauts fonctionnaires ont été emprisonnés pour corruption.

Les manifestants, cependant, ont déclaré que les changements étaient en grande partie esthétiques et que l’élite dirigeante était complètement propre et que l’armée se retirait de la politique.

Le mouvement a boycotté l’élection du successeur de Puteflika Abdelmadjit Deboun en décembre 2019 et son référendum sur les modifications de la constitution en novembre 2020 a été adopté avec un vote négatif de 25%.

Cependant, comme l’économie est profondément troublée par la baisse des revenus énergétiques et une épidémie mondiale, bon nombre de ses premiers partisans ont décidé de cesser de manifester après que certains des objectifs immédiats du Hirak aient été atteints.

READ  L'Algérie organise ses premières élections législatives en 2019 après le soulèvement populaire | La voix de l'Amérique

“Le moment est venu de choisir le dialogue et de mettre fin à cette crise. Marcher et crier des slogans ne résoudront pas nos problèmes”, a déclaré l’un d’eux, Ali Bachiri.

Nos standards: Principes de la Fondation Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *