La Turquie et l’Algérie créent une société conjointe d’exploration pétrolière et gazière

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Fatih Dönmez, a annoncé jeudi que la Turquie et l’Algérie créeront une société conjointe d’exploration pétrolière et gazière.

La nouvelle société s’engagera dans des activités d’exploration pétrolière et gazière principalement en Algérie et dans les pays de la région, a déclaré Dönmez à l’Agence Anadolu (AA).

Dönmez a déclaré que la Turquie et l’Algérie étaient parvenues à un consensus sur la création d’une joint-venture entre la compagnie pétrolière et gazière nationale algérienne Sonatrak et Turkish Petroleum.

Le resserrement des marchés mondiaux de l’énergie et les efforts de l’Europe pour se débarrasser du gaz russe après l’invasion de l’Ukraine par Moscou ont stimulé la demande de gaz algérien cette année, aidant le membre nord-africain de l’OPEP à renverser des années de baisse des revenus de l’État.

L’annonce de la joint-venture est intervenue en marge du déplacement de Danmes pour assister en tant qu’invité d’honneur à la deuxième conférence algérienne sur l’investissement.

Danmes a discuté de nouvelles activités bilatérales dans les secteurs de l’énergie et des mines avec son homologue algérien, le ministre de l’Energie et des Mines Mohamed Arghab.

Tous deux ont convenu de promouvoir et de soutenir le travail conjoint entre les deux pays, les coentreprises existantes et la création de nouvelles institutions.

L’année dernière, l’Algérie et la Turquie ont lancé un projet commun dans le secteur pétrochimique, comprenant la création d’une usine pétrochimique dans la ville d’Adana, dans le sud de la Turquie.

Le projet a été lancé en octobre 2021 en collaboration avec Rönesans Holding de Türkiye et Sonatrach.

READ  L'Algérie condamne à mort un jihadiste pour avoir tué un alpiniste français

Le projet est estimé à 1,4 milliard de dollars, Roneson Holding détenant 66 % et Sonatrac 34 %. Le projet vise à produire du plastique polypropylène utilisé dans plusieurs industries dont l’automobile et le textile.

L’Algérie est l’une des meilleures sources d’énergie de la Turquie. 90% des exportations algériennes vers la Turquie sont des produits énergétiques, dont le gaz naturel liquéfié (GNL), le gaz de pétrole liquéfié (GPL), le pétrole brut et le gaz naturel.

Le rôle de l’Algérie en tant que fournisseur de gaz de l’Italie, de l’Espagne et d’autres pays du sud de l’Europe a pris de l’importance cette année en raison du conflit en Ukraine et des sanctions européennes contre Moscou.

Les pays d’Europe de l’Est ont également approché le pays à la recherche de nouvelles sources de gaz.

Les approvisionnements algériens représentent plus d’un quart de la demande de gaz en Espagne et en Italie et Sonatrach est le troisième exportateur vers l’Europe après la Russie et la Norvège.

De belles opportunités d’affaires

Le volume des échanges entre la Turquie et l’Algérie était de 4 milliards de dollars l’an dernier et devrait atteindre 5 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, a déclaré Dönmez.

Sur la base d’un décret présidentiel publié en mai lors de la visite du président algérien Abdelmadjid Debon en Turquie, les deux pays visent à atteindre 10 milliards de dollars dès que possible, a déclaré Danmes.

Il s’agit de la première visite présidentielle de Debon en Turquie en 17 ans depuis la visite de feu Abdelaziz Bouteflika en 2005.

READ  Les autorités maliennes ont donné 72 heures à l'ambassadeur de France pour quitter le pays

La visite a été marquée par plusieurs nouveaux accords visant à élargir davantage les relations bilatérales et à renforcer la coopération, avec un accent particulier sur le secteur de l’énergie et de la défense.

Dönmez a également rencontré Tebboune pour discuter de l’augmentation des relations commerciales. Il y a environ 1 500 entreprises turques opérant en Algérie, et le ministre a déclaré qu’il y avait un grand potentiel de croissance.

« Déjà, de nombreuses entreprises turques ont des investissements ici (en Algérie) depuis longtemps. Environ 1 500 entreprises investissent ici et environ 30 000 Algériens travaillent dans ces entreprises », a-t-il déclaré.

« Un travail conjoint est mené non seulement dans les domaines économiques, mais aussi dans les domaines culturels et politiques, notamment dans le domaine de la sécurité. Nous poursuivrons notre travail sans interruption conformément à cette vision présentée par les deux dirigeants », a ajouté Danmes.

Bulletin quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans la région et dans le monde.

Vous pouvez quitter le groupe à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d’utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d’utilisation de Google s’appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.