La Tunisie invite les Algériens à disparaître

Les Algériens ont suivi les traces de 13 personnes disparues il y a 14 ans en Tunisie.

On pense que les disparus se sont noyés dans la mer Méditerranée alors qu’ils traversaient l’Italie et ont fait leur première apparition lors du procès dans la ville d’El-Kef, dans le nord-ouest de la Tunisie.

Les familles des détenus ont déclaré aux médias algériens qu’elles étaient « submergées de peur et d’étonnement » après que la police d’Annaba, près de la frontière tunisienne, leur ait demandé de se rendre dans la ville d’El-Kef pour assister au procès de leurs enfants en avril. 15, sans divulguer les accusations.

La mère d’un adolescent a déclaré qu’elle cherchait son fils disparu depuis 14 ans et avait finalement appris qu’il avait été détenu en Tunisie.

Il a souligné que la décision n’était pas le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations, mais plutôt le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations.

Le frère d’un des détenus s’apprêtait à se rendre dans la ville d’El-Kef, où il a confirmé par la suite qu’il avait tenté en vain de s’enquérir du sort de son frère.

« Je ne sais pas quelle était l’accusation en Tunisie et comment il a émigré illégalement en Italie. »

L’incident s’est produit à l’été 2008 lorsqu’un groupe de jeunes chômeurs de la région d’Om El-Bovagi s’est rendu sur la côte d’Annaba pour embarquer sur un bateau à destination de l’Italie.

Le bateau s’est approché de l’île de Sardaigne. Il a été intercepté par les garde-côtes italiens et remis aux garde-côtes tunisiens, qui se sont crus tunisiens.

READ  Akbokuma du Nigeria en Bundesliga allemande et Belfot en Algérie

Les voies maritimes entre la Tunisie et la Sardaigne fonctionnent en été.

Les familles des migrants n’étaient pas au courant de l’incident jusqu’à ce qu’on apprenne qu’un groupe avait quitté le quartier. Après les avoir recherchés pendant de nombreuses années, la famille a perdu tout espoir de les retrouver et a cru qu’ils s’étaient noyés dans la mer.

Les proches ne savent pas pourquoi les autorités tunisiennes ont gardé leur détention secrète pendant si longtemps et pourquoi elles ne l’ont pas signalée au gouvernement algérien, malgré leur étroite coopération dans la lutte contre les migrations et les enlèvements.

Chaque année, des milliers d’Algériens et de Tunisiens migrent à travers la Méditerranée vers l’Espagne et l’Italie. L’année dernière, des responsables espagnols ont déclaré que 10 000 Algériens étaient arrivés illégalement sur ses côtes.

Le ministère algérien de la Défense a annoncé que d’ici 2021, 5 000 migrants sans papiers seront détenus au large des côtes du pays.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) affirme qu’au moins 309 ressortissants maghrébins, dont 13 enfants, ont été tués à l’ouest de la Méditerranée depuis 2021.

Les bateaux n’ont souvent pas la possibilité de traverser en toute sécurité et leurs moteurs tombent souvent en panne de moitié, ce qui entraîne des conflits entre les immigrants et l’équipage des navires chargés de les livrer sur les rives nord de la Méditerranée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.