“L’Algérie ne fera jamais de compromis sur la dignité, n’acceptera pas d’ingérence dans les affaires intérieures”

Le ministre algérien des Affaires étrangères a déclaré jeudi que l’Algérie ne tolérerait pas l’ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie, qualifiant les récents commentaires du président français sur le passé colonial de l’Algérie de “grave erreur”.

“Tous nos partenaires, en particulier la France, doivent comprendre que l’Algérie ne peut compromettre son engagement de coopération, et l’Algérie ne peut accepter aucune ingérence dans ses affaires intérieures, sauf à remettre en cause l’existence de notre pays avant la domination de la colonie française.” Dit dans une interview.

Il a souligné que la lettre n’était pas le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations, mais plutôt le signal d’une enquête antitrust formelle sur les allégations.

Macron a également provoqué des tensions avec Alger et la Turquie lors d’une récente rencontre avec des descendants d’Algériens qui ont combattu aux côtés de la France pendant la lutte pour l’indépendance algérienne.

Dans le cadre d’un effort continu pour atténuer le passé colonial brutal de la France, Macron a déclaré en Algérie que « le colonialisme existait avant la domination coloniale française », indiquant une présence ottomane dans le pays entre 1514 et 1830.

“La construction de l’Algérie en tant que nation est un événement à voir. L’Algérie était-elle un pays précolonial ? Telle est la question”, a déclaré le président français.

L’Algérie a fermement condamné ces propos, rappelé son ambassadeur et fermé son espace aérien aux avions militaires français.

Lamamra a souligné que l’Algérie et son peuple “méritent de façon unique (…) de défendre collectivement notre indépendance, notre souveraineté que nous considérons comme une erreur majeure des autorités françaises”.

READ  Tycoon cherche refuge en France alors que le Mexique cherche à être arrêté dans une affaire fiscale

“Pour nous, les règles sont très claires. Nous sommes prêts à travailler sur ce paramètre particulier, tout ce qui entre dans le plein respect de notre liberté, de notre souveraineté et de nos droits légaux”, a-t-il déclaré.

“Quelle que soit l’exception aux règles des relations internationales, nous sommes prêts à la combattre.”

– Relations avec la Turquie

Lamamra a déclaré que les relations entre l’Algérie et la Turquie étaient “profondément enracinées dans notre histoire commune” et que les deux pays “ont des liens spirituels très forts”.

“Nous partageons également des options pour un avenir meilleur. La Turquie a beaucoup investi dans le développement économique et les partenariats (avec l’Algérie)”, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la Turquie avait très bien contribué au développement de l’Algérie.

“Nous attendons plus de partenariat et plus d’investissements turcs en Algérie”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

“Nous défendons la diversification des partenariats. Elle doit s’ouvrir à tous les domaines du partenariat et de la vie.

Sur la question libyenne, Lamamra a souligné que l’Algérie est prête à aider le peuple libyen de toutes les manières possibles pour créer un avenir démocratique.

“A la disposition de nos frères libyens, nous parlons de notre expérience, de nos moyens, de nos méthodes, notamment l’organisation et la conduite du processus électoral formel”, a-t-il déclaré.

Il a reconnu la Turquie comme un “acteur important” avec des “liens très forts” avec la Libye.

“En regardant l’avenir de tous les acteurs maintenant, nous espérons que les Libyens travailleront ensemble pour surmonter de nombreuses controverses et créer un avenir commun sans aucune ingérence extérieure ou ingérence dans leurs affaires intérieures”, a déclaré Lamamra.

READ  Le plus grand parti islamiste d'Algérie vise l'unité nationale

« Nous exhortons les dirigeants et partenaires libyens à considérer qu’après 10 ans de crise profonde, il est temps pour eux d’ouvrir un nouveau chapitre de leur histoire.

– Le colonialisme français en Algérie

L’Algérie représente l’exemple le plus récent et le plus sanglant de l’histoire coloniale française sur le continent africain.

On estime que 1,5 million d’Algériens ont été tués et des millions déplacés au cours de la lutte de huit ans pour l’indépendance qui a commencé en 1954.

La France a commis un génocide culturel contre l’Algérie depuis 1830, détruisant l’histoire ottomane de 300 ans de l’Algérie et sa propre identité locale, transformant de nombreux monuments culturels et religieux du pays.

Paris n’a pas officiellement présenté d’excuses à l’Algérie pour sa politique coloniale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *