La répression s’intensifie en Algérie, la liberté d’expression est-elle en danger ? | Actualités sur les droits de l’homme

Depuis février 2019, Mustafa Bendjama, rédacteur en chef du quotidien Le Provincial, a été arrêté et interrogé au moins 35 fois par la police.

Dans sa ville natale d’Annaba, dans l’est de l’Algérie, il subit une pression constante de la part des autorités en raison de ce que ses alliés considèrent comme ses défis persistants à l’égard des politiques gouvernementales.

En février, il a été arrêté au siège du journal à Annaba dans le cadre de la fuite d’un éminent dissident vers la France via Annaba et la Tunisie.

Le contexte plus large

Le cas de Bendjama n’est pas unique. Chaque jour, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) – créé en 2019 pour surveiller les détentions à caractère politique – annonce de nouvelles arrestations, procès, libérations et procédures judiciaires.

De nombreux prisonniers se perdent dans le système, et d’autres ont tellement peur qu’eux et leurs familles refusent de divulguer leur cas par crainte de représailles.

Selon le militant des droits de l’homme Zaki Hannache, l’Algérie compte actuellement 228 prisonniers d’opinion, dont la plupart sont accusés de « terrorisme ».

Au moins 1 200 personnes ont été emprisonnées depuis 2019 pour leur participation au Hirak, le mouvement national de protestation en faveur de la démocratie en Algérie, ou pour des critiques publiées en ligne, a-t-il déclaré.

Un dessin animé appelant à la libération de Mustafa [Freedom for Mustapha Bendjama via Facebook]

Beaucoup ont été interpellés pour des interrogatoires de routine et des dizaines d’autres ont été emprisonnés à plusieurs reprises.

Dans tout le pays, les médias locaux ont également connu une forte répression, avec 17 journalistes envoyés en prison, dont le rédacteur en chef de Radio M et Maghreb Emergent, Ihsaneh El Ghadi.

Justice vaincue

Après 10 jours de détention, au cours desquels il a déclaré avoir été maltraité physiquement, Bendjama a été inculpé dans deux affaires distinctes.

READ  L'Algérie suspend l'approvisionnement en gaz du Maroc ; Directement en Espagne - Fournir des ressources

Dans l’un d’eux, il a été condamné à deux ans de prison en août – avec le chercheur algérien Raouf Farah – pour avoir reçu des financements étrangers et partagé des informations classifiées en vue de commettre des actes contraires à l’ordre public.

En novembre, il a été condamné à six mois de prison dans une autre affaire pour « participation à l’immigration clandestine » après avoir facilité l’évasion de l’opposante Dr Amira Bouroui, qui s’était vu interdire de quitter l’Algérie en attendant son appel contre plusieurs condamnations.

Bendjama et Farrah ont vu leur peine initiale réduite et Farrah a été acquittée.

Lors du premier procès, Zachariah Benlahrech, un membre de son équipe de défense, a souligné que l’accusation de « partage d’informations classifiées » était trop proche de la sortie de Bouraoui du procès, suggérant que la véritable cause des persécutions officielles de Bendjama pourrait être ailleurs. .

« Il y a une femme qui a quitté le pays illégalement », a déclaré Benlahrech au tribunal, « et ils se sont dit : qui est à Annaba ? Il y a Mustafa Benjama, qui ne veut pas rentrer dans le rang.

Bendjama, actuellement détenu à la prison de Bouzouf à Constantine, a entamé sa grève de la faim le 3 octobre.

Dans une interview accordée à Al Jazeera, Benlahrech a confirmé qu’un appel avait été déposé.

« Nous espérons que la Cour d’appel l’acquittera car il n’a rien à voir avec ces accusations. C’est un jeune journaliste indépendant et très professionnel. Il aime son pays et son métier. Sa place n’est pas en prison », a-t-il déclaré.

