La zone a été incendiée pour redémarrer avant le projet de connexion électrique Royaume-Uni-France

  • 1 GW de capacité en cas de dysfonctionnement prévu pour un redémarrage le 20 octobre
  • L’autre 1 GW sera touché par l’incendie et reviendra à la normale

15 octobre (Reuters) – Le réseau britannique National Grid (NGL) s’attend à ce que sa connexion électrique de 2 GW avec la France soit hors ligne pour un arrêt prolongé, fonctionnant à mi-capacité quelques jours plus tôt que prévu.

Les prix totaux de l’électricité et du gaz ont grimpé en flèche le mois dernier, resserrant davantage l’approvisionnement électrique britannique déjà tendu et affectant la moitié ou 1 GW de sa capacité après que l’interconnexion IFA1 a été endommagée par un incendie dans le Kent. Lire la suite

L’autre capacité de 1 GW était déjà hors ligne en raison d’une maintenance planifiée, qui a ensuite été prolongée jusqu’au 23 octobre.

Après une évaluation complète, National Grid a déclaré que d’importants travaux étaient nécessaires pour remettre l’IFA1 en service en toute sécurité.

« Nous avons pu réduire le temps de dysfonctionnement de la capacité de 1000 MW sur l’interconnexion IFA afin qu’elle soit remise en service le 20 octobre, avant le 23 octobre que nous avions précédemment publié », a déclaré le gestionnaire de réseau dans un communiqué.

L’autre 1 GW touché par l’incendie, qui est hors ligne, est partiellement prévu pour un service à partir de 2022.

Le réseau national sera de nouveau en service avec 500 MW (MW) d’octobre 2022 à mai 2023, soit une capacité totale de 1 500 MW l’hiver prochain et une pleine capacité d’ici octobre 2023.

« Nous nous concentrons entièrement sur la remise en service de l’IFA dès que possible et peut prendre en charge la sécurité de la distribution », a-t-il ajouté.

READ  Globalement, la première base industrielle de L'Oréal en France

L’interconnexion IFA2, la deuxième connexion entre le Royaume-Uni et la France lancée en 2020, est opérationnelle et non affectée.

Reportage de Swati Verma à Bangalore et Nina Chestney ; Montage par Jonathan Odyssey et Alexander Smith

Nos normes : Politiques de la Fondation Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *