L’Algérie accueille le premier sommet arabe depuis la déclaration de normalisation israélienne…

Algérie – Les dirigeants arabes se sont rencontrés à algérien Mardi, lors de leur premier sommet depuis la série d’accords de normalisation avec Israël qui a divisé la région.Ajouter une annonce

Depuis le dernier sommet de la Ligue arabe en 2019, plusieurs membres du bloc des 22 membres – pendant des décennies un forum de déclarations fortes en faveur de la cause palestinienne – ont normalisé leurs relations avec Israël.

Les Émirats arabes unis ont d’abord conclu un accord historique négocié par les États-Unis qui en a fait le troisième pays arabe, après l’Égypte et la Jordanie, à établir des relations complètes avec Israël.

La décision des Émirats arabes unis a déclenché des accords similaires avec Bahreïn et le Maroc – et un accord intérimaire avec le Soudan – approfondissant la rivalité vieille de plusieurs décennies entre le Maroc et l’Algérie voisine.

Le sommet de cette semaine a été reporté plusieurs fois Pandémie de covid-19coïncide avec des élections en Israël qui pourraient voir le retour au pouvoir de l’ancien Premier ministre radical Benjamin Netanyahu avec ses alliés d’extrême droite.

L’Algérie reste un fervent partisan des Palestiniens, négociant même un accord de réconciliation en octobre entre les factions rivales du Fatah et du Hamas.

Bien que peu de gens pensent que l’accord sera conclu, il a été considéré comme un gain de relations publiques pour l’Algérie, qui cherche à accroître son influence régionale en raison de son statut croissant d’exportateur de gaz à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le sommet de cette semaine est une nouvelle occasion pour le président Abdelmadjid Tebboune de faire avancer ce programme, malgré l’absence d’éminents dirigeants arabes au sommet.

READ  Une source dit que Kanye West et Irina Shayk ne sont que des amis malgré les avoir vus ensemble en France

Et il a déroulé le tapis rouge à ses invités, dont ses homologues égyptien, palestinien et tunisien. Abdel Fattah al-Sisiet Mahmoud Abbas et Qais Saeed, respectivement, ainsi que le dirigeant qatari Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani.

Et le dirigeant des Émirats, Mohammed bin Zayed al-Nahyan, s’est détourné, envoyant à la place le vice-président du pays, le dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid al-Maktoum.

Attaque magique

Les principales avenues d’Alger ont été décorées de drapeaux nationaux et d’immenses panneaux publicitaires accueillant les « frères arabes » avant un dîner offert par Tebboune.

« La politique étrangère algérienne est entrée dans une attaque aux niveaux régional, africain et arabe », a déclaré l’expert basé à Genève Hosni Abedi.

Mais l’Algérie s’est également inquiétée de la coopération du Maroc en matière de sécurité et de défense avec Israël, ajoutant à des décennies de méfiance à propos du différend sur le Sahara occidental.

La situation du Sahara occidental – une ancienne colonie espagnole que les Nations unies considèrent comme un « territoire non autonome » – a opposé le Maroc à l’Algérie subventionnée. Front Polisario Depuis les années soixante-dix.

En août 2021, l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat, affirmant que des « actes hostiles » avaient eu lieu.

Les participants au sommet sont mis au défi de formuler une résolution finale, qui doit être adoptée à l’unanimité.

Les conflits en Syrie, en Libye et au Yémen étant également à l’ordre du jour, des sources affirment que les ministres des Affaires étrangères tentent de parvenir à un consensus sur la formulation de « l’ingérence » turque et iranienne dans la région – et sur la question de savoir si Ankara et Téhéran doivent être nommément mentionnés.

READ  L'animateur de samedi se prépare pour "Aiko And The Masters of Time"; Theodosia se rend en France et en Amérique latine ; Nickelodeon UK plonge dans le « Big Blue » - La vision de TBI

« Le paradoxe de ce sommet est qu’il est décrit comme un événement unifié, alors que chaque pays arabe a son propre programme et ses propres objectifs qui correspondent à ses intérêts », a déclaré Obeidi.

« Donc à la fin Ligue arabe C’est le miroir idéal de la politique étrangère arabe.

Ce point est souligné par l’absence de plusieurs personnalités clés, notamment le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, qui aurait une otite, le roi du Maroc Mohammed VI et le dirigeant de Bahreïn.

Obeidi a déclaré : « Les pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël ne sont pas enthousiastes à l’idée de se réunir pour condamner leur position ».

Adhésion à la Syrie

Une autre source de controverse était les efforts de l’Algérie pour subjuguer le gouvernement syrien à la présidence Bachar al-Assad Revenons à la Ligue arabe, une décennie après sa suspension dans le cadre d’une répression brutale des manifestations inspirées par le printemps arabe en 2011.

Abedi a déclaré que ces efforts « très dangereux » avaient été reportés.

Le président Vladimir Poutine, principal soutien d’Assad, a envoyé un message indiquant que la Russie s’engageait à coopérer avec la Ligue pour renforcer la « sécurité ».

Poutine a appelé à résoudre les conflits « sur la base du droit international généralement accepté et de l’obligation de respecter strictement la souveraineté et l’intégrité territoriale des États ».

Pierre Boussel de la Fondation française pour la recherche stratégique (FRS) a déclaré que la Russie soutient le retour de la Syrie mais a décidé de ne pas la forcer « d’une manière qui affecterait ses relations avec les pays arabes qui ont déjà été touchés par l’impact économique de l’Ukraine ». conflit ».

READ  La dernière tournée d'Elton John revisite la gloire de Los Angeles avec Lipa et Carlisle | divertissement

Les importateurs de matières premières, notamment le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et le Soudan, ont été durement touchés par la hausse des prix du blé et du pétrole, alors même que les caisses des pays arabes producteurs d’énergie gonflent.

En savoir plus la région et le monde
Nouvelles de la Jordanie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.