En février 2019, des centaines de milliers d’Algériens ont manifesté chaque semaine à travers le pays, d’abord pour empêcher le président de longue date, Abdelaziz Bouteflika, publiquement absent et non qualifié, d’entrer en fonction pour un cinquième mandat, puis pour exiger une plus grande transparence parmi les citoyens. l’élite politique du pays. , dont beaucoup voulaient assumer la responsabilité des violations passées des droits.

READ  Jeux Méditerranéens 2022 : Oron voile est sur le point de gagner

Cependant, le plus grand mouvement de protestation d’Algérie depuis l’indépendance, qui a disparu des rues deux ans après le début de la pandémie de coronavirus, a laissé les militants espérer qu’un changement pourrait être apporté.

Amira Bouroui, l’une des figures les plus marquantes, sinon la plus célèbre, du Hirak, après sa sortie de prison, devant la prison de Golia, près de Tibasa, à l’ouest d’Alger, le 2 juillet 2020. [Ryad Kramdi/AFP]

Alors que les rues étaient vides, la répression des manifestations passées par le gouvernement s’est poursuivie. Plusieurs organisations ont soutenu Hiraq, comme le Rassemblement d’action des jeunes (RAJ), la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH) et deux partis d’opposition, le Parti socialiste des travailleurs (PST) et le Mouvement démocratique et social (MDS). ), ont été interdites par des décisions de justice. Sans surprise, les militants de ces groupes ont été pris pour cible lorsqu’ils refusaient de reculer.

« La répression a touché plus de 10 administrateurs et militants du PST », a déclaré à Al Jazeera le secrétaire général du PST, Mahmoud Rechidi. « Cela nous rappelle l’époque du parti unique d’avant octobre 1988. »

Depuis 2019, au moins sept membres de LAADH ont été emprisonnés, dont Ahmed Manseri, militant chevronné et directeur du bureau de l’organisation à Tiaret, dans l’ouest du pays.

Depuis le mandat du Hirak, Manseri a été convoqué et détenu par les forces de sécurité à au moins 20 reprises, et accusé de « glorifier le terrorisme ».

Le 8 octobre 2023, Manseri a été arrêté avec sa femme après de multiples poursuites contre lui, puis il a été relâché, tandis que leur domicile était perquisitionné par la police.

Deux jours plus tard, sa peine d’un an de prison avait été confirmée par un tribunal d’Alger.

De jeunes femmes algériennes posent à côté du street art en soutien au mouvement de protestation à Alger, en Algérie. 10 avril 2019 « Les gens sont le pouvoir » écrit en arabe [Mosa’ab Elshamy/AP Photo]

Selon un communiqué publié par Manseri sur la page Facebook du CNLD Dit Fin octobre, son arrestation était « prévisible en raison de la dégradation des libertés, de la liberté de parole et d’expression et des droits de l’homme » en Algérie.

READ  Paramount+ s'étend à la France, l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse.

Aux côtés de Manseri, des centaines d’autres manifestants et militants ont été placés sous contrôle judiciaire, ce qui signifie qu’ils doivent régulièrement se connecter au tribunal et faire surveiller leurs activités, leurs déplacements et leurs réunions quotidiennes. Dans de nombreux cas, il leur est interdit de quitter le pays.

Pour l’instant du moins, les mouvements sociaux algériens, y compris ceux du sud, semblent avoir été réduits au silence.

Selon Merzoug Touati, rédacteur en chef du site d’information Al Hogra, la crainte persiste d’un retour de la campagne de répression en Algérie, même si Hirag s’est retiré.

Duati a été inculpé dans 10 affaires et a purgé trois peines de prison.

« Le peuple algérien a brisé le mur de la peur… le régime a plus ou moins réussi à le reconstruire », a déclaré Touati.

« Cependant, malgré et si l’esprit du Hirak est oppressif [the regime] Relâchez la pression et elle pourrait revenir.

« Un exemple est le fait qu’il est interdit aux Algériens de manifester en soutien à Gaza parce que le régime sait que les foules brandiront à nouveau des slogans de hirak. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *